Grand emprunt ou très très grand emprunt ?

 |   |  330  mots
Nicolas Sarkozy s'exprimant devant les députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles, le 22 juin.
Nicolas Sarkozy s'exprimant devant les députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles, le 22 juin. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le grand emprunt doit mobiliser entre 50 et 100 milliards d'euros, ont estimé 63 députés de la majorité dans une tribune dans "Le Monde" daté de mardi 3 novembre. Les présidents de la commission sur cet emprunt, Alain Juppé et Michel Rocard, avaient évoqué des montants bien inférieurs, de 20 à 40 milliards.

"Le grand emprunt ne doit pas devenir un petit emprunt !", ont lancé dans Le Monde daté du 3 novembre 63 députés de la majorité, membres de l'UMP et du Nouveau Centre. Figurent parmi eux David Douillet, Yves Jégo, Jean-François Lamour, Maurice Leroy et André Santini.

"Nous devons pouvoir mobiliser une masse critique de plus de 50 milliards d'euros, voire, pourquoi pas, aller, si les projets le justifient, jusqu'à 100 milliards d'euros d'investissements publics supplémentaires, qui seront dépensés sur les cinq à dix ans à venir", affirment ces élus.

Selon eux, "si nous n'investissons pas massivement pour prendre une option sur l'avenir, nous risquons de prendre un retard que nous mettrions plusieurs décennies à rattraper. Ce serait une erreur historique".

Par ailleurs, les fonds levés "doivent être isolés du budget général" et "ne pas servir à financer les dépenses courantes", alors que la dette publique doit atteindre 84% du PIB en 2010.

Générer des "retours sur investissement"

Ces fonds doivent également  "concerner des programmes rentables, susceptibles de générer des retours sur investissement sous forme de croissance, d'emploi et de développement durable, à un horizon raisonnable".

Parmi les projets et investissements possibles, les députés signataires mentionnent la "croissance verte", la "révolution numérique", les "grandes métropoles de premier rang mondial de demain".

L'idée d'un grand emprunt national a été annoncé par le chef de l'Etat devant le Congrès en juin dernier. Une commission présidée par deux anciens Premier ministre, Alain Juppé et Michel Rocard, doit remettre des propositions à Nicolas Sarkozy "vers la mi-novembre". La commission s'oriente vers un emprunt limité à 20 ou 30 milliards d'euros, a déclaré ce lundi la secrétaire nationale des Verts Cécile Duflot, après une rencontre avec le Premier ministre François Fillon dans le cadre des consultations sur ce dossier, confirmant les montants évoqués par Michel Rocard la semaine passée.

 A consulter également : le site officiel de l'emprunt national 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2009 à 15:29 :
je comprens pas ce que cette pauvre france surendetté fais dans le g8,ou bien ont ils raison de se cacher derriere cette image sinon ils passeraient pour des ringars.
a écrit le 03/11/2009 à 13:56 :
Ce grand emprunt est une catastrophe annoncée.La France va droit dans le mur.
Le remboursement (par la collecte de l'impôt)sera plus que difficile, et ne fera qu'accroitre la dette globale de l'état in fine et/ou le risque de faillite de la France.
a écrit le 03/11/2009 à 10:30 :
l'emploi des sommes de l'emprunt devrait être suivi et controlé par la cour des comptes, il ne faut pas qu'il soit employé à couvrir des "trous "
a écrit le 03/11/2009 à 8:23 :
La dette reste un concept abstrait pour beaucoup. Par contre, il faudra faire sauter des dépenses au cours des années à venir, à commencer par les dépenses sociales, l'éducation ... mais pas celles concernant la police ni l'armée.
Et il faudrait pouvoir esperer que les "investissements" du tres grand emprunt ne soit pas distribués en pure perte aux copains d'abord. Hum !
Une realité incontournable est que nous serons dorenavant de plus en plus en concurrence pour l'accès aux matieres premieres, et que l'europe comme les usa doivent regarder l'asie prendre peu à peu le leadership. La sacro sainte croissance de 3% du PIB par année, est du domaine du passé. Démographie oblige.
Cet emprunt qui économise l'effort de réformes à effet immédiat, évacue toute réflexion sur la nécessaire réflexion sur ce que devra être la nouvelle économie. Et le poids de la dette réduira tout degré de liberté pour des années et des années : nous nous enfermons dans un processus suicidaire sur le seul acte de Foi de quelques illuminés, illuminés et jamais fatigués d'échouer.
La tres grande dette est un outil politique, pas du tout à la hauteur des enjeux réels. C'est extremement decevant, dangereux et vaguement pueril.
a écrit le 02/11/2009 à 23:25 :
La dette publique ne sera de toute façon jamais payée par nos politiciens actuels, ca sera les jeunes d'aujourd'hui, futurs actifs de demain, qui l'auront sur le dos... A moins qu'ils ne la repoussent a leurs petits enfants...
a écrit le 02/11/2009 à 22:50 :
Les gouvernements, qu'ils soient de droite ou de gauche, qu'ils soient sous l'Ancien Régime ou sous la "république française" , mais aussi toutes les collectivités qui forment l'armature administrative du pays nous ont toujours pris pour des truffes. Une vraie République de France serait celle qui exigerait des comptes équilibrés de tous ceux que le Peuple délègue à tous les niveaux; il est vraisemblable que cet emprunt ne servira à rien, sauf remplir les poches de gens peu scrupuleux. La République de France n'est, hélas, qu'un rêve
a écrit le 02/11/2009 à 20:03 :
Mega enprunt pour super mega dette dont nos deputes se fichent de rembourser un jour. L'Etat est en total etat d'ebriete !! Chaque jour la France paie 1 milliard d'euros juste au titre des interets de la dette !!!!
a écrit le 02/11/2009 à 19:21 :
ne pouvons nous espérer un peu de sincérité de la part de nos médias ? L'Etat français est tellement endetté qu'il devrait être déclaré en état de banqueroute. Toutes les astuces les plus grossières ont été utilisées par le présent gouvernement, taxes pseudo écologistes, réduction de pseudo niches fiscales sinon élimination, réduction à presque rien des remboursements de la sécurité sociale, taxation illégale sur les contrats assurance vie etc etc seul le livret A échappe encore à la convoitise imbécile mais pour combien de temps ? Alors comme il faut de l'argent pour continuer les promesses démagogiques à toute catégorie de Français, on parle de grand emprunt, mais personne ne dit si cet emprunt sera volontaire ou forcé ? je prends les paris pour le forcé.
a écrit le 02/11/2009 à 17:19 :
Grande dette ou trés,trés grande dette?
a écrit le 02/11/2009 à 16:29 :
Au moins ces dettes là nous serviront à quelque chose quand on devra éponger la gabegie des générations précédentes.
a écrit le 02/11/2009 à 15:43 :
encore des dettes
a écrit le 02/11/2009 à 14:51 :
Chantons tous à tue tête "Empruntons, empruntons,... tous font comme cela "

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :