Pas de menace sur la note "triple A" de la France, assure Lagarde

Evoquant la réforme des retraites, elle a précisé que le gouvernement entendait ainsi adresser "un message de sécurité" aux marchés. Fitch estime moins vraisemblable un prochain abaissement de la note de la dette française.

1 mn

Il n'y a pas de raison de penser que la note souveraine de la dette française ("triple A") soit menacée, réaffirme Christine Lagarde. "La notation de la France est triple A stable, il y a d'autres triples A qui sont moins stables, je regarde de l'autre côté de la Manche par exemple".

Priée de dire si la note de la France était menacée, elle a répondu : "Il n'y a pas de raison le penser."

Evoquant la réforme des retraites, elle a précisé que le gouvernement entendait ainsi adresser "un message de sécurité" aux marchés. "Il faut que les prêteurs qui investissent sur le risque France sachent que ce risque est bien géré", a-t-elle souligné.

La France fait des progrès en matière de réformes structurelles, ce qui implique qu'il y a désormais moins de risques aujourd'hui que la note de la France soit dégradée, a déclaré vendredi à Reuters Télévision un analyste de l'agence de notation Fitch.

Le gouvernement de François Fillon s'est engagé à réduire ses déficits et a annoncé cette semaine une réforme du système des retraites.

Prié de dire s'il avait moins de risques que la note de la dette souveraine française soit abaissée aujourd'hui qu'il y a un mois ou deux, David Riley, directeur de la notation souveraine chez Fitch, a déclaré: "Oui, bien sûr. La France fait beaucoup plus que ce qu'elle faisait auparavant, notamment lorsqu'elle a annoncé un plan de stabilisation et qu'il manquait de détails".

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.