La Grèce appelle officiellement à l'aide l'Europe et le FMI

Le Premier ministre grec a officiellement demandé vendredi l'activation du mécanisme d'aide financière de la zone euro et du Fonds monétaire international. La première tranche sera disponible avant le 19 mai, selon le ministre des Finances grec. Son homologue allemand a assuré ce dimanche qu'une réponse positive de Berlin n'était pas acquise. Dans un entretien au JDD Christine Lagarde explique, de son côté, qu'il faudra des "mécanismes de contrôle pour ne pas tomber dans un puits sans fond"

3 mn

(Crédits : Reuters)

C'est désormais officiel. Lors d'une allocation à la télévision nationale vendredi midi, le premier ministre grec a demandé l'activation du mécanisme d'aide conjoint des pays de la zone euro et du FMI. Ce plan prévoit des prêts de l'ordre de 45 milliards d'euros à un intérêt autour de 5%. "L'activation du mécanisme (d'aide UE-FMI) est un besoin national, et pour cette raison j'ai donné l'ordre au ministre des Finances (Georges Papaconstantinou) de faire toutes les actions nécessaires. Nos partenaires feront le nécessaire pour nous offrir un port sûr pour permettre de remettre notre navire à flot (...) et envoyer le message aux marchés que l'Union europénne ne joue pas et qu'elle protège l'euro", a déclaré Georges Papandréou.

Bruxelles a réagi très vite après cette déclaration en précisant que la mise en oeuvre du plan se ferait dans les plus brefs délais :. "Tout ça va se passer d'une façon rapide et efficace" a expliqué le porte-parole de la Commission pour les affaires économiques, Amadeu Altafaj. "Nous ne prévoyons aucun obstacle", a-t-il ajouté avant de préciser qu'il revenait à la Commission d'entrer d'abord en contact avec la Banque centrale européenne puis "ce sera l'Eurogroupe qui décidera formellement de l'activation".

Le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union Européenne ont mandaté des experts qui se trouvent actuellement en Grèce. Leur mission : préciser les modalités du plan.  "Je ne peux pas dire combien de jours ça va prendre" a expliqué Amadeu Altafaj. De son côté, Dominique Strauss-Kahn, le directeur général du FMI a promis de répondre "rapidement" à la demande de soutien grecque. Il semble d'ailleurs qu'Athènes ait reçu des assurances sur ce sujet.
"Le déblocage prendra quelques jours" a déclaré lors d'un point presse le ministre grec des Finances. Georges Papaconstantinou estime, qu'avec cette annonce, la Grèce n'a plus à redouter l'échéance de la fin mai, date à laquelle elle doit au plus tard avoir levé 9 milliards d'euros pour financer son déficit.

Berlin n'a pas tardé à réagir à cet appel au secours d'Athènes. "Il n'est pas possible aujourd'hui de livrer des informations sur la nature ou le montant de l'aide. (...) Une décision sera possible seulement quand le programme (d'économies) sera présenté" a expliqué la chancelière Angela Merkel à ses concitoyens dans une brève allocution. Pour la chancelière, l'aide à la Grèce ne sera accordée que si des menaces pèsent sur "la stabilité de l'euro dans son ensemble" et à la condition qu'Athènes présente "un programme d'économies crédible". Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances a de son côté précisé dans un entretien publié ce dimanche par la Bild Zeitung que Berlin n'avait accordé aucun blanc seing à la Grèce : "Le fait que ni l'Union Européenne ni le gouvernement allemand n'ait pris de décision sxignifie que la réponse pourra être aussi bien positive que négative" a-t-il expliqué.

En déplacement à Washington pour le G20 Finances, Christine Lagarde la ministre française de l'Economie, avait affirmé vendredi devant des journalistes qu'il appartenait maintenant à chaque pays de l'Eurogroupe de prendre les mesures nécessaires. Ce dimanche, dans une entretien au JDD, elle a précisé que si la Grèce ne peut pas rembourser, la France mettra "le pied sur la pédale de frein" et que de toutes façons, il faudra des "mécanismes de contrôle pour ne pas tomber dans un puits sans fond".
 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 25/04/2010 à 9:55
Signaler
Version 1 : Les Grecs ont triché. Ils ont menti et sont entrés dans la zone Euro par effraction. Alors qu'ils sortent sur la pointe des pieds....De toute façon comment prêter de l'argent que l'on n'a pas. Version 2: Nous ne respectons pas les règl...

à écrit le 25/04/2010 à 7:52
Signaler
et si la solution la plus simple et la plus efficace pour les grecs était tout simplement d'annoncer qu'ils ne rembourseront pas leurs dettes. plus de dettes, plus besoin d'emprunter pour les rembourser ... plus besoin du FMI. le système financier mo...

à écrit le 24/04/2010 à 20:33
Signaler
@Phidias Comme si le problème de déficit et de dette publique était l'apanage des seuls pays du sud de l'UE ou de la France. Il faut savoir qu'à l'horizon 2011, la très vertueuse Allemagne sera elle-même endettée à plus de 85% de son PIB, plutôt loin...

à écrit le 24/04/2010 à 7:50
Signaler
Personne ne doute de l'importance d'aider la Grèce, ne serait-ce que pour assoir la crédibilité de la zone Euro, et la position de Madame Merkel a le mérite d'être claire en subordonnant cette aide à l'étude précise des besoins et des économies proj...

à écrit le 24/04/2010 à 6:39
Signaler
Nous assistons à la dislocation géopolitique des grands blocs: Zone Euro, USA démontrée par le GEAB. La Grèce, 2 solutions pour l'Europe soit : 1. prêter non pas 30 mais 300 milliards d'euros car la dette grecque est de ce montant avec des pbs à ven...

à écrit le 24/04/2010 à 5:50
Signaler
"La chancelière Angela Merkel n'a pas manqué, de son côté, de rappeler la position prudente de l'Allemagne. "Il n'est pas possible aujourd'hui de livrer des informations sur la nature ou le montant de l'aide. (...) Une décision sera possible seulemen...

à écrit le 23/04/2010 à 22:56
Signaler
Bonnes gens pourquoi s'inquiéter, se mettre en colère même après la Grèce qui nous pompe dans tous les sens du mot, il y aura une rallonge de la dette grecque de 11 milliards d'euros supplémentaires en 2013 -nous dit le chef économiste d'UniCrédit de...

à écrit le 23/04/2010 à 15:57
Signaler
Tout cela est passionnant mais pourquoi La Tribune ne relaye pas les infos lorsque son propriétaire saborde un titre de la presse informatique comme SVM? Rétention d'information?

à écrit le 23/04/2010 à 14:44
Signaler
Construction de l'Union Européenne. C'était avant. Aujourd'hui avec le "nein" allemand à la Grèce, c'est la fin de l'Europe. Ajoutez y l'éclatement imminent de la Belgique, future de l'Italie et probable de l'Espagne et vous avez un scénario réel de ...

à écrit le 23/04/2010 à 13:45
Signaler
Les pays de l'eurozone n'ont d'autre choix que celui d'aider la Grèce, c'est un fait que les marchés ont acté depuis le début, mais ils ont joué et gagné sur le temps perdu de l'eurogroupe à trouver un accord d'abord puis à accoucher de la concrétisa...

à écrit le 23/04/2010 à 12:37
Signaler
avec les économistes 1+1= 10 ou bien 1+1=-40 ; va falloir un comptable au gouvernement en 2012 parce que 1+1=2 ni plus ni moins; y'en a mare de tous ces politiques qui se servent de notre argent, de notre économie, qui puisent dans l'épargne des plus...

à écrit le 23/04/2010 à 10:20
Signaler
la france qui est fauchée se met en avant pour prêter aux grecs dilapideurs et tricheurs . Sans doute avons nous beaucoup à perdre , comme la participation du crédit agricole dans la banque emperiki . On est vraiment des nuls !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.