Le passage du nuage radioactif japonais au-dessus de la France n'a généré aucune pollution

 |   |  401  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon l'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, les niveaux de radioactivité observés en France n'ont pas augmenté après le passage du nuage provenant de la centrale nucléaire de Fukushima.

Le passage ce mercredi au dessus de la France du nuage radiocatif japonais n'a pas donné lieu à une quelconque pollution de l'air, de l'eau ou des sols. C'est ce que révèle ce jeudi, les mesures opérées par les 170 balises de contrôle de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Outre les mesures des balises, des prélèvements effectués sur plusieurs jours dans différents points du territoire montrent des résultats eux aussi inférieurs aux limites de détection des appareils utilisés.

Seul un échantillon de lait de chèvre présente des traces de radioactivité dues aux essais nucléaires français et à la catastrophe de Tchernobyl, a relévé l'IRSN. "Au cours de la journée du 23 mars, aucune élévation anormale de la radioactivité gamma ambiante n'a été détectée sur l'ensemble des sondes du réseau Téléray de l'IRSN", écrit l'Institut dans un communiqué.

Eau de pluie, herbe et lait ont été prélevés dans 20 lieux différents

Ce réseau Téléray est constitué de 170 balises (dont sept sont situées en Outre-mer) qui mesurent en permanence la radioactivité des rayons gamma, des ondes électromagnétiques émises par des atomes radioactifs lors de leur désintégration. Les prélèvements ont été effectués à partir de poussières atmosphériques, d'eau de pluie, d'herbe, et sur des échantillons de lait de vache, de chèvre et de brebis dans une vingtaine de lieux différents et notamment aux alentours de certaines centrales nucléaires.

La présence de radioactivité dans le lait de chèvre jugée habituelle

L'échantillon de lait de chèvre prélevé à Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence) a révélé des traces de césium 137. "Ces traces sont habituellement observées dans ce type de produit et résultent de la persistance dans les sols et dans les végétaux du césium 137 déposé à la suite des essais nucléaires en atmosphère et de l'accident de Tchernobyl", écrit l'IRSN. De 1960 à 1996, la France a procédé à des essais nucléaires d'abord dans le Sahara puis dans le Pacifique, sur les atolls de Mururoa et Fangataufa, en Polynésie française. Le césium 137 est un produit de fission radioactif dont la radioactivité décroît de moitié au bout de trente ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2011 à 18:15 :
Ah, l'exception culturelle Française ! Ah, la ligne Maginot ! C'est pas beau tout çà ?
L'Hexagone est sous protection. Rien ne peut nous arriver.
Et vous verrez, quand il y aura une centrale Française qui se mettra à dérailler, elle crachera des fleurs ! Si si, vous verrez !
a écrit le 25/03/2011 à 15:49 :
Et au niveau du premier pays touché, soit l'Amérique..??
Réponse de le 25/03/2011 à 20:44 :
Pour le moment je n'ai rien entendu sur les chaînes d'infos , ici ce n'est pas évoqué avec autant de sur -réaction qu,en France , pourtant c'est le premier état dans ce domaine , même les anti nucléaire n'ont pas été plus agités .
a écrit le 25/03/2011 à 13:44 :
La CRIIRAD a observé une évolution du CS 137 de 0.007 a 0.077 entre le 01 mars et le 23 mars mais au niveau gouvernement il n'y a pas d'évolution, quand sera-t-il dans plusieurs jours car il ne s'agit que de mesures ponctuelles, le cumul des depot de Cs 137 doit s'accentuer dans le temps, il serait que nos gouvernant nous disent la vérité ce qui pourrait peut-etre nous rendre moins inquiet et nous prendre pour des adultes responsables
a écrit le 25/03/2011 à 12:25 :
Que tous les possesseurs de compteurs GEIGER veuillent bien nous faire connaitre le site web où ils consignent le résultat de leur mesures: nos douaniers sont très efficaces pour les prises de canabis mais ils n'ont pas brillé lors de Tchernobyl. Quant-à nos ministres...
a écrit le 25/03/2011 à 11:24 :
Sur le réacteur n°III il ya dix jour ils avaient dit qu'il y aavait une brèche de 8 metre n après ils ont rien dit , maintenant ils reviennet en disant qu'il ya une problème. Mais on sait qui'il en a , mais que font ils contre ????????? Rien. Les soviétiques l'auraient déjà bétoné. Autre chose: si aujourd'hui peu de danger immédiat, dans 10 jours les particulent radioactifs vont se multiplier car ils innondent en continue le même air qui fait le tour du monde. Donc dans 100 jours le nuage aurai fait son deuxième tour et va revenir avec encore plus de particules, et après III tours et ça sera la catastrophe mondiale.
a écrit le 25/03/2011 à 11:02 :
Avec le principe de précaution généralisé cette alerte au nuage radioactif confine au ridicule. Une presse digne de ce nom ne devrait pas rentrer dans ce jeux et faire paniquer inutilement les crédules et les anxieux à moins que ça soit pour spéculer sur les pastilles d'iode! A force lancer des alertes pour un oui pour un non le jour où il y aura une vraie alerte on risque de ne plus y coire. le mieux est parfois l'ennemi du bien!
Réponse de le 25/03/2011 à 15:50 :
Le commerce de pastilles d'iode n'est autorisé que par les autorités. Renseignez-vous.
Réponse de le 25/03/2011 à 18:26 :
A HRV
C'est surtout l'opacité de la (des)information qu'on dénonce.
On a encore Tcherno en tête, et on ne se fait d'illusions ni sur les résultats des audits ni sur la transparence lorsqu'il y aura un accident en France (on sera irradiés avant d'être informés). Mais ne craignons rien, car EPR arrive et EPR maitrise (y parait). Non vraiment, faut arrêter. C'est urgent. Ce n'est pas la frousse, juste l'analyse de ce qui se passe.
Dans le monde industriel en France, on parle souvent des « presque accidents » en expliquant que lorsqu'on les traite, on prévient les vrais accidents, en haut de la pyramide.
Le problème dans le monde, c'est que les vrais accidents en haut de la pyramide, il y en a de plus en plus et des plus en plus gros (boues du Danude, BP, Fukushima). Faut pas sortir de St Cyr pour comprendre ! Juste ouvrir les yeux et les oreilles, puis solliciter un peu de cognition.
Et là ! Pan ! Révélation...
Pour ma part, j'aimerais bien pouvoir léguer une situation un peu meilleure à mes petits enfants, et pas avoir à leur expliquer qu'ils n'en ont pas pour longtemps parce qu'on a grillé le vivier en quelques décennies dans notre course au futile.
a écrit le 25/03/2011 à 10:24 :
Ce n'est pas un nuage qui passe et puis s'éloigne... C'est la trace à distance de ce qui est sorti et continue de sortir de la centrale de Fukushima. Donc la surveillance va devoir continuer.

Par ailleurs, le contrôle de la radioactivité gamma ambiante n'est qu'un élément: une hausse serait inquiétante, une stabilité n'est pas forcément rassurante. Une micro-poussière de plutonium suffirait à déclencher un cancer chez qui l'inhalerait et pourtant la probabilité qu'une des 170 balises enregistre son passage est infime.
a écrit le 25/03/2011 à 10:20 :
Je voudrais que l'on m'explique comment un nuage radioactif venant du NO peut atteindre la France avec un vent de NE qui persiste depuis plusieurs semaines, sur la France et sur l'Europe de surcroit!!
Réponse de le 25/03/2011 à 21:12 :
En altitude les vents tournent ,et deviennent violents ( jets )
a écrit le 25/03/2011 à 8:57 :
Comme pour le nuage de Tchernobyl , à nouveau dans le jardin les oiseaux se sont tus.
a écrit le 25/03/2011 à 8:45 :
Vous évoquez le lait de chevres de greoux les bains legerement contaminé en 2011 mais rien de grave tchernobil c'etait en 1986. Je voudrais bien connaitre la liste des végetaux et des sols les plus contaminés suite au passage de ce nuage il y a 30 ans. Ben oui dire les choses aurait permis d'éviter certaines pathologies tels que des cancers notamment de la thyroide
a écrit le 24/03/2011 à 23:54 :
Je me souviens que Tchernobyl non plus n'avait eu aucun effet en France, du moins officiellement ! et pourtant le centrale était beaucoup plus proche ...
Réponse de le 25/03/2011 à 18:28 :
Nous avons aussi notre Pravda ! Qu'on se le dise...
a écrit le 24/03/2011 à 20:45 :
Permettez moi de douter .Sans penser au passage de ce nuage si nous savions tout on ne mangerait plus rien -
a écrit le 24/03/2011 à 20:37 :
Les nuages radioactifs s'arrêtent à la frontière, c'est bien connu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :