Le retour de la confiance se confirme chez les patrons de PME

 |   |  598  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le moral des patrons de PME est resté stable en janvier, selon le baromètre mensuel LCL-La Tribune réalisé par Ipsos. La demande aux PME fléchit toutefois et la situation de l'emploi reste source d'incertitudes.

Le retour de la confiance se confirme au sein des petites entreprises. Le moral des patrons de PME perd bien trois points en janvier par rapport à décembre, pour s'établir à 102 points, selon le baromètre La Tribune-LCL réalisé par Ipsos auprès de 300 PME. Mais cette baisse fait suite à un fort rebond de huit points constaté en décembre. Cette correction d'un mois sur l'autre "était prévisible", estime Axelle Lacan, économiste au Crédit Agricole. Au-delà de cette correction, "l'indice reste au-dessus de sa moyenne de long terme", rappelle-t-elle.

En ligne avec l'indicateur phare du baromètre, l'état de la demande aux PME fléchit en janvier. Celle en provenance de l'export, notamment, très dynamique en décembre, chute de 11 points. La demande apparaît ainsi comme l'un des principaux freins au développement des petites entreprises, après les incertitudes économique et politique, et le climat social. L'opinion des chefs d'entreprise sur l'environnement économique français ne perd pas moins de sept points, tandis que celle vis-à-vis de la situation internationale remonte de trois points.

La hausse du prix des matières premières inquiète également les patrons de PME : ils sont 66 % à penser qu'elle fragilise leur entreprise. La tension sur les prix reste prégnante, avec un nombre toujours plus importants de dirigeants à estimer que les prix à la vente baissent.

La question des internautes de latribune.fr

Enfin, à la question posée par les internautes de latribune.fr : "Etes-vous confiants dans la croissance de votre entreprise pour 2011 ?", les patrons de PME répondent positivement à 51%. Cette petite majorité est obtenue grâce aux secteurs des ventes (79% de réponses positives) et des services (70%).

Incertitudes quant à l'emploi

La principale incertitude vient au final du front de l'emploi. Alors qu'en décembre les PME avaient recommencé à créer des emplois pour la première fois depuis la mi-2008, les perspectives d'embauche sont retournées en territoire négatif.

Les entreprises ont "réalisé des efforts d'ajustement", améliorant leur "profitabilité", ce qui ne va pas sans "brider" l'emploi, explique Axelle Lacan. Mais cette recherche de gains de productivité alimente aussi une croissance "plus autonome et plus solide", bien que "ralentie", affirme l'économiste.

Certains indicateurs sont par ailleurs encourageants. Les crédits d'investissement et de trésorerie redressent la tête, de même que le niveau des stocks. "Nous sommes entrés dans une phase de consolidation de la reprise, encore un peu laborieuse", conclut Yves Fradier, de l'Ipsos.

L'Insee confirme le redressement progressif de l'activité

Comme pour confirmer ce scénario d'une reprise progressive, l'Insee a indiqué vendredi que le climat des affaires s'était "encore amélioré en janvier", pour s'établir à 106 points, au-dessus de sa moyenne de longue période (100 points).

Les perspectives actuelles et futures de l'industrie sont également positives, selon l'Insee, même si le taux d'utilisation de capacités de production reste bas, "toujours très inférieur à sa moyenne de longue période".

Quant à la société d'études économiques Markit, elle a révélé lundi que l'activité du secteur privé français avait enregistré sa plus forte croissance en janvier depuis quatre mois, grâce, essentiellement, au secteur des services.

Mais Markit confirme également le faible niveau de créations d'emplois en France. Une tendance que les chefs d'entreprise expliquent par "les plans de restructuration et le non-remplacement des départs volontaires". Ce faible rythme de croissance des effectifs "soulève des inquiétudes quant aux perspectives d'emplois et au pouvoir d'achat des Français", déclare ainsi Jack Kennedy, économiste chez Markit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :