Le futur aéroport de Nantes franchit une nouvelle étape

 |   |  396  mots
Ce projet a suscité localement de fortes oppositions notamment de la part des militants écologistes. Copyright Reuters
Ce projet a suscité localement de fortes oppositions notamment de la part des militants écologistes. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le secrétaire aux Transports Thierry Mariani a signé ce jeudi le contrat confiant à Vinci pour plus d'un demi-siècle la construction et l'exploitation du futur aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes.

Le projet contesté de construction d'un nouvel aéroport à Nantes (Loire-Atlantique) a franchi une étape supplémentaire avec la signature du contrat de concession entre l'Etat et le groupement emmené par Vinci.

Le secrétaire aux Transports Thierry Mariani a signé ce contrat d'une durée de 55 ans qui confie au groupe de BTP français la construction et l'exploitation du futur aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes en Loire Atlantique.

Le groupement "Aéroports du Grand Ouest", qui regroupe Vinci, la chambre de commerce et d'industrie et la société Entreprises de travaux publics de l'Ouest, se voit également confier l'exploitation des aéroports de Nantes-Atlantique et Saint-Nazaire Montoir à compter du 1er janvier 2011 .

La construction du nouvel aéroport, dont la mise en service est prévue pour 2017, représente un investissement total de 450 millions d'euros, précise Vinci dans un communiqué. L'Etat et les différentes collectivités locales concernées contribueront à hauteur de 131 millions d'euros, tandis que le concessionnaire investira 315 millions d'euros sous forme de fonds propres et d'emprunts.

Le nouvel aéroport doit remplacer celui de Nantes-Atlantique, situé à 10 km au sud-ouest de Nantes et menacé à terme de saturation. Il doit aussi permettre de répondre aux problèmes de nuisances sonores et de survols de l'agglomération nantaise, fait valoir le ministère des Transports dans un communiqué.

Forte contestation locale

Sa construction est toutefois vivement contestée par certains élus locaux et des associations de défense de l'environnement pour qui ces nouvelles infrastructures vont à l'encontre des engagements du gouvernement dans la lutte contre le réchauffement climatique.

"Nathalie Kociusko-Morizet, ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement et Thierry Mariani se félicitent de l'avancée de ce dossier stratégique pour le développement des régions du Grand-Ouest qui, avec cette signature, rentre dans une phase opérationnelle", dit le communiqué du ministère. La phase d'études doit débuter l'an prochain et les premiers travaux seront lancés en 2014, a précisé Vinci.

Afin de limiter son impact sur l'environnement, l'aéroport devra être construit conformément "à un cahier des charges particulièrement exigeant en termes d'insertion environnementale, de limitation des nuisances et de performances énergétiques", indique le ministère des Transports. Les pouvoirs publics porteront par ailleurs "une attention particulière" à sa desserte par les transports publics, ajoute le communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2011 à 10:36 :
mettre un aéroport entre rennes et Nantes est logique. Ce qui ne l'est pas c'est de s'entêter a avoir un aéroport dans chacune de ces villes proche de 100 KM. En rationalisant ce transport et développant le ferroviaire entre ces 2 villes (voir Lorient et Vannes) via l'aéroport de Notre dame de l'ouest, l'ouest se donne un nouvel espace économique de développement. Je comprends que les personnes installées sur la zone ne voient que les nuisances sonores et le bétonnage, mais on peut aussi penser que ceux qui vivent à coté de Nantes/Atlantique (44) ou de st Jacques de la lande (35) soient soulagés de voir un jour ces aéroports fermés et remplacés par des logements ou zone d'activité industriel ou commercial
a écrit le 01/01/2011 à 18:10 :
Un projet scandaleux et injustifiable

Cette signature annoncée de 30 décembre en droite ligne avec le choix du concessionnaire au coeur de l'été dernier, montre bien à quel point nos "élites" sont fières de ce projet. On le passe en douce au moment où les français ont le dos tourné.

Honte à vous messieurs les décideurs, qui font le choix de gaspiller les fond publics alors que l'argent manque pour l'essentiel.

Honte à vous pour tous ces mensonges : la saturation de l'aéroport actuel n?aura jamais lieu, le coût du projet est scandaleusement sous évalué , le respect de l'environnement est incompatible avec le bétonnage d?un bocage humide etc..

Honte à vous qui êtes motivés par la cupidité décomplexée, l?hypertrophie de l?ego de certains et les perspectives d'affaires juteuses à court terme au point d'en oublier l'intérêt général.

Pour en savoir plus sur l'opposition et ses arguments, et signer la pétition : http://acipa.free.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :