La tempête Xynthia va obliger à détruire jusqu'à 1500 maisons

 |   |  169  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
L'indemnisation serait en moyenne de 150.000 euros par maison "selon les premières évaluations".

Les préfets de Charente-Maritime et de Vendée s'apprêtent à déclarer inhabitables "entre 1.300 et plus vraisemblablement 1.500 maisons", qui seront donc "vouées à la destruction après le passage de la tempête Xynthia", selon le Journnal du dimanche.

L'indemnisation serait en moyenne de 150.000 euros par maison "selon les premières évaluations". Ces destructions devraient donc représenter un coût global de plus de 200 millions d'euros.
 

Par ailleurs, selon les estimations des services du Conseil général de Charente-Maritime, présidé par le Secrétaire d'Etat aux transports, Dominique Bussereau, le coût de cette tempête pour les finances départementales atteindra les quelque 27 millions d'euros. Une hausse de 6% du taux de fiscalité va être discutée afin d'apporter huit  millions d'euros supplémentaires au budget 2010, en plus de la hausse de 5,5 % déjà inscrite dans le budget primitif 2010 voté en décembre et des aides de l'Etat et redéploiements de crédits destinées à couvrir une partie des frais liés à cette catastrophe.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2010 à 20:14 :
J'ai le sentiment que les décisions de démolitions sont prises trop hativement et sans justification technique: comment expliquer la démolition de maisons non inondées, ou faiblement (moins d'un metre)? Entièrement d'accord pour dire que s'il fallait raser toutes les résidences inondables en France, il faudrait raser une partie de Paris et pas mal d'autres.La question est: pourquoi cette décision à l'emporte pièce ? Quelqu'un connait il la vraie raison ?
a écrit le 06/04/2010 à 11:34 :
comme d'habitude, le gouvernement réagit aux situation par une attitude court-termiste.
comme d'autres commentateurs l'ont dit, ils faudrait raser la moité de la hollande parcequ'elle se trouve sous le niveau de la mer ou pas loin!
ridicule,
plutôt que faire le beau à aller caresser les céréaliers dans le sens du poil en Essonne , si l'argent nécessaire à ce déplacement (et tout ce qui va avec, compagnies de CRS qui accompagnent et isolent le président du bon peuple, plus toute un hiérachie politico-média et de cour, ....) aurait déja permit de consolider ou rebatir quelques mètres linéaires de digue. Moins de blabla et d'agitation, du concret.
a écrit le 06/04/2010 à 7:07 :
Les propriétaires VUES SUR MER sont des riches qui avaient largement les moyens de faire évaluer leurs risques. ILS ont pris leurs risques seuls, en toute connaissance de cause, et puis ils ont eu largement le temps de réfléchir collectivement dans leurs résidences pour prendre connaissance des conséquences éventuelles de leurs investissments EN BORD DE MER avec les avantages et les inconvénients - LA COLLECTIVITé NATIONALE NE DOIT PAS être mise à contribution
a écrit le 05/04/2010 à 10:05 :
Que ceux qui ont des maisons "vue sur mer" soient LES SEULS à payer l'augmentation des impots locaux liée à la catastrophe.! Pourquoi les résidents des campagnes vont devoir payer pour les ceux là!!.. Ils veulent rester.. qu'ils payent EUX MEMES leur digue !!
a écrit le 05/04/2010 à 6:07 :
PetitGreg a raison et,de plus,avec le réchauffement climatique,beaucoup de zones vont devenir inondable .Doit on dès à présent interdire de construire et raser peu à peu tout ce qui est construit. La France avait ,sous Napoléon construit de puissantes digues pour protéger les zones sensibles .Faute d'entretien(inondation d'Arles par ex en 2005) et aussi de nouveaux ouvrages,des situations dramatiques comme celles de la Charente vont réapparaitre.On pourrait aussi raser l'Elysée puisque le Président n'est pas bon! ...
a écrit le 05/04/2010 à 1:49 :
les escros ceux qui ne respecte pas les lois doivent payer la facture et pas la collectivité, c'est trop facile !
a écrit le 04/04/2010 à 21:01 :
Et à la prochaine crue de la Seine, on rase la moitié de Paris ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Crue_de_la_Seine_de_1910
20.000 immeubles et 30.000 maisons inondés.
La prochaine crue centennale ne devrait plus tardé...
Et les inondations en baie de Somme, tout le monde a oublié ? C'est très loin 2001...
a écrit le 04/04/2010 à 18:22 :
Ce n'est qd même pas la première fois que l'on construit dans des zones inondables.Beaucoup de villes ,le long du Rhône par exemple sont inondables.On ne va qd même pas les détruire!Ne parlons pas de la Hollande.
Je crois qu'à partir du moment où des autorités ont donné le permis de construire dans ces zones ,charge à elles de prendre toutes les mesures nécessaires:digues,surveillance,plans d'urgence,etc
L'idée de détruire toutes ces maisons me parait irrationnelle .
a écrit le 04/04/2010 à 18:08 :
les promoteurs et autres agents immobiliers ne sont pas des enfants de coeur, ils se sont TOUS TRès enrichis, dans la très grande majorité des cas en ayant connaissance des risques encourus. CONCLUSION SIMPLE de BON SENS : les promoteurs et les agents immobiliers doivent PAYER LES CASSES - d'ailleurs, les propriétaires qui ont tout perdu devraient engager des procédures collectives en se syndiquant, comme pour l'affaire TOTAL ERICA... voila la marche à suivre
a écrit le 04/04/2010 à 17:31 :
Et voilà ! Des permis de construire ont été délivrés dans des endroits où ils n'auraient jamais du l'être, et et ce ne sont pas les irresponsables
a écrit le 04/04/2010 à 16:12 :
c'est sure que lesw 6% d'augmentation c'est pas pour ca lol
a écrit le 04/04/2010 à 15:25 :
J'espère que la note ne sera pas payée par le contribuable national. Les responsables qui ont accordés les permis de construire ,lespromotteurs et les propriétaires qui en dépit du bon sens ont construit tout en connaissant le danger doivent assumer toutes ces dépenses.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :