La Cour des Comptes recommande de supprimer la SOVAFIM

 |   |  220  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La Cour des comptes recommande la suppression pure et simple de la SOVAFIM, qui devait veiller à l'accélération de la cession des biens immobiliers de Réseau Ferré de France et à la réalisation, par ce biais, de plus-values pour l'Etat.

La société de valorisation foncière et immobilière (SOVAFIM) créée par l'Etat devait accélérer les cessions de biens immobiliers de Réseau Ferré de France tout en réalisant sur ces opérations des plus-values, afin d'assurer la remontée rapide de dividendes vers le budget de l'Etat. La Cour des Comptes relève que la SOVAFIM n'a pas été conçue à partir d'un projet de long terme et que l'élargissement de son champ potentiel d'activité n'y a pas suppléé.

Disposant à la fin de 2009 d'un montant de fonds propres de 150 millions d'euros pour un actif immobilisé de 80 millions d'euros, sa capacité d'investissement, financée par 70 millions d'euros de trésorerie et 60 millions d'euros d'emprunt, était de l'ordre de 130 millions d'euros.

La Cour des comptes déplore qu'après un premier exercice au cours duquel elle a vendu l'essentiel du stock de biens qui lui avait été transféré, la SOVAFIM n'aura pu se positionner ni comme un opérateur majeur de cessions, ni comme un gestionnaire de portefeuille, ni comme prestataire de services. En l'absence de recapitalisation, ses ressources limitées ne lui permettent pas de constituer un portefeuille de biens suffisant pour devenir un véritable opérateur immobilier. La Cour recommande donc de "mettre un terme à l'existence de cette société inutile".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2014 à 20:59 :
Pas de réactions...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :