Informatique et liberté : qui veut la peau de la Cnil ?

 |   |  369  mots
Copyright Reuters
Un rapport provisoire de la Cour des comptes, censé rester confidentiel mais dont des extraits ont été publiés mardi par Le Monde, épingle des broutilles comme les 20 euros dépensés pour déjeuner par les contrôleurs de la Cnil contre les 15 euros mentionnés par arrêté ministériel.

Quelqu'un veut-il la peau d'Alex Türk ? Le président de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a été vivement pris à parti ces dernières semaines. Tout d'abord, l'Assemblée nationale a adopté un amendement poussé par le gouvernement interdisant à un parlementaire d'être en même temps président de la Cnil, une disposition censée entrer en vigueur en 2012. Le Sénat, qui s'est toujours montré favorable à la Cnil (Alex Türk est sénateur non inscrit du Nord) et qui s'apprête à examiner ce texte, suivra-t-il l'avis du gouvernement ? La commission des Lois est appelée à trancher mercredi.

Une fuite dans la presse est venue apporter son lot d'arguments contre celui qui préside la Cnil depuis 2004. Un rapport provisoire de la Cour des comptes, censé rester confidentiel mais dont des extraits ont été publiés mardi par « Le Monde », épingle des broutilles comme les 20 euros dépensés pour déjeuner par les contrôleurs de la Cnil contre les 15 euros mentionnés par arrêté ministériel.

Hausse de rémunération

Il vise aussi une hausse de la rémunération à 39.000 euros par an que le sénateur s'est accordée, quand le président du CSA touche par exemple 185.000 euros. « Le comptable de Matignon avait donné son accord. Ce qui est pénible, c'est de me justifier, je n'ai pas volé », s'insurge Alex Türk, qui a remboursé ce mois 51.000 euros de « trop-perçu ».

Le rapport pointe plus généralement la stratégie peu « claire » de la Cnil. « Les deux contrôleurs [anciens de la DGSE, selon « Le Monde , Ndlr] m'ont vu en tout et pour tout une heure et quart, alors que je sors un livre en avril sur la stratégie de la Cnil. Je n'ai jamais eu l'occasion de me justifier », s'indigne Alex Türk. Pour ses détracteurs, le calendrier arrive à point nommé. Le mandat du sénateur du Nord arrive à échéance en septembre prochain. Au moins comme sénateur, Alex Türk va se représenter. Que ce soit sur la vidéosurveillance, la Hadopi ou le projet de fichier de police Edvige, la Cnil s'est souvent opposée au gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2011 à 11:26 :
Des anciens de la DGSE (donc des affidés au pouvoir, pas forcément amis de la transparence) qui se retrouvent en magistrats de la Cour des comptes, on aura tout vu. Vive l'indépendance de la justice, y compris comptable.
a écrit le 01/02/2011 à 6:38 :
La CNIL fait, depuis des années, un travail remarquable pour défendre notre vie privée.
Elle fait partie des organismes publics les plus impartiaux et les moins inféodés aux Pouvoirs politiques, quels qu'ils soient.
Comme la Cour des Comptes n'a que peu de remarques à faire au sujet du fonctionnement de la CNIL, le rapport met inutilement en évidence quelques broutilles .
Qui peut déjeuner , boisson comprise, dans les grandes villes pour 15 euros ? (La limite de 20 euros pratiquée par la CNIL n'est que du bon sens).
Comparez la "rémunération" du Président de la CNIL avec celle pratiquée dans les autres organismes publics (je ne parle pas du privé !) : elle est scandaleuse basse par rapport à la fonction et aux responsabilités du poste !

Plutôt que de critiquer la CNIL pour deux francs et six sous, mieux vaudrait la soutenir pour qu'elle bénéficie de plus de moyens !
a écrit le 31/01/2011 à 15:14 :
La CNIL ? un organisme "anti tout" excepté les dépenses incongrues pour eux-mêmes
a écrit le 31/01/2011 à 11:04 :
c'est le rôle de la cour des comptes de signaler les abus, lesquels doivent être suivis d'effets : ce qui est fait les 51.000 euros ont été remboursés. Alors à qui profite le malentendu ? l'avenir le diré...
a écrit le 29/01/2011 à 22:34 :
Exemple typique d'une personne compétente indépendante qui travaille pour l'intérêt de la France dont le défaut est de déplaire au gouvernement.
a écrit le 28/01/2011 à 21:07 :
D'une manière générale c'est Internet qu'il va falloir mettre au pas .Comment?cela a déjà commencé avec Hadopi mais je m'attends à quelque chose de plus grand,de bien plus liberticide.Surement sous couvert de lutte contre le terrorisme:qu'est ce qu'il est pratique ce terrorisme des fois !On ne va tout de même pas laisser les blaireaux d'en bas que nous sommes faire l'opinion publique non? Sachant qu'aux States l'internet a déjà supplanté la télé en temps d'audience on mesure le danger d'un outil où les gens sont amenés à communiquer et réfléchir...voir les conséquences actuelles dans le monde Arabe en ce moment.
a écrit le 28/01/2011 à 20:29 :
Je remarque aussi le jeu d'images (et non de mots) de la Tribune qui nous présente la tête de Turk :-)
a écrit le 28/01/2011 à 20:27 :
La CNIL s'est opposée au gouvernement socialiste, pas à l'UMP. Et un dépassement de 33% (probablement multipliés par le nombre de repas) n'est pas une mince bévue !!!
Réponse de le 01/02/2011 à 10:51 :
Oulala 33% à cause des repas - schocking! Par contre 39 KE de rémunération annuelle pour le président de la cnil alors que celui du csa touche 185 KE (soit près de 5 fois plus) - tout le monde troiuvé ça normal.. Elle est où la bévue??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :