La France toujours dans le club des pays notés AAA

 |   |  174  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La France fait partie des quatre derniers Etats membres du G7 à avoir conservé une note AAA auprès des trois grandes agences de notation. Les économies de second rang sont largement majoritaires.

Ils sont désormais bien peu de grands Etats à conserver leur notation AAA chez Standard & Poor's (S&P). Au sein du G7, groupe des sept pays les plus industrialisés, seuls l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et le Canada conservent la meilleure notation auprès des trois agences. Pour le Japon et l'Italie, tous deux accablés de taux d'endettement gigantesques - respectivement 120% et 200% du PIB -, cette prestigieuse notation n'est déjà plus qu'un lointain souvenir, puisque les deux pays sont désormais notés respectivement AA- et A+ par S&P.

En dehors du G7, la notation AAA semble désormais dévolue aux économies qui se situent en dehors du top 10 du classement des pays par leur PIB, comme l'Australie (13ème en 2010 selon le FMI), les Pays-Bas (16ème) ou la Suisse (19ème). Pis, sur les dix-huit pays que compte encore la catégorie AAA de S&P, six d'entre eux sont des micro-Etats à forte spécialisation financière (Guernesey, Hong Kong, Ile de Man, Liechtenstein, Luxembourg, Singapour).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2011 à 7:26 :
Sans des reductions drastiques des depenses de l'etat (élargi aux regions, departements etc), un gel des remunerations à commencer par un blocage des primes des senateurs... nous ne garderons pas le AAA trés longtemps!!!
L Allemagne et autres pays du nord montrent l'exemple copions les, et vite!!
Réponse de le 08/08/2011 à 8:34 :
@urgence je ne suis pas un défenseur des avantages des élus ( sur ce plan je partage votre point de vue en période de crises les élus doivent au contraire être les premiers à montrer le bon exemple) mais ce type d'argument est populiste et réducteur. Les équilibres du budget de la nation ne dépendent malheureusement pas de la réduction de 500 millions ou 1 milliard d'euros de frais de fonctionnement sinon le problème serait résolu depuis longtemps!
Vous avez par contre raison d'englober les départements et les régions mais attention le gouvernement actuel pour colmater ses déficits fait du tranfert ce qui ne règle aucun problème ce sont uniquement des écritures de compta publique pour cacher l'empleur du déficit de l'Etat. Pour réduire l'endettement d'un pays il faut à la fois faire des efforts sur les dépenses mais aussi sur les recettes le pb c'est qu'avec les libéraux ont ne parle que de réduction de frais mais jamais de remise en cause d'avantages indus surtout pour les plus aisés.C'est là que l'on retrouve la politique
Réponse de le 08/08/2011 à 9:31 :
Mon propos n'est pas du tout populiste mais pragmatique, les marchés ont toujours raison et ils n'ont pas dit leurs derniers mots. Les gesticulations politiques, les discours politico politiciens ne servent à rien qu'à faire plaisir à ceux qui les disent. Les interventions des banques centrales calment temporairement la situation, mais sans une volonté politique forte de reduire les depenses nous irons vers le chaos. Pourquoi je dis réduire les depenses parce que la pression fiscale est actuellement beaucoup trop forte pour tous entreprises comme les particuliers.
Réponse de le 08/08/2011 à 11:24 :
@urgence il y a des personnes avec lesquelles il est sympathique d'échanger. D'accord sur l'illusion des gesticulations politques. et sur la necessité d'une volonté politique forte mais de réduire le déficit et non que les dépenses. Quant au fait que le marché ait toujours raison chacun a ses convictions et quitte à être idéaliste je refuse le discours libéral de "il n'y a pas d'autre alternaive"
Réponse de le 10/08/2011 à 11:49 :
l idealisme c'est bien, nous avons tous des reves mais aujoud'hui c'est la globalisation des economies, marches , echanges et finance qui dominent. C'est l'autre bout de la planete qui nous dicte sa loi, ou on revient à une orthodoxie economique "on depense ce que l'on encaisse" ou bien .....je vous laisse imaginer la suite
a écrit le 07/08/2011 à 19:51 :
Attendez 2012 avant de vous réjouir. En quelques mois la gauche peut ruiner la France comme elle l'a faite en 1980, le AAA ne sera alors qu'un rêve du passé...
Réponse de le 07/08/2011 à 20:52 :
Rappelez-moi une chose qui est au pouvoir depuis 10 ans en France ? La gauche ? Alors le coup de la droite fourmi qui redresse la France pendant que la gauche cigale la ruine est à relativiser sérieusement !!!!
Réponse de le 07/08/2011 à 22:11 :
Tout avec d'accord avec Pistol. C'est la droite qui a inventé la "dépense fiscale": baisser les impôts des riches et donc diminuer les recettes de l'Etat. Comme toujours avec les gouvernements de droite c'est "faites de que je dis pas ce que je fais".
a écrit le 07/08/2011 à 19:38 :
Il faut que désormais notre dette soit essentiellement franco-française. Notre taux d'épargne devrait facilement favoriser cette pratique.
a écrit le 07/08/2011 à 19:33 :
Pour les antiSarko, il n'y a que la France qui va mal!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :