Suicides au travail : "Les entreprises doivent mieux prendre en compte les risques psycho-sociaux "

Avocat en droit social pour le cabinet Lefèvre Pelletier & associés, Françoise Pelletier conseille les entreprises en matière de santé au travail. Latribune.fr l'a interrogée au sujet de la série de suicides parmi les salariés de France Télécom.

Spécialisée en droit social, Françoise Pelletier considère la mobilité comme un générateur important de stress pour un salarié; "c'est l'un des facteurs de souffrance", précise-t-elle. Se suicider sur son lieu de travail est un acte "d'une extrême violence", "c'est un signe fort." Toutefois, "pas un psychiatre ne dira que le suicide est monocause", explique Françoise Pelletier et l'enquête qui suit le suicide d'un salarié sur son lieu de travail doit permettre d'identifier dans quelle mesure le contexte professionnel a été un déclencheur ou pas.

Mais plutôt que de se poser les questions après le suicide, mieux vaut se les poser avant et parvenir à prévenir tout passage à l'acte. Par exemple, dans le cas d'un salarié muté sur un autre poste et/ou sur un autre lieu de travail, il est important de savoir si son intégration dans sa nouvelle équipe se passe bien. Ses nouveaux collègues le font-ils participer à leurs conversations, lui proposent-ils de venir déjeuner avec eux, ou bien au contraire l'excluent-ils provocant ainsi un sentiment d'isolement, etc ?

L'avocat souligne que si les employeurs ont progressivement pris conscience des risques du travail liés à l'utilisation de machines, aux difficultés d'un environnement particulier (comme sur les chantiers: échafaudages, grues, ...) et y ont investi des moyens financiers significatifs pour réduire les accidents du travail, les efforts n'ont pas suivi autant en matière de risques psycho-sociaux .

Les entreprises ou du moins certaines d'entre elles, peinent encore à se pencher suffisamment sur des facteurs humains tels que le taux d'absentéisme, les démissions, les demandes de mobilité ou les refus, les questions du Comité Hygiène Sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et en comprendre les causes. "Or, considérer la dimension humaine qu'ont certaines décisions est important ", s'efforce-t-elle de plaider auprès de ses clients. Considérations qui ont d'ailleurs fait l'objet, rappelle-t-elle, d'un accord national interprofessionnel récent, signé en 2008 par toutes les organisations syndicales pour prévenir justement ces risques psycho-sociaux. Sans parler d'une jurisprudence selon laquelle l'employeur a dû renoncer à la mobilité de l'un de ses salariés compte tenu des conséquences humaines qu'elle impliquait. Rappelons que chez France Télécom, la direction a décidé de geler les mutations forcées jusqu'au 31 octobre et qu'un nouveau contrat social doit être élaboré collectivement en association avec les organisations syndicales et les instances représentatives du personnel.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 17/02/2010 à 21:56
Signaler
j'aimerai contacter rapidement une personne concernant les suides en entreprise

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
on ne vie pas au travail et avec ces collegues,si on pensait plus et prioritairement aux conséquences sur la vie familiale. mais ça ?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
la souffrance au travail est générée par un cocktail explosif composé de : 1/5 de non respect et non reconnaissance dus au Management de proximité 1/5 de perte de collectif du aux collègues qui se transforment en collabos soumis par peur des représai...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
on devrait foutre en taule les idiots qui apprennent dans les grandes écoles le management par le stress ou comment devenir un apprenti SS

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'entreprise est un défouloir pour les gens mal dans leur peau qui font payer à leurs subalternes ou leurs collègues tous leurs complexes et leurs frustrations. On a les petits, les moches, les trop gros, les trop maigres, les coincés avec les femmes...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.