La consommation des ménages déprimée en octobre

 |   |  347  mots
Copyright Reuters
Les Français ont boudé les magasins en octobre. La fin progressive de la prime à la casse a eu un effet désastreux sur les ventes d'automobile tandis que le chômage persistant dispose peu les ménages à dépenser.

Les dépenses des Français en produits manufacturés ont reculé de 0,7% en octobre, alors qu'elles s'étaient bien maintenues en septembre (+ 1,6%). Et surtout, par rapport au mois d'octobre de l'an passé, les dépenses ont régressé de 0,3%. C'est une mauvaise nouvelle pour l'économie française, dont la consommation est le principal moteur.

Cette mauvaise performance d'octobre est liée principalement au recul des dépenses automobiles, qui baissent de 4,4% après avoir progressé de 11,3% en septembre. Ces derniers mois, les ménages se sont précipités sur les voitures afin de profiter de la prime à la casse la plus importante possible. Mais son retrait progressif a fini par impacter les ventes.

"Le problème, c?est que l?on n?entrevoit pas d?éclaircie à court terme : le retrait complet du dispositif de prime ainsi que le durcissement du bonus écologique pénaliseront de nouveau fortement les immatriculations en 2011. Bien entendu, les dépenses non consacrées à l?automobile « libéreront » du pouvoir d?achat pour d?autres postes de consommation, à l?image du segment du meuble. Mais l?effet report ne sera que marginal", explique Alexander Law, chef économiste à Xerfi.

Inquiétudes face au chômage

Le ralentissement d'octobre peut également être imputé aux mouvements sociaux et aux pénuries de carburant. Mais le problème de fond est ailleurs, dans les tensions sur le marché du travail, qui n'engagent pas les Français à dépenser. L'enquête de l'Insee de jeudi sur le moral des ménages a ainsi montré que ces derniers étaient un peu plus nombreux que le mois précédent à anticiper une augmentation du chômage.

Selon l'Insee, les ménages continuent également de considérer que le moment n'est pas opportun pour faire des achats importants (l'indice s'est affiché à -19 points, alors que sa moyenne de longue période est de -13 points). A ce titre, les difficultés du secteur du textile-cuir sont significatives : après une saison estival médiocre, les dépenses dans ce secteur ont encore reculé de 0,4%, après 0,2% en septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2010 à 10:08 :
Parlons en du marché de l'automobile :
"Tant vantée par le gouvernement, la prime à la casse, instaurée en 2009 et qui s'achève dans quelques jours, a certes dopé les immatriculations, mais largement en faveur des petits véhicules assemblés à l'étranger. Toutes les Renault Twingo viennent de Slovénie, les Sandero de Roumanie, tandis que Peugeot 107 et Citroën C1 arrivent tout droit de République tchèque.

Sur les neuf premiers mois de 2010, PSA n'aura assemblé sur le sol français que 895.000 voitures particulières, sur une production totale de 2,4 millions d'unités. Le constat est encore plus net chez Renault, avec 369.000 autos made in France, sur un total mondial de 1,78 million de véhicules.
Un marché en berne
Sur 2010, les marques étrangères qui surnagent en France dans un contexte difficile, comme Nissan (+ 24,8 % sur onze mois), Dacia (+ 81,5 %), Kia (+ 10,2 %), voire Opel (+ 3,4 %), importent la totalité de leurs véhicules, à partir d'usines basées en Europe ou en Asie.
Malgré l'engagement (temporaire) de Renault et de PSA de ne pas fermer d'usines d'assemblage final dans l'Hexagone, on imagine mal un début de retour au bercail. Surtout depuis qu'ils ont demandé à leurs grands équipementiers de les suivre à l'étranger",
Cela veut simplement dire que le gouvernement français, subventionne le marché automobile français, à partir des impôts payés par les français, pour permettre de soutenir d'autres pays européens et asiatiques....et donc doper la croissance interne de ces pays alors que celle de la france se traine à 1,5 %......pourquoi nos gouvernants n'en font-ils pas état.....là aussi c'est une situation inadmissible....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :