Xynthia devrait coûter 296 millions d'euros aux assureurs mutualistes

 |   |  275  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le coût estimatif global de la tempête Xynthia pour les assureurs mutualistes s'élève à plus de 296 millions d'euros, en prenant en compte l'ensemble des déclarations reçues au 12 mars, selon le Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (Gema).

Un peu plus de 296 millions d'euros. Tel est le montant estimatif global des dégâts de la tempête Xynthia (27 et 28 février), arrêté le 12 mars par les assureurs mutualistes français, regroupés au sein du Gema (Maaf, Macif, Maif, MAE, Matmut, ...), sur la base de 123.253 déclarations de sinistre.

Les assureurs mutualistes pesaient, fin 2008, 21,2% du marché de l'assurance dommage en France. Le Gema relève que si la plupart des sinistres signalés (93%) concernent la garantie tempête, une large majorité des coûts est imputable aux inondations (57,4%), qui sont indemnisés après publication d'un arrêté de catastrophe naturelle. Pour les deux départements les plus touchés, Charente-Maritime et Vendée, les dégâts estimés ressortent à 105 millions d'euros pour le premier et 57 millions pour le second. Vingt-deux autres départements ont été frappés par Xynthia, selon les déclarations reçues par le Gema.

La tempête Klaus, qui avait frappé la France en janvier 2009, avait coûté aux mutuelles du Gema 370 millions d'euros.

Dans le cas de Xynthia, le délai de déclaration de sinistre a été étendu jusqu'au 31 mars, alors qu'il est normalement de cinq jours pour un sinistre classique et de dix jours dans le cas d'un arrêté de catastrophe naturelle, ce qui implique que des données proches de la facture finale ne seront pas connues avant plusieurs mois.

De son côté, la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA) a estimé pour l'ensemble du marché français de l'assurance à 1,5 milliard d'euros le coût des indemnisations liées à Xynthia, qui a fait 53 morts,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2010 à 6:51 :
Les assureurs comme les banques ne sont pas des philantropes.
Nos cotisations et impots vont augmenter en conséquence et les grands groupes vont faire des bénéfices.
Plutot que de faire payer les responsables (irresponsables) qui avaient des interet à construire des lotissement dans ces zones à risque, l'etat préfère faire payer le petit peuple.
Jusqu'à quand? on se le demande. Une sanction en 2012? Pas sur!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :