La baisse du chômage se fait attendre

 |   |  695  mots
(Crédits : Reuters)
Le nombre de demandeurs d'emploi tenus de faire une recherche active d'emploi (catégories A, B et C) progresse modérément en juin par rapport à mai. Comparé à il y a un an, la hausse reste toutefois importante, presque 10%. Dans la seule catégorie A (chômeurs sans activité aucune), juin marque une baisse mensuelle de 0,3%.

Selon les informations de la Dares et de Pôle Emploi publiées ce jeudi, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (chômeurs sans aucune activité) s'établit à 2.691.000 personnes en France métropolitaine à fin juin 2010. En juin, mois propice à l'embauche de saisonniers, le nombre d'inscrits a ainsi baissé de 0,3% par rapport à mai , ce qui représente 8.600 personnes. Sur un an, ce chiffre croît toutefois de 6,9%.

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégories B et C (chômeurs exerçant une activité réduite; activité courte pour la catégorie B ou longue pour la C) s'établit à 1.267.500 personnes à fin juin. Les deux catégories enregistrent une hausse des inscrits respectivement de 3,2% et de 1,1%.

Au total, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi de catégories A, B, C (c'est-à-dire tenus de faire une recherche active d'emploi) s'établit à 3.958.500 personnes en France métropolitaine à fin juin, 4.201.100 avec l'Outre-mer. Ce nombre progresse de 0,4% sur le mois (soit de 15.600 personnes). Sur un an, il augmente de 9,3%.

"Un nombre de demandeurs d'emploi qui diminue de 8.600, fût-ce en catégorie A, c'est une bonne nouvelle", "il y a du mieux, on s'en réjouit, on ne baisse pas les bras, on continue", a déclaré la ministre de l'Economie Christine Lagarde à l'Agence France Presse. Pour la ministre, le marché du travail français est dans "une stabilisation selon le schéma de la tôle ondulée, qui est dû à une situation de croissance économique qui devrait s'améliorer au second semestre".

Pas de mieux pour les seniors ni pour les plus fragiles, en contrat aidé

Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie D (personnes non tenues de chercher un emploi en raison d'un stage, d'une formation, d'une maladie) baisse de 1,3%. Le nombre de ceux inscrits en catégorie E (personnes non tenues de chercher un emploi, déjà en emploi, par exemple bénéficiaires d'un contrat aidé) marque une nette progression: +4,1%. Au total ces deux catégories regroupent à fin juin 605.700 en France métropolitaine.

Dans les catégories A, B et C, le nombre de chômeurs de plus de 50 ans s'accroît de 1,4% sur le mois et, surtout, de 17,9% en glissement annuel.  "Il est clair qu'en ce qui concerne les seniors, on n'a pas d'amélioration", a observé Christine Lagarde, qui a rappelé l'entrée prochaine en vigueur, avec le projet de loi sur les retraites, de l'aide à l'embauche des chômeurs de 55 ans ou plus. "On doit faire cet effort là en particulier pour les seniors, c'est là qu'on doit faire porter l'action", a insisté la ministre.

Les jeunes mieux lotis

Le nombre de chômeurs de moins de moins de 25 ans baisse en revanche de 0,7% sur le mois et progresse - toutefois de manière modérée - sur l'année (+2,6%). "La stabilisation du marché du travail profite en premier lieu aux jeunes. 6.700 jeunes ont ainsi quitté le chômage pour retrouver une activité en juin", déclare ainsi Christine Lagarde. Cette dernière rappelle également que le président de la République a annoncé en mai que les aides en faveur de l'alternance seraient prolongées jusqu'à la fin de l'année.

Le nombre de chômeurs de  25 à 49 ans est celui qui augmente le moins en juin (+0,4%), mais sa hausse en glissement annuel est notable: 8,9%.

Les offres d'emploi collectées par Pôle emploi ont diminué de 0,6 % au mois de juin 2010.

La "lutte continue de plus belle"

Pour Christine Lagarde, ces chiffres signifient que "la lutte pour l'emploi continue de plus belle" et qu'"on a un énorme travail à faire en formation professionnelle et en incitation à l'embauche pour ceux des salariés qui sont en chômage de longue durée et qui sont en nombre important".

Dans son communiqué, la ministre de l'Economie et son secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez mettent ainsi en avant la hausse des objectifs en matière de contrats aidés non-marchands pour 2010, de 360.000 à 400.000. Et rappellent la décision du chef de l'Etat de maintenir jusqu'à fin 2010 les aides à la reconversion des licenciés économiques ainsi que celles destinées aux entreprises recourant à l?activité partielle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :