Affaire Bettencourt : Eric Woerth dénonce une "lapidation médiatique"

 |   |  269  mots
Ce week-end, un nouveau front judiciaire s'est ouvert: un premier pas a été franchi vers la saisine de la Cour de justice de la République (CJR), chargée de juger les crimes et délits commis par des ministres en exercice.

Le ministre du Travail, Eric Woerth, se dit victime d'une "lapidation médiatique" dans une interview publiée lundi par Le Parisien/Aujourd'hui en France. "C'est un peu une chasse à l'homme, comme il existe ici des chasses à courre. Sauf que c'est moi qui joue le rôle du cerf", déclare le ministre. "Je subis depuis deux-trois mois une sorte de lapidation médiatique assez impressionnante", poursuit-il. "Tout cet acharnement, c'est fait pour tuer."

Eric Woerth est au centre d'une tourmente politique depuis la révélation d'enregistrements clandestins de conversations de Liliane Bettencourt, l'héritière du groupe L'Oréal. Eric Woerth a, lorsqu'il était ministre du Budget, décoré de la Légion d'honneur Patrice de Maistre, le gestionnaire de la fortune de l'héritière de L'Oréal, qui avait également embauché la femme du ministre, Florence Woerth.

La gauche estime qu'il y a là un conflit d'intérêts car le ministre du Budget dirige l'administration fiscale et Liliane Bettencourt possède la troisième fortune de France.

Ce week-end, un nouveau front judiciaire s'est ouvert: un premier pas a été franchi vers la saisine de la Cour de justice de la République (CJR), chargée de juger les crimes et délits commis par des ministres en exercice. Le procureur général près la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, va étudier les documents pouvant justifier d'une prise illégale d'intérêts dans l'affaire Bettencourt, et de favoritisme, dans la vente de terrains à Compiègne, a-t-on appris dimanche dans l'entourage du magistrat. Il pourrait ensuite saisir la commission des requêtes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :