Triple Ah Ah Ah pour Baroin

 |   |  385  mots
(Crédits : Albert Caen)
Par Philippe Mabille, rédacteur en chef et éditorialiste à La Tribune.

Après la Grèce, le Portugal et l'Espagne, quel est le prochain pays sur le tableau de chasse des agences de notation ? La note AAA de la France est limite, limite, nous dit François Baroin. Le ministre des Comptes publics est certes un parlementaire averti, mais c'est encore un jeune ministre. Quand on parle du crédit international de son pays, il y a des choses qui ne se disent pas, même si c'est la vérité. Surtout quand la confiance s'érode sur les dettes souveraines.

Les équipes de l'agence France Trésor, qui sollicitent chaque semaine les marchés, pour un montant qui atteindra cette année le record de 240 milliards d'euros ont dû avoir quelques sueurs froides ! Alors certes, François Fillon avait fait encore plus fort, en parlant carrément de "faillite" de l'Etat au début du quinquennat, mais c'était avant la crise. Ne paniquons pas, la solution existe, elle est allemande. D'ailleurs, comme un pied de nez de l'histoire, il se trouve que mai a été le pire mois boursier depuis mai... 1940 !

Pour éviter la débâcle en juin, regardons donc ce que fait Berlin. Au risque de mourir guérie, l'Allemagne s'apprête à se donner les moyens de garder son précieux AAA. Les Américains et les Français lui demandent de relancer l'économie ? Eh bien, ce sera une hausse des impôts, a annoncé Wolfgang Schaüble. Il est vrai que le ministre allemand des Finances gère une situation guère plus enviable que celle de la France. Mais à la différence de nous, l'Allemagne a décidé de faire ce qu'elle dit : au programme, augmentation de l'impôt sur le revenu, nouvelle hausse de la TVA, qui serait portée à 25%, le plafond européen, et remise en cause des niches fiscales comme la baisse de TVA dans l'hôtellerie.

A-t-on entendu François Baroin dire qu'il va annuler la baisse de TVA dans la restauration, ou augmenter les impôts pour tenir l'objectif qui lui a été assigné de trouver 100 milliards d'euros en trois budgets ? Au rythme où vont les économies budgétaires en France, on peut donc sans crainte de se tromper décerner un triple Ah Ah Ah à François Baroin, le ministre des missions impossibles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2010 à 6:41 :
Il semble que nous soyons rendus aujourd'hui au point Zéro tant espéré, rêvé et obtenu par la gauche, par leur néfaste capacité de désinformation. Est-ce cela la politique? Travestir la réalité par des promesses intenables; la France serait-elle le seul pays de cocagne où les aides sociales tombent à flots continus, les chômeurs hésitent à reprendre une activité tant les indemnités sont "éternelles et roboratives,l'âge de la retraite ka plus faible???
a écrit le 02/06/2010 à 6:18 :
Vous avez raison. Je le pense depuis longtemps et j'ai d'ailleurs ouvert un blog qui reçoit de plus en plus de visites entre autre sur ce sujet:
http://lescontribuables.canalblog.com
En effet je redoute les conséquences de la dette que nous laisserons à nos enfants et petits enfants.
a écrit le 01/06/2010 à 15:49 :
pour annuler la baisse de TVA dans la restauration, dont les consommateurs n'ont pas vu la couleur, malgré les promesses du gouvernement et des restaurateurs eux mêmes. Et profitons en pour supprimer les aides à l'achat immobilier, qui ne servent à rien sauf à faire monter les prix encore plus haut : ces aides inutiles coutent 7 milliards par an.
a écrit le 01/06/2010 à 12:30 :
un volte face sur le taux de tva dans la restauration et le chômage s'envole . les fermetures suivront. Nous deviendrons un pays de chaines industrielles et de sandwichs . la baisse de la tva dans la restauration n'est pas une niche fiscale mais une équité devant l'impôt. (sandwich, plat du jour même combat ou alors tout le monde à 19.6% ) . quels secteurs achètent à 5.5% et revendent à 19.6%?
a écrit le 01/06/2010 à 11:12 :
Quel plaisir de lire cet article sur La Tribune. C'est bien cette clarté dans l'analyse journalistique et dans sa diffusion qui fait la différence entre les journaux. La vérité et l'honnêteté finiront par payer. Bravo à l'auteur.
a écrit le 01/06/2010 à 8:31 :
Très bien dit. Si l'augmentation des impots ne me fait pas sauter de joie il faudra de toute façon y passer pour éponger les excès des 30 dernieres années. Alors vite faisons le tant que les papy boomer travaillent encore, qu'il payent pour ce dont ils ont jouit sans contrepartie pendant si longtemps.

a écrit le 01/06/2010 à 7:50 :
Excellente chronique. Baroin a beau se debattre avec des considerations lexicales aujourd'hui en disant que par "tendu", il fallait comprendre "sans relache", les marches, qui parlent anglais, ont bien compris eux: keeping the AAA rating will "a stretch". Resultat, le cout pour s'assurer contre le risque de defaut de la dette francaise explose en bourse ce matin. Bravo M. Baroin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :