L'industrie française confirme sa reprise, mais n'embauche toujours pas

L'indice de confiance des directeurs d'achat de l'industrie, publié ce lundi par la société Markit, a progressé à 55,4 points en janvier, après 54,7 points en décembre, confirmant la reprise de l'industrie française. L'emploi a cependant continué de se réduire, pour le 21e mois consécutif.

La reprise s'est poursuivie en janvier dans l'industrie manufacturière française, selon l'enquête mensuelle publiée ce lundi par Markit Economics.

Estimé à 54,7 points en première versionle 21 janvier, l'indice PMI (indice de confiance des directeurs d'achat) a finalement progressé à 55,4 points, son meilleur niveau depuis octobre. Il dépasse ainsi pour le sixième mois consécutif la barre des 50 qui sépare l'expansion de la contraction. L'indice s'était affiché à 54,7 points en décembre.

Forte expansion des nouvelles commandes

La hausse de l'indice en janvier s'explique par la croissance de la production, qui augmente "pour le septième mois consécutif". Le sous-indice reflétant la production atteint ainsi, à plus de 61, "son meilleur niveau depuis août 2000". "Plus d'un tiers des entreprises interrogées ont fait état d'une tendance haussière", signale Markit.

L'augmentation de la production résulte d'une nouvelle expansion du volume des nouvelles commandes, la plus forte depuis novembre 2006, que les répondants à l'enquête attribuent à un environnement économique plus favorable à la demande ainsi qu'au lancement de nouveaux produits.

Le raffermissement de la demande est observé tant sur le marché national que sur les marchés étrangers, le volume des nouvelles commandes à l'export affichant son plus fort taux de croissance depuis plus de trois ans.

Baisse de l'emploi

Malgré la reprise de la production, les fabricants français ont continué de réduire leurs effectifs en janvier pour le 21e mois consécutif même si, comme le note Markit, "le taux de suppression d'emplois reste nettement inférieur aux niveaux élevés enregistrés presque tout au long de l'année 2009".

Licenciements et départs non remplacés sont à l'origine de ces baisses d'effectifs, que les entreprises expliquent pour la plupart par des politiques de réduction des coûts.

Hausse des prix

L'enquête montre aussi une accélération de la hausse des prix des achats en janvier, avec un taux d'inflation qui atteint son plus haut niveau depuis seize mois, du fait du renchérissement de matières premières telles que les métaux, les produits alimentaires et les emballages.

Les pressions concurrentielles ont cependant empêché les fabricants de répercuter la hausse des coûts sur leurs clients et les prix de vente ont au contraire reculé pour le quinzième mois consécutif, bien qu'à leur rythme le plus faible depuis novembre 2008.

L'enquête mensuelle de Markit et de la Compagnie des dirigeants et acheteurs de France (Cdaf) est effectuée auprès de quelque 750 entreprises des secteurs de l'industrie et des services.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.