Quand l'intérim sert de tremplin à l'emploi

 |   |  383  mots
Une enquête sur la trajectoire et le devenir de 5.000 intérimaires montre une forte baisse des effectifs dans l'industrie et une hausse dans les services.

Malgré la crise, l?intérim reste un bon tremplin pour accéder à l?emploi. C?est l?un des premiers résultats de l?étude "Trajectoire et devenir de 5.000 intérimaires, mars 2009-décembre 2010", présentée ce jeudi par le Prisme (Professionnels de l?intérim, services et métiers de l?emploi) et l?Observatoire des métiers et de l?emploi (OME). Celle-ci montre ainsi que 35% des personnes répondant à l?enquête et ayant trouvé un CDI et 24% des répondants ayant décroché un CDD déclarent avoir trouvé leur emploi actuel suite à une mission d?intérim.

Selon l?étude, "les niveaux de qualification et les secteurs d?activités connaissent des changements à court terme, mais une réelle stabilité à moyen et long terme", explique Cédric Leva, directeur de l?OME. En décembre 2009, 74% des interviewés en emploi exerçaient toujours dans le même secteur qu?en mars 2009. La stabilité est particulièrement importante pour le BTP.

En revanche, l?industrie, très touchée par la crise, a connu une baisse significative de ses intérimaires, en faveur des services et du commerce : près de 10% des individus en emploi sont passés de l?industrie vers le secteur des services/commerce, alors que seuls 5% ont fait le chemin inverse, révèle l?étude.

Concernant le niveau de qualification, à la fin 2009, 61% des répondants avaient la même qualification qu?en mars, une donnée encore plus marquée dans le domaine du BTP et dans une moindre mesure chez les salariés seniors (67%). L?étude indique également que "contrairement aux idées reçues, sur une période d?une année, le niveau de qualification des postes occupés reste globalement stable, puisque, sur les 39% d?intérimaires ayant changé de niveau de qualification, 20% ont baissé de qualification, tandis que 19% d?entre eux se voyaient proposer un poste à niveau de qualification plus élevé".

Les jeunes de moins de 25 ans, dont le niveau de qualification correspond à celui d?ouvrier non qualifié, sont ceux qui se voient le plus offrir des postes de niveau de qualification plus élevée. Enfin, près d?un quart des intérimaires questionnés dans l?étude ont bénéficié d?une formation en 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :