Retraites : les syndicats divisés sur la sortie du conflit

 |   |  350  mots
(Crédits : REUTERS)
Très attendue, la rentrée des lycéens après les vacances de la Toussaint s'est déroulée sans blocage, même si de petites manifestations ont été organisées à Paris, Lyon ou Toulouse.

Alors que la huitième journée de mobilisation contre la réforme de retraites en deux mois est prévue samedi, les organisations syndicales peinent à imaginer une sortie unitaire du conflit. Et se divisent entre le camp des réformistes qui veut tourner la page des manifestations à répétition maintenant que le projet de loi est adopté et les protestataires qui souhaitent continuer les actions jusqu'à la promulgation du texte. Jeudi en début de soirée, aucun consensus ne se dégageait après plusieurs heures de discussion au sein de l'intersyndicale. Faute de trouver un accord et pour ne pas donner l'image d'une désunion, les syndicats pourraient renvoyer leur décision au lendemain de la manifestation de samedi.

Mercredi, la CGT avait semé le trouble en annonçant qu'elle proposerait, jeudi, une nouvelle journée d'actions en novembre. Face aux réticences de la CFDT, de l'Unsa, de la CGC et de la CFTC, la centrale de Bernard Thibault avait modéré ses ambitions, précisant que cette initiative ne prendrait pas forcément la forme de grèves ou de manifestations. Pas suffisant pour trouver un consensus rapide au sein de l'intersyndicale.

Jeudi, le calme est revenu progressivement sur le terrain. Certes, la contestation a encore été perceptible dans le secteur de l'aérien. À l'appel de quatre fédérations syndicales des transports, les accès aux aéroports de Roissy, Toulouse, Clermont-Ferrand et Nantes ont été perturbés. Mais le retour à la normale devrait intervenir dès ce vendredi. Dans les ports, la CGT a suspendu son mouvement de grève après avoir obtenu un dispositif spécifique de préretraites pour pénibilité financé par la branche et qui permettra aux travailleurs portuaires de partir cinq ans avant l'âge légal.

Très attendue, la rentrée des lycéens après les vacances de la Toussaint s'est déroulée sans blocage, même si de petites manifestations ont été organisées à Paris, Lyon ou Toulouse. Les organisations lycéennes ont aussi appelé à participer aux cortèges de samedi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :