Grèce : Christine Lagarde prône la solidarité pas la complaisance

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, la ministre de l'Economie précise les conditions dans lesquelles Paris va répondre à l'appel à l'aide lancé par Athènes. La France pourra débloquer jusqu'à 6,9 milliards d'euros, dont 3,9 milliards versés immédiatement moyennant le versement d'un taux d'intérêt de 5%. En fin d'après-midi, Christine Lagarde a par ailleurs affirmé que "personne ne refuse d'aider la Grèce"

3 mn

(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Solidaire mais pas complaisant. Telle est la ligne de la France après l'appel à l'aide lancé par le Premier ministre grec ce vendredi. Interrogée ce dimanche par le JDD, Christine Lagarde, la ministre de l'Economie l'a redit. : "Nous défendons le territoire de l'euro. Lorsqu'une partie de ce territoire est attaquée, et que notre devise commune est sous pression, on est tous tenus d'être solidaires. Cela ne veut pas dire qu'il faille être complaisant".

La ministre de l'Economie a souhaité que cette "logique" soit comprise par les parlementaires français. Le 3 mai, ils vont effet débattre du plan d'aide du gouvernement à la Grèce. Paris souhaite apporter à Athènes une aide financière de 6,9 milliards d'euros, dont 3,9 milliards versés immédiatement moyennant le versement d'un taux d'intérêt de 5%.

Christine Lagarde assure que lorsque la Grèce remboursera cette première tranche, la France récupérera, rien qu'en intérêts, 150 millions d'euros de plus. "Si une partie des sommes prêtées n'était pas remboursée intégralement, on rajouterait 1% et un complément de 0,5% pour se calquer sur les commissions d'engagement pratiquées par le FMI. Cela nous mettra plus qu'à l'abri dans la mesure où nous empruntons nous-mêmes à 1,5% sur trois ans hors assurance." a ajouté Christine Lagarde.

"Il faudra des mécansimes de contrôle"

Mais la ministre de l'Economie a aussi invité la Grèce à se montrer plus orthodoxe que par le passé. "Avec ses chiffres erronés et ses politiques économiques inadaptées, la Grèce n'a pas tenu ses engagements. Il nous faudra des mécanismes de contrôle pour que l'on soit certain de ne pas tomber dans un puits sans fond. C'est toute la mission qui incombe à la Commission européenne et au FMI." a-t-elle expliqué, reprenant ainsi une thématique chère à la chancelière allemande Angela Merkel et à son ministre des Finances, Wolfgang Schäuble.

En marge du G20 Finances, qui se tient ce dimanche à Washington, Christine Lagarde a également été interrogée sur les conditions émises par l'Allemagne pour apporter son soutien à Athènes. Et elle a assuré que "personne ne refuse d'aider la Grèce".

Pourant, ce week-end, le gouvernement allemand a, de nouveau, insisté sur les conditions que Berlin exigerait pour participer à ce sauvetage. Interrogé par la Bild am Sonntag ce dimanche, Wolfgang Schäuble a expliqué que si Athènes n'acceptait pas des mesures complémentaires pour tenter de sortir de la crise financière dans laquelle se trouvait le pays, le soutien de l'Europe pourrait être remis en cause. "Le fait que ni l'UE, ni le gouvernement allemand n'a pris de décision (sur la fourniture d'aide) signifie que la réponse peut être positive aussi bien que négative" a insisté le ministre allemand des Finances. Même tonalité du côté du ministre des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, pourtant souvent en dessacord avec son collègue des Finances. L'Allemagne n'est "pas prête à faire un chèque en blanc à la Grèce" a-t-il insisté dimanche soir sur une chaîne de la télévision publique allemande.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 27/04/2010 à 8:16
Signaler
TRUEDEF, ne soyez pas étonné du manque de débat en France, hier ds l'émission " C'est dans l'air ", concernant la Grèce TOUS les intervenants étaient pour "l'aide " voilà comment des journalistes font ce travail de démocratie. Si ils ne parlent pas ...

à écrit le 26/04/2010 à 6:24
Signaler
Une info qui pourrait un peu éclaircir la situation et la politique européenne actuelle en ce qui concerne la Grèce: La France est engagée à concurrence de 781 milliards d'euros en "Europe du Sud", i.e. les PIIGS. L' Allemagne l' est à hauteur de 52...

à écrit le 26/04/2010 à 4:45
Signaler
Je suis etonne du manque de debat en France sur ce sujet. Il est clair que nos banques sont pleines d'obligations grecques ou de prets consenties pour financer les JO ou des infrastructures ou encore des hotels 5 etoiles... Je rigole quand j'entends ...

à écrit le 26/04/2010 à 4:34
Signaler
notre ministre vie sur un nuage et a chaque fois le nuage finit par de la pluie LA FRANCE EST IDENTIQUE A LA GRECE

à écrit le 25/04/2010 à 20:11
Signaler
" solidaire mais pas complaisant " je ne sais pas ce qu'il vous faut ! vous avez toujours soutenu la Grèce, on se souvient de vos brusques revirements à l'égard A. Merkel qui pourtant disait des choses fort justes. Et si la Grèce ne payait pas ses d...

à écrit le 25/04/2010 à 19:24
Signaler
Mme. C. Lagarde vous oubliez de parlez de la rallonge de la dette -elle sera de 11 milliards d'euros supplémentaires en 2013- nous dit le chef économiste d'UniCrédit de Londres "... il est clair qu'un effort de consolidation entrainera de nouveau...

à écrit le 25/04/2010 à 16:05
Signaler
@Tartemolle et Sauros : dans mes bras! Par ma chandelle verte, la Grèce paiera!

à écrit le 25/04/2010 à 15:06
Signaler
@EUROS, n'oubliez pas que l'europe du sud s'endette pour acheter des produits ... allemands... qui plus est fabriques a bas pris en europe de l'est.

à écrit le 25/04/2010 à 15:03
Signaler
@Sauros, Christine Lagarde ne cesse de faire des annonces rassurantes qui sont systematiquement dementies 2 ou 3 semaines plus tard... N'a t'elle pas encore compris que ses discours lenifiants n'ont comme seuls effets que de la decredibiliser? Pour l...

à écrit le 25/04/2010 à 14:39
Signaler
Sauros je partage votre avis sur la stupidité des propos sur Mme Lagarde. Le fait est que la Grèce est en situation de faillite et que l'enjeu n'est pas de 40 milliards d'euros mais de 300 soit le montant de sa dette. Et je ne vois pas les européens ...

à écrit le 25/04/2010 à 14:36
Signaler
encore de l'assistance a un pays qui ne pourrat jamais rembourser la crise de l'euros debute d'autre pays vont suivre la france n'est pas loin l'allemagne devrait se retirer de la zone euros pour vivre sa vie seule c'est le seul pays en europe rem...

à écrit le 25/04/2010 à 14:24
Signaler
Vos commentaires de jojo à christine sont d'un bas niveau ,comme beaucoup sur ce forum .Mme Lagarde est une personne ayant fait ses preuves et complimenté par les ministres européens. Ces propos sont tout à fait responsable et de bon sens. Un pays d...

à écrit le 25/04/2010 à 13:52
Signaler
vos propos devrait passer par un tribunal du peuple tribunal qu'il faudrait restaurer

à écrit le 25/04/2010 à 10:02
Signaler
La France, éternelle caniche de l'Allemagne (qui n'attache pas ses caniches avec des saucisses)

à écrit le 25/04/2010 à 9:56
Signaler
j'en ai marre des mots de Mme Lagarde. Sa com est exaspérante

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.