La reprise économique se confirme en France

 |   |  456  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Rebond des exportations, dynamisme des entreprises, la reprise se confirme, selon l'Insee, même si le pouvoir d'achat des ménages vacille.

La reprise économique se confirme. Tel est le principal enseignement de la note de conjoncture publiée par l'Insee jeudi. Ainsi, l'institut de la statistique prévoit une croissance de 0,6% au premier trimestre et de 0,4% au deuxième trimestre de l'année. Les motifs d'inquiétude ne manquent pourtant pas. Les analystes ignorent par exemple quel sera impact du tremblement de terre au Japon. Les importations japonaises pourraient fléchir sous le coup de la baisse de la demande du pays. Certains composants et pièces exclusivement fabriqués dans l'archipel pourraient connaître des goulots d'étranglement, ce qui pèserait sur la production étrangère.

Seconde source d'inquiétude, selon l'Insee, le regain d'inflation, à l'?uvre depuis la mi-2010, est une force sur laquelle il faudra compter. D'autant que l'effet de la hausse des matières premières agricoles sur les prix à la consommation ne s'est pas encore fait sentir, contrairement à la hausse des prix du pétrole, qui s'est rapidement répercutée sur les prix à la pompe. L'institut prévoit une inflation de 1,9% à la mi-2011, contre 1,2% à fin 2010. Cette accélération peut sembler raisonnable au moment où la zone euro affiche une inflation de 2,4%. Toutefois, elle "rabote, érode le pouvoir d'achat", souligne Sandrine Duchêne, de l'Insee. Ce dernier, après avoir gagné 1,1% au second semestre 2010, progressera de 0,4% seulement au premier semestre 2011. Et cela serait pire s'il n'y avait le dynamisme des salaires, car ces derniers progresseront. La consommation des ménages progressera elle aussi au premier trimestre (+0,5%), en raison de «l'effet de traîne» de la prime à la casse dans l'automobile, mais elle reculera de 0,1% dès le deuxième trimestre, en ligne avec l'érosion du pouvoir d'achat.

Malgré tout, la reprise se confirme, notamment en raison du rebond des exportations en ce début d'année (+1,8% au premier trimestre), tirées par la demande de l'Allemagne et des Etats-Unis. Le dynamisme des entreprises est palpable : la production accélérerait "nettement" au premier semestre (de 0,8%). Dans la construction, la production augmenterait ainsi pour la première fois depuis trois ans. Les perspectives de débouchés s'améliorant, le taux d'utilisation des capacités de production remonterait, tout en restant sous sa moyenne de long terme. Les investissements (+3% à mi-2011) viendraient également soutenir l'activité, selon l'Insee.

Par ailleurs l'institut se demande si la reconstitution des stocks ne pourrait pas être plus importante que prévu, ces derniers restant encore bas alors que les carnets de commande se remplissent. Dans ce contexte, les créations d'emploi dans le secteur marchand seraient de 78.000 au premier semestre, après 60.000 au quatrième trimestre 2010. Il reste toutefois à évaluer l'effet des mesures de rigueur prévues en 2011: -0,6 point de PIB en 2011, a calculé l'Insee.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2011 à 20:15 :
Toujours des conteneurs pour illustrer l'article! une reprise par les importations chinoise alors ? mais je vois qu'il y encore des commentateurs qui pensent que les politiques sont encore aux manettes. N'étant ni de droite ni de gauche, la vérité est ailleurs (mais je ne fais pas la musique de fond !)
a écrit le 08/04/2011 à 17:08 :
La Grece, l'Irlande et le Portugal en faillite, l'Espagne menacee, Les USA qui en sont reduits a des tours dignes d'Oudini pour devaluer leur dollard (et leur dette), elle risque d'etre courte la reprise economique Francaise et mondiale
a écrit le 08/04/2011 à 8:23 :
Dire "Merci Sarkozy " ne vous écorcherait pas la gueule !
Réponse de le 08/04/2011 à 12:10 :
Est-ce une plaisanterie ?? Ca fait 6 mois que cette reprise économique est constatée chez nos voisins allemands mais CHUT !!.... faut surtout pas en parler !!!
Réponse de le 08/04/2011 à 16:32 :
A Amar - La reprise économique est aussi constatée chez nous, certes, pas au même rythme que chez les allemands mais d'une manière plus marquée que chez nos voisins anglais, espagnols, italiens, irlandais....Il fait cesser de se regarder le nombril et se comparer à TOUS les autres.
a écrit le 08/04/2011 à 0:41 :
Non mais sans blague, nous venons en France de battre le record du déficit du commerce extérieur de près de 7 Milliards en Février et c'est la reprise économique ?! Mais pour qui ?!!! Propagande et irresponsabilité journalistique merci.
Réponse de le 08/04/2011 à 6:36 :
Avoir une reprise économique et un déficit extérieur n'est pas inconciliable. Il vous faut réviser vos fondamentaux ! C'est vous qui faite de la propagande !
Réponse de le 08/04/2011 à 7:25 :
A quaero - Votre esprit militant vous empêche de voir les réalités. Halley a totalement raison!
Réponse de le 08/04/2011 à 9:16 :
La courbe en J est un classique : en cas de reprise, les importations augmentent avant les exportations, compte tenu des délais de fabrication. Donc le déficit se creuse pendant quelques mois. Certes. A moins de continuer à se creuser si la reprise avorte, car on ne peut s'empêcher de rappeler qu'une hirondelle ne fait pas le printemps, que la méthode Coué n'est qu'une illusion, et que l'économie reste très fragile, la consommation étant plombée par l'érosion du pouvoir d'achat, et les prises de commandes à l'exportation étant handicapées par la hausse de l'euro par rapport au dollar.
a écrit le 07/04/2011 à 23:13 :
c'est la confirmation que Sarkozy n'est pas encore bon à jeter aux orties , il faut espérer et ne pas s'auto flageller , la FRANCE ne va pas aussi mal que veulent le faire croire les compétiteurs pour l'élection présidentielle .
Réponse de le 08/04/2011 à 8:43 :
Il faut sortir le dimanche, Ivo, ou sortir de votre bulle. Le pouvoir d'achat de la majorité de la population va très mal. Les salaires sont gelés, l'inflation reprend. N'oubliez pas le niveau du salaire médian (à ne pas confondre avec la moyenne des salaires), de l'ordre de 1850 euros, de mémoire. La moitié des salariés ont un salaire inférieur ou égal à ça. Enlevez les 600 euros du panier Lefebvre (30 x 20), les 600 à 800 euros de loyer, en suite l'électricité, le gaz, la voiture et son essence, les assurances etc.. Tout va bien ? Pouvez vous vivre correctement avec ça, sans réduire votre consommation, donc sans impact sur l'économie du pays ?
Réponse de le 08/04/2011 à 9:19 :
Je crois que le salaire médian était de 1580, pas 1850 ?
Réponse de le 08/04/2011 à 10:55 :
Le salaire médian de 1580 devait être celui de 2007. Le dernier connu (site INSEE) est celui de 2008 : 1653 euros nets par mois (12 mois). Compte tenu du gel des salaires (sauf celui des PDG), il n'a pas dû beaucoup évoluer en 2011.
Réponse de le 07/05/2011 à 15:37 :
Oui enfin, le revenu médian c'est par personne. Donc un foyer où les deux membres du couple travaillent cela augmente d'autant le revenu médian sans augmenter pour autant le loyer et d'autres dépenses. Et puis tout le monde n'habite pas à Paris et à la campagne on ne paie pas 800 euros de loyer même pour une petite maison. Cela relativise un peu le nombre de personnes qui boucle les fins de mois avec difficulté (autour de 15% si on se réfère aux différents seuils de pauvreté des instituts de mesure).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :