Après le Portugal, l'agence Fitch met la pression sur... la France

 |   |  266  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'agence de notation financière Fitch qui a récemment inquiété les marchés en mettant sous surveillance la note du Portugal maintient la note souveraine de la France à "AAA". Mais elle craint une dérive budgétaire française et pointe le "peu de mesures importantes de réduction des dépenses jusqu'ici annoncées".

L'agence de notation financière Fitch qui s'est récemment illustré en mettant sous surveillance la note du Portugal ce qui avait inquiété les marchés s'est penchée cette fois sur le cas de la France. Elle maintient certes sa note souveraine maximum à "AAA" (Triple A), toujours assortie d'une perspective stable. Selon elle, la France a plutôt bien résisté à la crise avec un produit intérieur brut (PIB) en recul de 2,2% en 2009 - son plus fort repli depuis la seconde guerre mondiale - contre un repli de 4% pour l'ensemble de la zone euro.

Mais elle estime que la reprise y demeure "fragile" et surtout que la dégradation de ses finances publiques la place dans une situation très délicate. L'agence de notation pointe notamment la prévision de déficit de 7,9% du PIB en 2009, soit "le plus élevé parmi les pays de la zone euro notés AAA".

Surtout, Fitch prévoit que la dette publique française va dépasser 88% du PIB d'ici 2011, comme au Royaume-Uni. "Seuls les Etats-Unis auraient un niveau de dette supérieure parmi les pays notés AAA". La France prévoit de réduire son déficit public de 8,2% du PIB cette année à 3% en 2013. Mais le gouvernement français table "sur la fin des récentes aides fiscales, sur une reprise forte et sur une nette baisse des dépenses" relève Fitch pour qui "peu de mesures importantes de réduction des dépenses ont jusqu'ici été annoncées". A ses yeux, il existe "un risque significatif de dérive budgétaire".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2010 à 13:52 :
Cette agence se fitch du monde...
a écrit le 03/04/2010 à 11:50 :
Quand on promet d'assainir les finances publiques et que la première action c'est de s'augmenter, on peut douter de sa volonté réelle de le faire.
« les promesse n'engagent que ceux qui les reçoivent » (J. Chirac, Le Monde, 22 février 1998)
a écrit le 31/03/2010 à 13:28 :
La france va continuer à s'endetter car elle ne sait pas ou ne veut pas gérer. Il faudra en toute extrémité prendre des mesures brutales :baisse généralisée des revenus des fonctionnaires, augmentation drastique des impôts sur le revenu, augmentation importante de la TVA qui devra passer à 25% environ.
a écrit le 31/03/2010 à 6:34 :
comme quoi Sarkozy a été incapable d'assainir les finances publiques, promesse électorale pourtant !
a écrit le 31/03/2010 à 5:55 :
Fitch maintient la note souveraine de la France à "AAA" malgré ses mauvaises performances. Cette note n'est pas basée sur la confiance dans la capacité des différents gouvernements qui se succèdent à réformer le système, mais seulement sur la confiance qu'ont les marchés dans les français qui acceptent sans broncher une fiscalité accablante.
a écrit le 31/03/2010 à 5:10 :
Nous pouvons nous demander quel rôle joue ces agences .Bizarre cette pression mise sur les pays européens bien moins endettés que les US. Tous les pays europeens possédent un niveau social bien plus conséquent que les US venant de ce doter d'une assurance maladie encore bien pâle. ont ils oubliés Lehman ,Aig avec 3A 48 heures avant l'explosion. Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas réduire nos dépenses (trop de fonctionnaires)
a écrit le 31/03/2010 à 4:54 :
M. Ladreit de la Charière est un génie des affaires. Voilà quelques années il a débarassé sa holding de toutes ses activités industrielles soumises à la concurrence. Et il n'a conservé que Fitch, en situation d'oligopole, qui ne produit que des avis qu'il vend cher et dont l'influence, si elle était mal utilisée, pourrait permettre de bâtir des fortunes spéculatives.
a écrit le 31/03/2010 à 4:50 :
ah la bonne nouvelle , on est mordu par ceux qu'on a sauvé du naufrage , celà nous apprendra a nous endetter pour eux , ingrats , l'avenir sera aux usuriers ? , ben celà se rapproche , car quand on a des dettes on est pas en position de negocier quoi que ce soit on subit , apres la grece on voit le nuage noir se rapprocher , d'autres seront touchés avant maigre consolation
a écrit le 31/03/2010 à 4:36 :
les agences de notation .... quelle rigolade ! comment des professionnels, y compris journalistes, peuvent'ils continuer à accorder le moindre sérieux aux "prédictions" de ces officines qui nous seulement se sont couvertes de ridicule pendant des années, en accordant toute leur confiance aux gros tels AIG, Lehman et autres,qui n'étaient que des coquilles remplies de pourriture, mais dont en plus l'honnetêté est plus que sujette à caution, puisque ces officines se sont évérées être actionnaires des établissements qu'elles notent si bien ... et qui s'effondrent emportant avec eux emplois, salaires et vies foutues ... mais pas les bonus des ririgeants. C'est, de fait, une escroquerie officielle.
Que Fitch aille donc noter l'économie americaine, qui tente desesperant de faire croire qu'elle ne va pas basculer dans le gouffre ...
a écrit le 31/03/2010 à 4:22 :
Le gouvernement et les parlementaires parlent malheureusement plus d'augmenter les taxes par les taux et la croissance que de réduire le déficit par la réduction des dépenses. Nous sommes arrivés à un niveau de dépenses publiques INSUPPORTABLES et INEFFICACES. La révision des politiques publiques est toujours attendue et pour pour des miettes pour pour 100 à 150 milliards d'euros:
- retraite des fonctionnaires et des régiles spéciaux
- politique de l'emploi
- politique du logement et du 1% logement
- niches fiscales
- réforme de l'education nationale, des droits d'inscription à l'université et des bourses aux plus méritants
- réforme de la formation professionnelle, de la formation
- réforme de l'attitude de nos gouvernants et l'adoption d'une attitude plus modeste dans leur train de vie et plus de gouvernance dans l'usage des avantages de la fonction par les politiques, élus et hauts fonctionnaires.
Il y a-t-il une autre explication à l'absentéisme que la désespérance des électeurs devant l'inaction façe à la perpétuation de l'inaction et des injustices.
a écrit le 30/03/2010 à 18:25 :
Que les députés,les sénateurs et les hauts fonctionnaires réduisent leurs salaires et le déficit se réduira rapidement.
Le Canada l'a fait ,pourquoi pas nous
a écrit le 30/03/2010 à 18:19 :
Il est plus que nécessaire de clouer le bec judiciairement - l'arsenal judiciaire des pays européens existe - et au plus vite à ces "institutions", de les mettre face à leurs responsabilités: diffusion de mauvaises informations, obligation pour les Etats de refinancer des établissements ayant pourtant acheté des produits bien notés, incitation à la spéculation conduisant à la détérioration des finances publiques, alourdissement de la dette, etc. Les fonctionnaires des finances peuvent calculer le(s) préjudice(s) financier(s). Ces agences ne sont pas au dessus des lois et doivent assumer leurs erreurs et responsabilités.
Il est URGENT de passer maintenant au volet judiciaire avec un parquet et un juge d'instruction mordant.
Désolé c'est presque un poisson d'Avril,.......... dommage.
a écrit le 30/03/2010 à 16:57 :
Un mot sur les agences de notation:elles ont pour mission,non pas de plaire aux Français,mais de renseigner les "prêteurs" du monde entier(Chine,Singapour,Etats du Golfe..) sur les risques de leurs placements!Dans certains pays,leurs avis sont étudiés à la loupe!En France,on les méprise ou les critique...à tort!
a écrit le 30/03/2010 à 16:48 :
Je n'ai pas souvenir que les patrons des agences de notation aient été convoqués devant le Sénat américain, comme l'a été le patron de Toyota. Pourtant, la catastrophe qu'ils n'ont pas vue (voire qu'ils ont encouragée avec les bonnes notes de AIG et Lehmann) a certainement fait bien plus de dégâts et de victimes ...
a écrit le 30/03/2010 à 16:14 :
nuls nuls plus nuls que ceux qui dirigent notre pays depuis 50 ans; il va falloir les inventer.
a écrit le 30/03/2010 à 15:54 :
Même si cette dette est inquiétante , cette sorte d'analyse ne fait qu'alimenter les spéculations . J'ai souvenir pas si lointain que des analyses de crédits bancaires mettaient à mal certains de nos clients qui n'avez pas d'incident de paiement . En prenant au pied de la lettre ce genre d'appréciation on enlève la confiance . Pour conclure ce genre de personnage se fout éperdument des gens et des mécanismes qui ont engendré la crise que nous connaissons et ce n'est pas eux qui feront des sacrifices .
a écrit le 30/03/2010 à 15:48 :
A part d'augmenter les impots (le plus facile à faire) nos politiques n'ont jamais prouvé leur engagement à réformer (réduire) les dépenses d'Etat, ils préfèrent dépenser l'argent public pour leur propre compte... électoral. La France: qui est loin du fonctionnement d'une entreprise, ne semble pas vouloir s'en approcher: Pourquoi les régions peuvent elles sucer le sang des résidents sans avoir l'aval du "chef", il serait peut être souhaitable qu'une *tête unique* contrôle ce que les régions ponctionnent aux imposables et ce qu'elle distribue aussi. La France semble fonctionner comme un monstre à plusieurs têtes, complètement incontrôlable.
a écrit le 30/03/2010 à 15:28 :
Arrêtons de nous faire diriger par la bourse, ou est l'humain dans tout celà ?
a écrit le 30/03/2010 à 14:40 :
On ne peut qu'être d'accord avec ce que dit Fitch et c'est même timoré par rapport à la réalité. Mais je m'étonne que la France soit si vite en ligne de mire de la part de ce type d'agence de notation. Dans l'ordre des dégradations potentielles il y aurait lieu de s'intéresser en priorité à des pays comme les USA dont les déficits et la situation sont bien pires que celle de la France sans oublier dans la liste le Royaume Uni. De la à penser que la nationalité américaine de Fitch et de ses cons?urs influe favorablement sur leur appréciations de pays anglo-saxons il y a un pas que je n'hésiterai pas à franchir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :