"Il n'y a pas de risque de récession sur l'économie"

 |   |  409  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Crise de la dette en zone euro et aux Etats-Unis, indicateurs de conjoncture moroses : les inquiétudes s'amoncellent sur la croissance française. Si l'économiste Nicolas Bouzou estime que l'année 2012 sera difficile, en raison notamment des effets de la consolidation budgétaire, il exclut le retour de la récession.

Les indicateurs annoncent-ils un ralentissement de la croissance au troisième trimestre ?
Je le pense. On voit une rupture des indicateurs conjoncturels de tous les pays développés depuis le milieu du deuxième trimestre. Les industriels ne notent pas d'amélioration et il semblerait que l'environnement se dégrade, surtout en Europe. Au-delà de ce qui se passe dans les pays méditerranéens, les taux d'intérêt, y compris à long terme, augmentent. Cela est susceptible de peser sur l'investissement, qui avait pourtant bien redémarré en début d'année. Par ailleurs, la demande anticipée n'est pas bonne et devrait contribuer à casser cette dynamique d'investissement. Quant à la consommation des ménages, elle semble s'être infléchie à partir du deuxième trimestre.

Quelles sont les causes du ralentissement actuel ?
Au-delà de l'arrêt du mouvement de restockage qui a marqué le premier trimestre, les agents économiques sont tétanisés par ce qui se passe en zone euro. Ils sentent bien que c'est grave. Ce en quoi ils ont raison.

Votre scénario est-il en train de changer au vu de la crise de la dette en zone euro ?
Pas vraiment, car nous avions prévu les événements actuels. Après les bons chiffres du début d'année (0,9% de progression du PIB), une croissance de 0.2% seulement au deuxième et au troisième trimestre ne serait pas catastrophique. Ainsi l'objectif du gouvernement d'une croissance de 2% en 2011 me paraît atteignable. Nous tablons de notre côté sur 2,1%. Je suis plus inquiet pour 2012. Certains pays, comme la France, mettront en place des plans d'austérité importants. D'une façon ou d'une autre, cela va peser sur la croissance.

Y a-t-il un risque de retour de la récession ?
Non, je ne pense pas qu'il puisse y avoir de récession car l'environnement mondial est soutenu par deux facteurs structurels : la croissance des débouchés dans les pays émergents, même si elle ralentit un peu, et un flux d'innovation technologique très fort qui soutient tous les secteurs. C'est un phénomène de destruction créatrice qui oblige les entreprises à se restructurer, mais qui génère de la croissance économique. Même aux États-Unis, je doute qu'il y ait une récession. Une croissance lente durable serait d'ailleurs plus inquiétante, car elle amoindrirait les capacités du pays à fait baisser le taux d'endettement des États et des ménages.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2011 à 13:05 :
c'est normal il dit ce qu'on lui demande de dire il est payé pour ca . par contre je suis sur qu'il ne peut donner la verite economique , les gens se precipiteraient a la banque pour sauver leurs economies ... c'est comme les journalistes , pensent ils vraiment ce qu'il nous racontent ?
a écrit le 19/08/2011 à 16:31 :
C'est affligeant pour ce Mr Bouzeux, 10 jours après son analyse plus qu'aproximative mais carréement fausse, batie sur des éléments imaginaires, les faits boursiers et les chiffres publiés par les organismes de statistiques officilles viennent moucher ce pauvre Nicola BOUZOU, mettant en évidence sa totale fantaisie, sa totale incopétence. Quel média, quel politicard et quelle entreprise pourrait encore faire appel à ce médiocre directeur de cabinet microscopique sans aucune crédibilité.
a écrit le 11/08/2011 à 21:46 :
faut sortir de temps en temps votre pif de vos bouquins monsieur !!

Ou alors changez de lunettes !!

Parce que reussir a dire de telles sottises avec ce qui se passe en ce moment, ya pas besoin d'avoir fait des etudes en economie comme ce jeune monsieur pour ce rendre compte que l'on est en plein dedans !!
a écrit le 11/08/2011 à 18:11 :
bon je veux bien qu'il n'est pas de risque de récession de prénue, mais desçendez de vôtre nuage, pour allez dans le monde réelle, on est en pleine récession et le pire c'est que ça va durer, sortez un peu le nez de vos chiffres, de vos bouquins et desçendez dans les rues et vous verrez que çette soit disant ne vas pas durer et qu'ele va perdurez.
a écrit le 07/08/2011 à 9:20 :
L'on comprend bien qu'il soit prétendu qu'il n'y pas de risque de retour de la récession pour la simple raison qu'elle n'a pas disparu et qu'elle continue depuis quatre ans. Il suffit de regarder autour de soi sans partir dans l'au-delà de notre existence . Les blaireaux qui peuplent l'Occident comprennent parfaitement qu'on les enfume et que le bon sens est dans ce que critique la Chine en cherchant à ce qu'on lui rende des comptes sur la valeur de ses créances incertaines. C'est la décadente gouvernance de l'Occident qui est en cause , avec son Système prétendu Unique de stimulation de la croissance et de la valeur. Les économistes devraient savoir que krach et crise ne sont pas tombés du ciel !
a écrit le 07/08/2011 à 9:18 :
supposons que vous avez des titres en bourses achetés 100, rapportant annuellement 4. Que la valeur passe à 50 et rapporte toujours 4. En ne tenant pas compte du réinvestissement des dividendes et intérêts, de l'inflation, à taux et distribution constant, tant que vous n'avez pas vendu le titre votre rendement est d'au moins 4 % donc largement au dessus du LA (2.25). Mais le capital n'est pas disponible. Si au bout de 15 ans le titre ne revient pas à 100 vous aurez récupéré environ 110 ? contre 134 ? avec le LA. Par contre si la valeur revient a son cours d'achat vous celà revient à 160 ?. La question qui se pose est donc le jeu en vaut-il la chandelle ? pour le petit épargnant frileux la réponse va de soit, NON, d'autant qu'il existe des placements à près de 4% bruts sans risque . Pour une épargne de 100 000 ? et plus la question n'est plus la même. Ce qui en fait compte en investissant en bourse est la valeur réelle de l'entreprise et sa capacité à évoluer et donc investir en interne et en externe (économie réelle) et non la valeur boursière (économie financière et virtuelle) qui est déconnectée du fait de la spéculation.
a écrit le 07/08/2011 à 8:48 :
une bonne tete de commercial en aspirateurs le BOUZOU !
a écrit le 07/08/2011 à 8:30 :
Cela me rappelle les propos d'une certaine Christine Lagarde (alors Ministre de l'Economie et des Finances) tenus le 20 août 2008 : "Le gros de la crise est derrière nous".
a écrit le 07/08/2011 à 7:43 :
Quand je vois des "analyses" comme celle la, je suis content de ne pas acheter ce journal. La tribune, vraiment des guignols !!!
a écrit le 07/08/2011 à 5:55 :
mr bouzou a l'air tres sympatique, mais les experts il faut s'en méfier ils sont tres liés au pouvoir politiques. de plus ils sont comme nous tous, sur 100 il y en aura tjrs 20 qui auront raison, ils deviendront des références et la prochaine fois ils seront mauvais . je pense qu'il vaut mieux prendre une piece et tirer a pile ou face. le resultat ne sera pas bcp different. sauf que ces messieurs sont payés tres chers
a écrit le 07/08/2011 à 4:00 :
Bon ok, Mr Nicolas Bouzou, on sait pas trop d'où il sort, et ça a l'air limite. Ce qui m'interpelle, et m'inquiète pour la rigueur de l'information à l'égard du grand public, c'est de le voir interviewé dans La Tribune, dans Le Nouvel Obs, sur BFM.... Que se passe-t-il pour un tel engouement des journalistes envers cet économiste sorti d'un chapeau ? Tout le monde se l'arrache, pourquoi ? Qu'est-ce qui se cache derrière cette médiatisation soudaine de ses propos ? Une flemme journalistique ?....
Réponse de le 07/08/2011 à 12:40 :
C'est parce que Nicolas Bouzou est un fervent défenseur du Sarkozysme qu'il a la faveur de certains médias.
a écrit le 06/08/2011 à 22:32 :
Dire qu'il n'y a pas de risque de récession est une affirmation forte quand les enquêtes se rapprochent des seuils de stagnation voire creusent en dessous (cf les enquêtes des Fed régionales américaines). Même si le risque de récession est moins fort qu'en 2008 : l'économie a touché le fond de la piscine et n'a pas rebondi, il existe néanmoins : on peut toujours creuser sous la piscine. Au bon souvenir de 1937...
a écrit le 06/08/2011 à 21:16 :
Oh là, là, ça fait peur tout ça...
a écrit le 06/08/2011 à 19:54 :
encore un pseudo économiste qui soit ment, soit est hors jeu, n'écoutez pas les personnes qui vous disent que tu vas bien se passer, acheter de l'or et de l'argent, l'euro et le dollars sont mort
a écrit le 06/08/2011 à 16:52 :
Aucun risque de récession. Monsieur le marquis a raison. Tout va très bien. En revanche, attention à la grande dépression !!!!!
a écrit le 06/08/2011 à 15:47 :
Achetez de l'or vite !!!!!!
a écrit le 06/08/2011 à 15:33 :
Encore un branleur lié au gouvernement
a écrit le 06/08/2011 à 12:13 :

Quand aurez-vous le respect de vous-même, ( les journaleux des titres ) sans prendre le bas bas peuple pour des demeurés !!!
L'âge n'a rien à voir !!!!!
Salut à +
a écrit le 06/08/2011 à 10:39 :
Vous avez vu l'âge de celui qui a écrit l'article ?
a écrit le 06/08/2011 à 9:28 :
un véritable krach semble inévitable dans les jours qui viennent non?
Les clés sont dans les mains de la Chine cette fois, ni l'UE ni les US n'ont la possibilité de l'enrayer ou de relancer quoi que ce soit, les chiffres ne mentent pas. La gestion des dix dernières années en Europe et USA n'a pas été à la hauteur des enjeux, nous n'avons pas eu de bons dirigeants.
a écrit le 06/08/2011 à 9:13 :
nos banques sont en manque de liquidité
nos dirigants sont prets a bloquer les avoirs livret a
Réponse de le 06/08/2011 à 9:56 :
La crise des liquidités remonte à 2008, vous êtes juste un peu en retard.
a écrit le 06/08/2011 à 9:07 :
Deux trimestres consécutifs avec un +0,3 de PIB,passons sur la dette,rappelons que
le déficit ne va pas s'arranger (le 2ème PLFR n'est pas voté que Bercy en prépare un 3ème),le chômage augmente,la balance commerciale est détériorée de façon durable...M.BOUZOU serait-il un économiste naïf?Non,il fait son job.Il refuse de jouer
les Cassandre et d'affoler les foules.Mais les faits économiques sont têtus et la po-
litique de l'autruche n'évitera pas le danger
a écrit le 06/08/2011 à 8:30 :
Les prévision sont auroréalisatrice!!!! On arrete pas de critiquer les agences de notation qui dictent le marché cependant quend un économiste prédit un avenir relativement bon, on le critique. Effectivement si on dit au peuple, c'est la cata, c'est la cata cela créé une baisse de la conso, de l'investissement. Regarder le cours de l'or qui devient très inquietant, on arrive à un gap enorme entre les 500g et le kg, 21500 et 40 000.
a écrit le 06/08/2011 à 8:00 :
Tout va très bien madame la marquise....
a écrit le 06/08/2011 à 7:59 :
Destruction créatrice ?
Concept économique fumeux car comprenant des termes antinomiques. Détruire engendre des ruines, des déchets (il est vrai qu?aujourd?hui nous trions nos déchets et que nous payons, il y a, donc création de richesses pour quelques uns).
La signification économique réelle de ce concept est que la société et/ou le monde se trouve à un stade où l?économie n?a plus de possibilités réelles d?expansion du fait de surcapacité de production, et, d?impossibilité de croissance supplémentaire. Ceci a conduit à la mondialisation ou globalisation de l?économie qui a donné les délocalisations vers des pays à bas coûts de main d??uvre. La contrepartie est un chômage endémique dans les pays délocalisateurs, un appauvrissement de la population, la survie provisoire d?entreprises.
La vraie signification de la destruction créatrice est malheureusement la guerre qui détruit, qui finit et qui débouche sur une période de reconstruction.
Réponse de le 06/08/2011 à 9:13 :
la somme des richesses dans le monde étant devenu nulle. Le mercantilisme soit appliquer.
Réponse de le 06/08/2011 à 10:01 :
@koifaire
Ne pas maitrisiez les concepts de base est une chose, vouloir leur donner un sens aussi personnel que farfelus en est une autre. Je vous conseille la secte la plus proche de chez vous, vous y retrouverez beaucoup de vos semblables.
Réponse de le 06/08/2011 à 10:29 :
Lisez les commentaires du bas de ce post qui expliquent le concept de destruction créatrice, utilisez google... N'exagérez pas non plus ! Schumpeter se servait de cette expression pour qualifier les cycles de productions qui se réalisent en moyenne tous les 10 ans : 1- investissement dans une innovation 2- amortissement de cet investissement parallèlement à la maturité de l'innovation 3- obsolescence (destruction) de l'innovation mais investissement dans la recherche d'une nouvelle et ainsi de suite, c'est aussi ce qu'on appelle le cycle de vie d'un produit quand on applique cette théorie macroéconomique en microéconomie...
a écrit le 06/08/2011 à 6:09 :
"Non je ne pense pas qu'il puisse y avoir de récession" et "la prospérité est au coin de la rue" restent des prophéties à démontrer ou démenties... La Tribune n'a t'il pas accès à des contributeurs rédactionnels plus expérimentés ?
Réponse de le 06/08/2011 à 7:57 :
On parle de recession quand elle globale, au niveaumacro economique,, or si certain pays d europe et les USA affichent une croissance molle les anciens pays du sud continuent d avoir une forte croissance.

Ajoute a cela le fait que le marché interieur Chinois se reveille peu à peu avec l'emergence d'une classe moyenne, l'Inde suivra le meme chemin...

Alors oui la crise va toucher l'occident...si on continue a rester immobile.... mais bon chacun peut continuer a regarder l economie mondiale a travers le prisme de la France, de l Europe, des USA mais c'est oublier le reste du monde qui lui rigole bien de notre immobilisme
a écrit le 06/08/2011 à 5:38 :
Difficile pour bien des gens de voir que la mondialisation est en route (depuis maintenant 10/20 années):ouvrez les yeux chers lecteurs-commentateurs des la Tribune: le système monde se met en place et vous ne voyez que la nation france trop souvent..;
a écrit le 06/08/2011 à 3:41 :
Je crains le pire pour votre entreprise et pour vous. Un tel propos est une contre information évidente pour un homme de la rue qui travaille. Vous ne vous faites pas connaitre je le souhaite par votre meilleure analyse. A moins de vouloir rentrer à la BCE, Banque de France, FMI qui comme vous voit encore la situation maitrisable....quand elle ne l'est plus. Le bon sens...le seul... pas de déficit budgetaire pour quiconque...de l'individu à la nation. ET bien sur, un résultat positif , pour ceux qui sont dejà endettés puisqu'il faut bien rembourser : il faut dégager de la ressource pour ce remboursement. Il faut redevenir crediteur évidemment...

La régle d'or.... l'or fait la regle. C'est vieux et connu par de nombreuses civilisations...orientales.
a écrit le 05/08/2011 à 22:04 :
Nicolas Bouzou, économiste, directeur du cabinet d'analyse Asterès

ASTERES SARL UNIPERSONNELLE Capital 10 000 euros
Nombre de salarié : 1
source : www.societe.com

Réponse de le 06/08/2011 à 9:52 :
Excellent comme recherche !!!
Réponse de le 06/08/2011 à 16:36 :
... Et sur leur site, qques mots vides et pompeux, et une liste de clients-gogos (souvent des coll locales...) qu'ils fournissent en rapports verbeux de tout le galimatias de l'époque, agrémentes de p.points d'un ringard achevé.
Ah au fait : ils sont 3, dont 1 stagiaire !!!!
Lisez LORDON, plutôt que ce sous produit ringard d'une ECOLE de co de 2eme zone.
a écrit le 05/08/2011 à 17:39 :
Monsieur Bouzou
vous devez être myope ... méditez ces propos de Michel Rocard , écrits la semaine dernière : " ... calculée de la même manière, la dette américaine était à 220 % du PIB en 1928. La crise de 1929 était quasi annoncée. Or, en 2010, la dette américaine se monte à 351% du PIB. le plus probable est donc une nouvelle grande crise financière dans les temps prochains."
Tout le reste n'est que littérature ...
Réponse de le 06/08/2011 à 9:21 :
351% !!! vous avez vu la vierge ou quoi...non, mais, avant de sortir pareilles inepsies documentez vous les amis
a écrit le 05/08/2011 à 16:08 :
C'est à mourir de rire quand on lit se que des soits disants experts financiers balancent comme inepties à longueur de déclarations aussi fumeuses qu'inaudibles... Le pays "France" est en déliquécence. Il est maintenu artificiellement au même titre que d'autres pays de la zone euro. Le chômage est annoncé par tous les économistes sérieux , comme explosif à la rentrée de septembre et l'on entend que tout va bien madame la marquise... La marquise est au FMI désormais et elle tient un tout autre discours sur l'état des finances françaises.
Réponse de le 05/08/2011 à 16:42 :
A lLeCanard76 - Notre déficit devrait diminuer sérieusement cette année, notrre taux d'endettement est nettement inférieur au taux allemand, nous empruntons à des taux très raisonnables par rapport à d'autres pays occidentaux, notre endettement est d'investissement et non de fonctionnement. Notre taux de chômage est important mais nous avons des branches entières de notre économie qui ne trouvent pas du personnel peu qualifié. Broyons du noir, broyons du noir, ça devrait nous rendre heureux!
Réponse de le 05/08/2011 à 17:40 :
Si on veut proner le positif on ne commence pas par le pseudo "LUCIFER" ! Ceci étant votre analyse est totalement délirante on s'endette pour les retraites, aides sociales, fonctionnement de l'état ... si vous appelez cela des dettes d'investissement alors en effet vous avez raison !!!
Réponse de le 05/08/2011 à 18:18 :
> proner le positif on ne commence pas par le pseudo "LUCIFER"

Qui signifie «porteur de lumière» ou «étoile du matin»

Et, lorsque l'on _peut_ répondre *sérieusement* à son interlocuteur, on ne commence pas par un argument ad-hominem.




Réponse de le 05/08/2011 à 19:20 :
A perso - beaucoup de nos dépenses sont couvertes par l'impôt, les taxes et les prélèvements sociaux. La stratégie gouvernementalei consiste à orienter les dépenses vers l'investissement plutôt que le fonctionnement d'où les réductions du nombre de fonctionnaires, stratégie mal acceptées par la population.
Réponse de le 05/08/2011 à 19:30 :
A Turtle Crazy - Lorsqu'on veut répondre sérieusement à son interlocuteur, on ne commence pas par le pseudo "TurtleCrazy".




Réponse de le 06/08/2011 à 5:55 :
"beaucoup de nos dépenses sont couvertes par l'impôt, les taxes et les prélèvements sociaux" 30 ans de déficit courant, et vous appelez cela "couvert" :))
Réponse de le 06/08/2011 à 9:49 :
A XMEN - J'ai dit "beaucoup", j'ai pas dit toutes!
a écrit le 05/08/2011 à 16:06 :
une faillitte du systeme est necessaire pour notre avenir
a écrit le 05/08/2011 à 16:06 :
bachibouzou ! (« tête cassée » (fêlée) ou « mauvaises têtes » ce n'est pas de moi ... mais de wipipedia !!!!
a écrit le 05/08/2011 à 15:26 :
Mr Bouzou,

vous seriez nettement plus crédible affublé d'un gros nez rouge et de pompes tailles 75.
La au moins vous nous feriez rire.
a écrit le 05/08/2011 à 15:12 :
Niveau de duplicité édifiant! Nous nous dirigeons en réalité vers un QE3 nécessaire qui pourrait intervenir au milieu de la rentrée. Le Tea Party donne désormais le ton de la politique économique à un Obama qui devient le garant du recul organisé. Les grandes entreprises américaines se restructurent avec talent ce qui n'augure pas de bons résultats à moyen terme sur l'emploi mais une guidance industrielle salutaire. Les secteurs de l'informatique commencent à être touchés, les pétrolières et la distribution tout comme les utilities n'ont pas encore entamé leur restructuration. Nous verrons si USA est encore capable de se réinventer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :