Les taux de la dette grecque à un plus haut niveau historique

 |   |  510  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Les taux des obligations grecques à 10 ans ont franchi ce lundi leur plus haut niveau depuis l'entrée du pays dans la zone euro, à 7,764%. Une escalade qui confirme les inquiétudes du marché sur la capacité de la Grèce à venir à bout de ses déficits. La réunion prévue ce lundi entre l'Union européenne, le Fonds monétaire international et le gouvernement grec a été reporté à mercredi pour cause de ciel européen paralysé.

Les taux des obligations grecques atteignent à nouveau des sommets. Les rendements des obligations à 10 ans ont franchi ce lundi leur plus haut niveau depuis l'entrée du pays dans la zone euro, à 7,764%, un taux proche de celui que doit proposer actuellement le Mexique pour lever de l'argent.

En d'autres termes, la Grèce doit désormais offrir un surplus ("spread") de 4,60 points de pourcentage par rapport à l'Allemagne pour emprunter sur les marchés. L'accalmie qui avait suivi l'annonce le 11 avril des modalités du plan d'aide européen à la Grèce aura donc été de courte durée.

Cette hausse est dans la continuité de vendredi, les investisseurs ayant manifesté en fin de semaine dernière une aversion pour le risque, après les révélations sur Goldman Sachs. Le gendarme boursier américain a annoncé des poursuites contre la banque d'investissement américaine, ce qui a refroidi les marchés et pesé par ricochet sur les actifs les plus fragiles comme la dette grecque.

Pas de nouvelles mesures d'austérité

Cependant, cette  tension sur les taux du pays reflète avant tout les inquiétudes sur la capacité de la Grèce à réduire ses déficits. Le gouvernement grec a d'ailleurs exclu lundi de durcir en 2010 les mesures d'austérité infligée au pays pour redresser ses finances, renvoyant aux deux années suivantes une éventuelle autre cure de rigueur.

"Les mesures et décisions que nous avons prises pour 2010 sont hypersuffisantes, elles vont plus loin que ce que nous auraient demandé le FMI et les autres organismes parties prenantes au mécanisme de soutien" à la Grèce, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Georges Pétalotis.

Le marché attend donc une amélioration des comptes publics grecs, dont l'état de délabrement rend peu attractif la dette grecque. Cette dernière "cumule tous les problèmes", selon René Defossez de Natixis cité par l'AFP (Agence France Presse), car "elle est peu liquide, mal notée par les agences financières et les statistiques officielles grecques ne sont pas très fiables".

Recours au plan d'aide européen

La réunion prévue lundi entre le gouvernement grec, l'Union européenne et le FMI (Fonds monétaire international) - probable prélude à une activation du plan d'aide européen - a été reportée à mercredi, pour cause de trafic aérien paralysé en Europe.

Le Premier ministre grec, Georges Papandréou, a indiqué ce lundi que si "l'intérêt du pays l'impose", il recourra "sans hésitation" au plan d'aide européen.

Ce plan prévoit des prêts pour un montant de 30 milliards d'euros à Athènes au taux de 5%, soit moins que le marché. Plus les taux du marché augmentent, plus la Grèce devrait donc être tenté d'accepter le plan européen, qui permettra par ailleurs d'éloigner le risque de défaut du pays, en tout cas cette année.

L'Etat grec fera son retour sur les marchés mardi, avec une émission de titres à trois mois afin de lever 1,5 milliard d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2010 à 20:03 :
aineias : il y a des choses qui vous échappent ( et à nous aussi ) dont vous ne voulez pas parler. Voilà dix ans que la Grèce est soit-disant au bord de la faillite alors qu'elle a un produit intérieur brut par habitant à 95 et la France à 107, l'Allemagne 116 (ce qui fait une marge ) données de Eurostat (CE). Soit vos chiffres sont faux, car la Grèce n'a pas d'industrie, le tourisme est en perdition , peut-on savoir quelles sont les mesures d'austérités quand encore maintenant certains (pour ceux qui travaillent ) touchent treizième mois et même quatorzième mois, la retraite à 55 ans ! en Allemagne à 65 ans, Danemark 67 ans, (la France ? en discussion). Je pense que A. Merkel, avait raison dès le début " ...il faut que les Grecs de travaillent pour la Grèce ". Dans mon entourage on est contre cette aide - l' Espagne c'est calamiteux. Une chose est certaine c'est que vous accusez tout le monde de cette situation, vous en êtes les responsables : vous émigrez alors qu'il faut rester.


a écrit le 20/04/2010 à 19:57 :
24 pays sur 27 à l?Europe ont un déficit supérieur au pacte de 3%. De là à se poser la question comment un pays de 10ml d?habitants a une dette de 300 milliards, est pour le moins naïve. Les états fonctionnent de cette façon depuis qu?ils existent. Les états unis sont endettés sans interruption depuis 1797 !! D?accord avec civitas, le copier coller est gonflant. La Grèce est devenue la pompe à fric au niveau mondial. C?est une bulle qui doit son existence qu?à ses créanciers (banques françaises et allemandes en majorité). Tant qu?elle génère des bénéfices, la situation perdurera.
a écrit le 20/04/2010 à 18:37 :
Pardon mais les Mexicains n'empruntent pas au meme taux que les Grecs mais 300 pts de base en dessous, de plus, le pays est sur un nouveau rythme de croissance de 5% qd Athenes s'apprête a vivre une terrible récession qui pourrait l'empêcher de seulement payer les interets de sa dette.
a écrit le 20/04/2010 à 11:52 :
"Le gouvernement grec a d'ailleurs exclu lundi de durcir en 2010 les mesures d'austérité "
Tant que les Grecs trouveront des pigeons pour leur permettre de vivre grand train à crédit .. .A fonds perdu !
Les autres PIIGSF sont dans la prochaîne charette
a écrit le 20/04/2010 à 9:23 :
Entièrement d'accord avec Aziz. On nous cache des choses d'une part, mais en plus comment peut on expliquer que l'Europe, c.a.d. la Commission, le Conseil et la BCE, n'ait pas vu venir cette catastrophe tellement évidente?!?
Les responsables politiques et financiers de la Grèce doivent être punis sévèrement comme les responsables des grandes banques américaines et Européennnes, ainsi que tous les SPECULATEURS qui font et défont des économie entières, pour JOUER. Je vais plus loin et dis que TOUS les INCOMPÉTENTS des instutions Européennnes devraient êtres virés et les chefs d'Etats de la zone Euro, de 2001 (début de l'Euro) à 2007/2008 sévèrement sanctionnés.
a écrit le 19/04/2010 à 21:11 :
je pense que la crise greque va etre la cause de la fissuration de union europ et l agravation de la crise economique mondiale.je ne comprend comment un pays de 10 mil d habitants puisse arrive a une dette de 250 milrd de dollars.sincerement je ne sais pas
a écrit le 19/04/2010 à 15:49 :
Ce "copier/coller" quotidien sur la Grèce, qui fait le jeu des spéculateurs, commence à devenir ennuyeux, voire même "gonflant".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :