Emploi et retraites : ce que les syndicats attendent de l'intervention de Nicolas Sarkozy

Avant l'intervention sur TF1 de Nicolas Sarkozy programmée ce lundi soir, plusieurs leaders syndicaux ont interpellé le chef de l'Etat sur les sujets des retraites et de sa politique sociale : chômage des jeunes, aides au pouvoir d'achat, chômeurs en fin de droits, plans sociaux...

Alors que le chef de L'Etat répondra ce lundi soir à un panel de Français réunis par TF1, plusieurs leaders syndicaux ont expliqué ce qu'ils attendaient de cette intervention.

Pour le secrétaire général de la CFDT François Chérèque, le président doit reconduire l'aide aux plus modestes. "J'attends que [Nicolas Sarkozy] reconnaisse que beaucoup de salariés souffrent de la crise" et "qu'il ouvre un débat sur les mesures que l'on doit reconduire ou inventer dans cette situation économique et sociale difficile".

"J'attends qu'il nous dise que l'on reconduit les aides au pouvoir d'achat qui avaient été décidées en 2009" (allègement d'impôts, prime pour les plus modestes), a-t-il poursuivi alors qu'il s'exprimait sur RTL lundi matin.

François Chérèque a également souhaité que Nicolas Sarkzoy "parle des chômeurs de longue durée", des "jeunes qui ont des difficultés à rentrer dans l'emploi", "qui n'auront pas accès au RSA" ou encore du "chômage partiel dans les petites entreprises".

Chômeurs en fin de droit, répartition de la richesse

Force Ouvrière demande de son côté, et cela depuis plusieurs mois, "la mise en place de mesures exceptionnelles en faveur des chômeurs en fin de droits" (1 million de personnes en 2009) et une "nette accélération des négociations en cours sur ce sujet". La CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens) réitère également sa demande d'une extension de six mois de l'indemnisation des chômeurs en fin de droits.

Pour Jacques Voisin, le président de la CFTC, Nicolas Sarkozy doit également aborder la question des plans sociaux qui "continuent dans les entreprises".  Et se pencher sur le chômage des jeunes, les premières victimes du chômage (22% d'entre eux sont demandeurs d'emploi). Si le principe d'une extension du RSA pour les jeunes est "plus ou moins acquis", en revanche "on a toujours pas bougé sur les critères" d'admissibilité, a rappelé Jaques Voisin ce lundi.

Mais le vrai sujet, a-t-il déclaré par ailleurs, c'est celui d'une "juste répartition de la richesse produite". Le candidat à la présidentielle Nicolas Sarkozy avait en 2007 promis de faire bouger les salaires, là aussi on attend de "vrais négociations" et non des simples incitations sans obligation de résultats. "C'est insupportable, il y en a qui gagnent trop, il y en a qui ne gagnent pas assez dans notre pays", affirmait lui aussi François Chérèque ce lundi.

Les retraites : "ne pas s'enfermer dans un paramètre, celui de l'âge"

Interrogé sur l'éventualité de repousser l'âge de la retraite, François Chérèque (CFDT) a estimé que cela revenait à "sanctionner ceux qui ont commencé à travailler jeunes". CFDT comme CFTC refusent de "s'enfermer" dans un paramètre, celui de l'âge. La discussion doit commencer la mise à plat les "ressources", argue Jacques Voisin (CFTC), dont l'organisation prône une augmentation de la CSG sur les revenus non salariaux.

Pour le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault, l'heure est à la "mobilisation" dans "l'unité syndicale". Notamment pour "éviter une décision brutale du gouvernement" remettant en cause la retraite à 60 ans, a-t-il déclaré dans le Parisien/Aujourd'hui en France ce lundi. Mais aussi pour "exercer une pression plus forte" sur les dossiers de l'emploi et du pouvoir d'achat.

"Le chômage progresse pour les jeunes et pour les plus anciens, dont certains vont être condamnés aux minima sociaux avant de pouvoir atteindre l'âge de la retraite. Comment justifier auprès d'eux qu'ils devraient à l'avenir cotiser plus longtemps ?", a-t-il demandé.

"Trop à l'écoute des employeurs"

Bernard Thibault, qui s'engage à défendre ardemment le droit au départ à 60 ans, a demandé au chef de l'Etat d'établir "clairement la méthode et le calendrier pour ce rendez-vous retraite".

Sur tous ces sujets, le syndicaliste a appelé Nicolas Sarkozy à "infléchir sa politique trop à l'écoute des employeurs".

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 27/01/2010 à 13:54
Signaler
ne confondont pas partir vieux et cotiser 40 ans.moi meme ,je devais prendre ma retraite (pour moi bien meritée) en2009,pas de chance le gouvernement a changé la donne en rajoutant 2 trimestres suplementaires de cotisation!! ce qui fait que je me re...

à écrit le 27/01/2010 à 13:54
Signaler
ne confondont pas partir vieux et cotiser 40 ans.moi meme ,je devais prendre ma retraite (pour moi bien meritée) en2009,pas de chance le gouvernement a changé la donne en rajoutant 2 trimestres suplementaires de cotisation!! ce qui fait que je me re...

à écrit le 25/01/2010 à 13:24
Signaler
la cfdt est le syndicat qui ouvre la porte à tout, 5 millions de précaires et il prone de travailler plus 42,43,44 ans de cotitations... Il est vrai que ceux n'est pas ceux qui en souffrent qui vont subir les décisions de certains.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.