Social : l'UMP agite des chiffons rouges avant la présidentielle

 |   |  436  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le parti majoritaire, dirigé par Jean-François Copé, propose que dès l'été 2012 des "Assises de la démocratie sociale" planchent sur des sujets explosifs : 35 heures et TVA sociale.

Le très libéral secrétaire général adjoint de l'UMP est convaincu que la question de la durée du travail figurera en bonne place dans le débat présidentiel. "Surtout si Martine Aubry" est candidate pour le Parti socialiste, ajoute malicieusement Hervé Novelli. Le silence actuel de l'Elysée sur la question comme les propos du ministre du Travail, Xavier Bertrand, confirmant qu'il ne toucherait pas aux 35 heures, ne démontent pas la volonté de l'ancien secrétaire d'Etat aux PME ni du parti majoritaire de vouloir faire un sort à ce symbole des années Mitterrand. L'UMP propose que le temps de travail soit fixé à terme par la négociation conventionnelle - par branche ou entreprise - plutôt que par la loi, "dans un délai de trois ans maximum".

Ce sujet, avec d'autres questions comme le financement de la protection sociale, la création d'une sécurité sociale professionnelle ou le financement de la protection sociale, devrait figurer en bonne place des "Assises de la nouvelle démocratie sociale". Ces rencontres, associant gouvernement et partenaires sociaux, pourraient se tenir dès l'été 2012 dans la foulée d'une victoire de la droite dans les urnes. Avec ces Assises, l'UMP souhaite parvenir à une nouvelle répartition des compétences entre le législateurs et les partenaires sociaux afin d'élargir les domaines d'action de ces derniers. C'est ainsi que dans le «monde rêvé» d'Hervé Novelli, la durée du travail, le partage de la valeur, l'évolution du contrat de travail et de son coût ne relèveraient plus de la loi.

La décision de reprendre- ou non - cette proposition reviendra finalement à Nicolas Sarkozy, dont la candidature pour un deuxième mandat ne fait aujourd'hui plus de doutes. Il aura à trancher non seulement parmi le propositions venant du parti de Jean-François Copé mais aussi au sein de celles produites par les think tanks ou par Bruno Le Maire, chargé d'élaborer le projet pour 2012...

Aujourd'hui, la proposition de l'UMP de remettre en question les 35 heures fait sens politiquement puisqu'elle permet d'attaquer frontalement Martine Aubry, stigmatisée à droite comme "la Dame des 35 heures". La proposition semble aussi recevoir un écho favorable du côté du Medef. Mardi, Laurence Parisot s'est prononcée pour une réforme de la réglementation de la durée du travail, souhaitant que celle-ci soit fixée de manière "conventionnelle". Plus compliqué sera sans doute de convaincre les Français qu'ils devront payer la note de la fin des 35 heures via une hausse de la CSG ou de la TVA...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2011 à 10:15 :
C'est bien connu "travailler plus pour gagner plus", c'était le discours SARCOJUSTE.

MAIS IL N'AVAIT PAS DIT QUI GAGNERAIS PLUS

Alors allons, supprimons les 35 heures, ILS gagnerons plus
a écrit le 07/07/2011 à 6:33 :
L'UMP combat la France et les Français. Ce parti est le syndicat des millionnaires qui le paye. Il faut liquider définitivement cette clique d'imposteurs en 2012. C'est une question de vie ou de mort pour la République, la Laïcité et la Démocratie.
a écrit le 06/07/2011 à 22:44 :
ah la tribune doit valider..... cela sous entend "censure"..? et en plus tout ce beau monde se croit en démocratie.... oui la démocratie qui nous laisse seulement le droit de consommer avec l'argent que l'Etat et les collectivités locales et ce magma délirant qu'est la technocratie européene veulent bien nous laisser après avoir payer (financer) leur train de vie pharaonique !....
a écrit le 06/07/2011 à 10:49 :

Lors de ces assisses, les organisateurs seraient bien inspirés de proposer des solutions et un plan d'action, pour mettre un terme à l'évasion fiscale fantastique (donc à une perte de richesse phénoménale pour la France,) due à la technique dite des prix de cession des biens et services entre sociétés d?un même groupe multinational. Cela permet d?envoyer des bénéfices énormes dans les paradis fiscaux. Rappelons que ces cessions intragroupes concernent la moitié du commerce mondial. Cela permet de piétiner allègrement et impunément les principes de concurrence « libre et non faussée » édictés à l?OMC et dans le traité européen. Ces autres mesures sont détaillées aux pages 223 à 233 du livre du jésuite Gaël Giraud et de la religieuse Cécile Renouard intitulé : « 20 propositions pour réformer le capitalisme ». Il y en a probablement d?autres. Le sujet est incontournable. On en parle dans toute la presse ce matin. S'il est soigneusement évité les de ces fameuses assises, (car la solution est effectivement très difficile à concevoir et à mettre en place), les politiques n?auront plus qu?à théoriser leur impuissance face à des problèmes qui les dépassent et qu?ils on laissés se créer de manière insensée. C?est ce que les spécialistes appellent « la mondialisation par le vide politique ».
Face ce problème fiscal majeur, difficile mais crucial, les rodomontades stériles sur le RSA ou les 35 heures, sont pathétiques. Pire, elles donnent le sentiment que leurs auteurs sont en réalité aux ordres des grands patrons de multinationales.

Citoyen de base indigné
Réponse de le 06/07/2011 à 11:44 :
@Citoyen de base indigné ne nous leurrons pas il n'y a aucune volonté réelle dans les instances dirigeantes de lutter contre les paradis fiscaux et l'évasion fiscale. cela permet seulement à notre éolienne nationale de faire des grands mouvements de bras mais dans le concret rien ne bouge. Et q'attendre de l'Europe qui héberge en son sein un état paradis fiscal: le Luxembourg. En effet qu'est-ce qui justifie le fait que les luxembourgeois aient un pouvoir d'achat presque 2 fois supérieur au second membre de l'UE les Pays Bas? Je ne pense pas que ce soit son industrie mais plutôt sa réglementation accueillante pour les fraudeurs particuliers et entreprises des états voisins. Il est plus facile une fois de plus de ressortir les vieilles ficelles et de taper sur les plus faibles qui se laissent leurrer par le discours sur la sécurité et l'autorité.
Réponse de le 06/07/2011 à 12:06 :
Hélas....HRV, vous n'avez pas tort.
Citoyen de base indigné
a écrit le 06/07/2011 à 10:48 :
ce n'est pas innocent de choisir les conventions de branches plutôt que le loi.....
quand à la protection sociale, c'est une hypocrisie à peine voilée de l'UMP que de dire qu'il continue de privilégier la Sécu Sociale. Mr Guillaume SARKOZY, frère du bien nommé, est à la tête du groupe d'assurance privé MEDERIC; alors on sait de quel côté penche la balance : les assurances sont en embuscade et attendent.....

bref, c'est une américanisation claire et nette de notre système de protection sociale et de notre droit du travail qui nous est proposé
a écrit le 06/07/2011 à 8:38 :
Tout ça c'est de l'esbroufe de néo conservateurs complètement anti peuple, de la régression sociale supplémentaire, ces Copé et Novelli et autres ultra conservateurs de l'UMP (encore plus à droite que le FN), il faudrait les enfermer tous sans leur consentement bien sûr en appliquant leur propre loi ultra sécuritaire du 22.03.2011.
Réponse de le 06/07/2011 à 10:39 :
il suffirait que les salaires de ces messieurs soit décidés par consensus au niveau du peuple, là, ils tireraient la gueule car on pourrait les virer pour inâptitude prof sans indemnité et avec un salaire de smicard!! la politique, une vocation et non plus un moyen de se faire des c.....illes en or!
Réponse de le 06/07/2011 à 14:46 :
C'est exact
Réponse de le 11/07/2011 à 10:38 :
Ce n'est pas du fascisme mais une mise en ?uvre inavouée d'une Oligarchie financière par des marionnettes dignes d'une république bananière.Que Penserez le grand CHARLES de voir la politique menée par ses prétendus héritiers???
a écrit le 06/07/2011 à 8:28 :
Aux usa et au royaume uni,le marche du travail est ultra liberal,ca n'empeche pas ces 2 pays d'etre hyper endette et d'avoir un chomage consequent et qui dure(ce qui est nouveau aux usa)
Ne faudrait il pas chercher ailleurs que la demolition des lois qui empechent, un peu, les grands patrons a voir leurs salaries comme des machines qu'on presse,qu'on presse jusqu'a plus de jus. Etre humain n'est pas incompatible avec rentabilitee(d'ailleurs la france est rentable mais si l'exemple c'est la chine c'est sur que la ca coince)
a écrit le 06/07/2011 à 6:38 :
In finé, les français retiendront que ce groupuscule des politicards de l'UMP ont démoli la France, les électeurs de l'UMP sont déçu et attristés de constater combien cette équide de l'Union des Menteuirs Politiques ont cassé l'industrie, massacré la cohésion sociale, cogné sur les faibles, bref, l'UMP utilise les méthodes de ses fréquentations Ben Alli, Moubarak et autres dirigeants des pays comme la Syrrie et le Maroc... Les français vont ils se laisser enfoncer et régresser à ce point là ? Jamais les restos du coeur n'ont été aussi débordés par la misère française de l'UMP.
Réponse de le 06/07/2011 à 8:37 :
je n'aurais pas su mieux le dire, tout à fait d'accord

Réponse de le 06/07/2011 à 10:22 :
Ah bon parce que les gens du PS ne fréquentaient pas les personnes citées ? Dernière nouvelle !
a écrit le 06/07/2011 à 6:35 :
ce qui est amusant avec l'UMP c'est qu'elle s'approprie des mots dont elle ne connait pas le sens. C'est comme certains états africains moins ils sont démocratiques plus ils utilisent le nom (genre république démocatique du congo). pour l'UMP c'est pareil elle s'approprie le terme populaire alors qu'elle ne sait pas ce que c'est que le Peuple maintenant elle s'approprie le social pour faire de l'antisocial comme le disait Trust. les salariés doivent prendre conscience qu'en cas de réélection Sarkozy, qui se sentirait dans ce cas libre et conforté, liberera le marché du travail comme le souhaite les plus libéraux de sa majorité. beau travail de démolition en perspective!
Réponse de le 06/07/2011 à 10:42 :
il sera réelu car ce sont les retraités qui votent en masse et comme la plupart ont des niveau de vie confortable, y'a pas à bouger. Pis le PS, y'a pas à dire, mais je pense foncièrement qu'ils feraient pire avec comme inconvénient majeur de permettre à tout une partie d'individus de profiter d'un système déjà bien genereux eu égard à leur contribution respective.
Réponse de le 06/07/2011 à 11:11 :
@bancopasillico je suis malheureusement pas loin de partager votre analyse. n'oublions pas que les français ont déjà réélu Chirac et les américains Georges Bush Junior. vous avez tout a fait raison sur le poids de l'électorat des retraités qui va voter en masse Sarko obnubilié par le président de l'ordre et de la sécurité. Le problème de fonds est que les français en particuliers les retraités se déclarent attachés à leur système de protection sociale et que si ils réélisent Sarko tout le système social qu'il soit de protection sociale ou de règlementation du travail sera "explosé" pour "faire moderne" en prônant un système à l'américaine que je pense une majorité de nos concitoyens rejettent.
Réponse de le 06/07/2011 à 12:56 :
Vos deux analyses sont en partie justes mais uniquement pour les retraités âgés ou ceux qui n'ont pas de descendance. Car pour ceux qui ont des enfants qui essayent de rentrer dans le monde du travail et voient comment ils galèrent ; que le gouvernement n'a rien de mieux qu'à proposer le CDD unique négocié par le patronat seul face au salarié unique (comme si c'était une discution d'égal à égal...), n'a rien de mieux qu'à augmenter les Taxes et CSG en contre partie de travailler 5h de plus par semaines ce qui risque de détruire l'emploi des derniers arrivés donc des jeunes... eh bien les retraités encore lucide (non sénile) voient que cette politique est une impasse....
Réponse de le 06/07/2011 à 14:02 :
@Stormy vous avez raison et heureuesement il ne faut pas mettre tous les retraités dans le même panier. il y a en qui heureusement regardent au delà de leur situation personnelle et du sécurité autorité . on peut simplement regretter qu'ils ne soient pas plus nombreux.
Réponse de le 06/07/2011 à 15:34 :
Sauf que ce dont il faut se rendre compte, c'est que dans notre pays le fond du problème n'est pas ce gouvernement ou même un autre, c'est bien l'état d'esprit obtus des français, qu'ils soient patrons ou salarié. Un gouvernement à lui seul ne peut résoudre le problème du chômage, de l'intégration des jeunes ou des gens d'origine étrangère dans le monde du travail si toutes les composantes de la société sont d'emblée opposées à toute évolution du système ! "L?État ne peut pas tout" comme disait à juste titre M. Jospin. Ce sont les actions de chacun à son niveau qui changeront les choses... Mais c'est tellement plus confortable de critiquer et d'attendre que tout vienne d'en haut. Pourtant vous verrez que même si le PS ou le centre passe nous ne serons pas plus avancés...
Réponse de le 06/07/2011 à 18:05 :
les retraités qui font du jardinage vers moi ne sont pas ignarent pour voter comme vous le pensez m;HRV non, mais ils ne veulent pas non plus du PS car UMP et PS sont responsables de l'etat de la France .regardez donc du coté de vos jeunes pour savoir vers qui tend leur coeur !
a écrit le 06/07/2011 à 5:38 :
Dans notre pays nous n'avons aucune motivation, aucun intérêt dans le travail! Les entrepreneurs ont des contraintes terribles! les employés , des salaires de misère ! des prélèvements sur les salaires (CGS ect déductible non déductible ) ceux qui gouvernent le pays, vont pas comprendre un jour comment nous motiver!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 06/07/2011 à 10:45 :
mais si, puisqu'on en vient au marche ou crève, et pis y'a une super européenne qui expliquait dans un article pourquoi on avait tant besoin d'immigration.. les plus démunis lorsqu'ils viennent ici, ils trouvent que c'est le paradis comparé à leur enfer national. alors le français trop gâté d'avoir voulu un monde meilleur, ben soit il se met aux conditions chinoises, soit il disparait.
a écrit le 06/07/2011 à 5:16 :
En FRANCE un peu moins de complications administratives, un peu moins de lois , lois juste bonnes à gripper le bon fonctionnement des choses! A croire que dans notre pays ,tout doit se régler avec des lois, un commerçant qui ne possède pas la fibre du commerce, et bien une loi, ne lui permettra de réussir !
Réponse de le 06/07/2011 à 9:54 :
bien vu , mais pour les gens de gauche c'est à croire que seul l'amour du communisme existe. c'est vrai que c'est bien il n'est que de voir comme sont heureux ceux qui sont régis par cette idéologie. Enfin cela est bien connu trop de ceci ou cela tue ceci ou cela.
Réponse de le 06/07/2011 à 10:23 :
Ouvrez les yeux et arrêtez votre mauvaise foi, le code du travail actuel en France évite l'injustice et garantie les droits de tous les citoyens. On pays sans loi s'est l'anarchie et finalement le plus fort impose aux autres. J'imagine que vous estimez être le plus fort et que la justice pour vous, l'égalité ce sont des valeurs creuses qui sont des freins des handicaps à vos envies... Et dire que le code du travail actuel c'est le communisme que je sache on est pas dans la planification quinquennale impérative, le gosplan et la collectivisation... alors arrêtez vos délires il y a un monde entre ces deux extrêmes...
a écrit le 05/07/2011 à 18:24 :
Le MEDEF approuve cette déréglementation du temps de travail, cette suppression du code du travail en somme car laisser la négociation dans les entreprises du temps de travail, de la rémunération horaire, des modalités du contrat de travail que reste t-il au code national du travail... rien ! Beau retour au XIXe siècle idéalisé de certains dirigeants de l'UMP... Et je ne parle même pas des taxes nouvelles hausse de la CSG, de la TVA pour compenser les allègements de charges patronales au cas où ils seraient en manque de cadeau... Ce sont tous les progrès du XXe siècle, l'héritage de 1945 qui est désormais attaqué par certains de l'UMP fantastique régression on n'en fini plus.. Dans 5 ans on parlera certainement de rétablir le servage à cette vitesse...
Réponse de le 05/07/2011 à 19:45 :
Ils ont essayé la formule "travailler plus pour gagner plus" avec l?instauration de la loi TEPA et le résultat est un déficit "abyssal", une hausse du chômage etc....Comme ils se sont trompés, ils reviennent donc sur la loi TEPA et sur la formule qui devient donc "travailler encore plus pour gagner beaucoup moins" et en général en mathématique quand on multiplie un chiffre positif (+) par un chiffre négatif (-) on obtient un chiffre négatif (-), donc on peut penser que quelques énarques vont revoir la formule initiale...mais on peut effectivement changer l'appellation des salariés en les nommant "serf" et leurs attribués des corvées...le futur ne manque pas d'avenir !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :