Pour Christine Lagarde, le coût des grèves reste difficile à chiffrer

 |   |  257  mots
Interrogée sur Europe 1, Christine Lagarde, la ministre de l'Economie s'est contentée de citer une fourchette de 200 à 400 millions d'euros par jour. De son côté, la CGPME estime que les grèves contre la réforme des retraites ont coûté au total 4 milliards d'euros à l'économie française.

Combien coûte à l'économie français le mouvement de contestation sociale qui perturbe la bonne marche de l'économie française ? A cette question, Christine Lagarde préfère répondre de façon prudente. Interrogée ce lundi sur Europe 1, la ministre de l'Economie a cité une première fourchette mentionnée par "certains" : "entre 200 et 400 millions d'euros par jour." Mais elle s'est gardée de dire si elle la reprenait à son compte, car, a-t-elle insisté, ce coût reste "difficile à chiffrer".

"Il est évident que le secteur chimique, en particulier, qui a un besoin important de ravitaillement en produits pétroliers, souffre" a-t-elle affirmé avant de souligner que
"c'est l'attractivité du territoire qui est en cause quand on voit des images comme celles-là.".

Et la ministre de pointer du doigt les risques que font peser les opposants à la réforme des retraites à la reprise : "Il ne faut pas aujourd'hui peser sur cette reprise avec des mouvements qui sont douloureux pour l'économie française et très douloureux pour un certain nombre de PME qui ratent des commandes ou échouent dans leurs tentatives de redressement ou d'investissement."

Un point de vue largement partagé par la CGPME. Dans un communiqué, l'organisation patronale estime elle qu'on "peut raisonnablement chiffrer le coût des grèves et de leurs effets induits à plus de 4 milliards d'euros pour l'économie française." Et elle ajoute : "Les PME les plus fragiles sont aujourd'hui menacées. La reprise qui semblait poindre s'éloigne au fur et à mesure que la chienlit s'installe."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :