Les notes souveraines du Portugal et de la Grèce dégradées

 |   |  256  mots
L'agence de notation financière Standard & Poor's a dégradé la note souveraine du Portugal de deux crans, à A- contre A+ auparavant. Pour la Grèce, elle a rétrogradé sa note souveraine en catégorie spéculative ("junk"), abaissant la note à long terme de l'Etat grec de trois échelons, à BB+.

La Grèce et le Portugal sanctionnées. Standard & Poor's a annoncé ce mardi avoir abaissé de deux échelons la note d'émetteur souverain à long terme du Portugal, à A- contre A+, une décision justifiée par le niveau élevé de la dette publique et la faiblesse des perspectives économiques.

L'agence de notation évoque dans un communiqué les "risques budgétaires accrus" auxquels sont confrontées les autorités portugaises.

"Dans notre nouveau scénario économique de base, nous prévoyons que le gouvernement portugais pourrait peiner à stabiliser son ratio d'endettement relativement élevé à l'horizon 2013", ajoute-t-elle.

S&P maintient une perspective négative sur les notes du Portugal, ce qui implique un risque de nouvelle dégradation.

Concernant la Grèce, Standard & Poor's a annoncé aussi avoir rétrogradé sa note souveraine en catégorie spéculative ("junk") en raison de ses inquiétudes sur la capacité d'Athènes à mettre en oeuvre les réformes nécessaires pour réduire la dette publique.

L'agence a abaissé la note à long terme de l'Etat grec de trois échelons, à BB+, la note la plus élevée de la catégorie spéculative dans son échelle de notation.
La perspective de cette note reste négative, ce qui signifie que S&P pourrait encore l'abaisser. Dans un communiqué, l'agence justifie sa décision par une nouvelle évaluation des "difficultés politiques, économiques et budgétaires auxquelles est confronté le gouvernement grec dans ses efforts pour redonner au fardeau de la dette publique une trajectoire baissière soutenable".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2010 à 13:07 :
Inconcevable ! La France n'a plus la possibilité de donner à la Grèce l'argent qu'elle n'a pas elle même. Au risque de voir augmenter son taux d'endettement et voir sa note à son tour dégradé d'ici un à deux ans.
Avec la grande possibilité de ne jamais revoir son argent, la Grèce va inévitablement à la faillite.
De plus ensuite se sera le Portugal l'Espagne l'Italie ect...
Une seul solution la Grèce doit quitter l'Euro, et demander au FMI.
a écrit le 28/04/2010 à 5:04 :
ce système de notation est très pervers car lorsqu'un Etat est en difficulté, on dégrade sa note, on l'empêche de respirer, voire même on l'asphyxie... pour s'en sortir on lui propose la mise sous tutelle...à un prix exhorbitant ... c'est un vrai racket realisé par les pays riches au detriment de ceux qui sont moins favorisés...ou moins habiles dans leurs strategies deliberement magouilleuses
a écrit le 27/04/2010 à 21:06 :
tout à fait d'accord avec les 3 commentaires précédents.

A quand la suppression de ces agences de notation qui n'ont pas été capables de prévoir la crise. On croirait avoir à faire aux sondeurs d'opinionway : les résultats des études ont un but, en ce moment, c'est tout faire pour que l'UE continue son laissez faire libéral sans aucune politique active.
a écrit le 27/04/2010 à 19:49 :
Ce n'est pas en abaissant la note de pays en difficulte qu'on leur rend service ..
Cela ne fait que les etrangler d'avantage .... Laissons leur l'opportunuite de prendre les mesures indispensables pour redresser leurs finances dans un delai raisonnable . Si d'ici la leurs efforts s'averent insuffisants ou inefficaces , decidons alors de la faillite de ces pays .
a écrit le 27/04/2010 à 19:26 :
bravo! voila c'est fait.....a suivre l' Espagne, puis la France et l' Italie. Par contre les US qui font financer leurs extravagances budgétaires par Taiwan et la Chine continentale, ça ne dérange personne. Et Londres? personne ne s' en prend a la vie a crédit des anglais? comme c'est bizarre!! le chien ne fait pas ses besoins ou il mange n'est ce pas?
a écrit le 27/04/2010 à 19:14 :
Mais non c'est excellent pour l'industrie Européenne qui exporte !
Toute baisse de l'Euro est une une bonne nouvelle et de la croissance industrielle.
Tant pis pour les vacanciers.... ;-)
a écrit le 27/04/2010 à 18:59 :
Ah Ah Ah laissez moi rire... On abaisse la note de la Grece et du Portugal, mais surtout pas celle de l'Angleterre et de son cousin Americain, qui sont autrement plus en mauvaise posture que les deux pays europeens.La FED et la banque d'Angleterre emettent des bons du tresor que personne ne veut et qu'elles rachetent via des societes offshores, mais tot ou tard, la mascarade finira par etre devoilé et la ca sera le debut de la fin .
Et enfin a quand une agence de notation europeenne et pourquoi pas Chinoise pour faire un contre poids a la partialité des agences americaines et anglaise???
Preparons nous a des lendemain difficile dès les resultats definitifs des elections Anglaise, car quelques soit le parti vainqueur, il ne pourra plus caché la situation catastrophique du pays et sera aussi l'elements declencheur pour les Etats Unis...
Au fait comment se porte la Californie???
a écrit le 27/04/2010 à 18:47 :
N'est ce pas Standard & Poor's qui avait bien noté les créances hypothécaires titrisées qui ont métastasé le système financier mondial ? C'est la même agence qui s'en prend maintenant à la dette souveraine de certains états européens. Pourquoi nos responsables politiques (européens) ne réagissent ils pas, ou si peu ?
a écrit le 27/04/2010 à 18:46 :
Pour qui se prennent les "agences de notations" ? Pour des dictateurs à qui on réserve une impunité en toute complaisance. Il n'y a donc pas que dans la direction des états que ce genre de pratique sévit. Il est urgentissime, à l'aune des catastrophes économiques et humaines engendrées par de tels comportements,de changer raidcalement les acteurs.
a écrit le 27/04/2010 à 15:06 :
ca sent le complot!!!
bien joué les "américains"....
a écrit le 27/04/2010 à 14:23 :
Tout celà semble s'inscrire dans un plan concerté ou informel destiné à intimider, voire saboter par petits coups de pitchnette, la zone euro, afin de dissuader les dirigeants de celle-ci de prendre ou d'appuyer des mesures de régulation et de contention envers les acteurs toxiques (Spéculateurs-Tricheurs...) actifs sur les marchés financiers. Gare aux retours de manivelle!...
a écrit le 27/04/2010 à 13:34 :
Les spéculateurs ont gagné :( Merci S&P d'avoir allumer la mèche !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :