Liliane Bettencourt "outrée" de voir ses coffres forcés

 |   |  368  mots
Ce mercredi matin, le domicile de Liliane Bettencourt de Neuilly-sur-Seine, a fait l'objet d'une perquisition dans le cadre de l'enquête autour du photographe François-Marie Banier.

La juge Isabelle Prévost-Desprez a, d'après des sources policières interrogées par Reuters, réclamé une perquisition du domicile de Liliane Bettencourt, à Neuilly-sur-Seine. Celle-ci s'est déroulée ce mercredi alors que la milliardaire est actuellement à l'étranger. Les policiers ont agi dans le cadre d'une commission rogatoire.

"La brigade financière m'a demandé ce matin par téléphone si j'acceptais une perquisition de mon domicile (...). N'ayant absolument rien à cacher, j'ai bien évidemment accepté", a expliqué après coup Liliane Bettencourt dans un communiqué. "Je suis donc affreusement choquée d'apprendre que les serrures de mes coffres ont été forcées et les chambres de mes salariés fouillées", a-t-elle poursuivi. "Je suis outrée et choquée, blessée et triste de voir ma vie privée étalée et violée de nouveau", a dit Mme Bettencourt.

La perquisitions'est déroulée dans le cadre de l'affaire François-Marie Banier, le photographe ayant obtenu un milliard d'euros de dons de la part de la milliardaire et accusé d'abus de faiblesse sur cette dernière. Les enquêteurs recherchent notamment des bouts de papier, sorte de "memo" écrits par des proches de Liliane Bettencourt et que cette dernière, âgée de 87 ans, devait apprendre avant d'importants rendez-vous. Alors que les enquêteurs croyaient ces papiers détruits, "Le Monde" indique, dans son édition de jeudi, que l'ex-femme de chambre a révélé mardi aux policiers l'endroit où se trouvaient les fameux bouts de papier. 

Il s'agit également de vérifier la présence ou non de certaines oeuvres d'art dans la demeure de Liliane Bettencourt et s'assurer qu'elles ne sont pas chez le photographe.

Le procès du photographe, qui devait débuter le 3 juillet, a été renvoyé en raison de la publication d'enregistrements clandestins de la milliardaire et d'une demande de compléments d'informations. Mais l'avovat de la milliardaire, Maître Kiejman a fait appel de cette décision.

Le 26 juillet, la police s'est déjà déplacée à Neuilly au domicile de Liliane Bettencourt. Il s'agissait alors de l'audition par la brigade financière de Liliane Bettencourt au sujet de l'enqûte sur la gestion de sa fortune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :