La note AAA de la France est-elle menacée ?

 |   |  884  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le club très fermé des pays notés "triple A" se réduit après la dégradation de la note souveraine des Etats-Unis par Standard & Poor's. L'économiste en chef pour l'Europe de l'agence a affirmé dimanche que le "triple A" de la France est stable.

Pas de panique ! Le "triple A" de la France, qui lui permet de se financer à des taux avantageux sur les marchés financiers, est stable, a déclaré dimanche matin au micro de France Inter l'économiste en chef de l'agence Standard & Poor's pour l'Europe, Jean-Michel Six. Au cours des derniers mois, la notation de la dette souveraine française a été confirmée  par les trois grandes agences de notation : S&P, Moody's et Fitch. Ces deux dernières maintiennent le "AAA" américain.

Ciaran O'Hagan, stratégiste taux à la Société Générale, déclarait ce samedi à Reuters ne pas s'attendre à la disparition d'un autre "triple A" dans le monde, notamment celui de la France.

Des observateurs soulignent pourtant régulièrement que la France est le "triple A" de la zone euro affichant les moins bons ratios budgétaires, un des éléments pris en compte par ces agences pour déterminer les notes données aux dettes des pays.

Le déficit public s'est ainsi élevé à 7,1% du produit intérieur brut (PIB) l'an dernier en France, un niveau supérieur à ceux des autres "triple A" de la zone euro (Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Finlande et Luxembourg).

Pour 2011, la Commission européenne prévoit que cet écart subsistera, le déficit français s'élevant à 5,8% du PIB contre 3,7% pour les Pays-Bas et l'Autriche, 2% pour l'Allemagne et 1% pour la Finlande et le Luxembourg.

Surtout, la France est le seul de ces pays à afficher un déficit primaire important.

Ce solde, qui correspond au déficit hors coût de la dette, devrait être de -3,1% du PIB en France en 2011, selon la Commission, contre -1,6% aux Pays-Bas, -0,9% en Autriche et -0,5% au Luxembourg. L'Allemagne et la Finlande devraient afficher un excédent primaire (de 0,4% et 0,2% respectivement), l'arme la plus efficace pour réduire le ratio d'endettement.

Ligne rouge

Le gouvernement français assure qu'il prendra toutes les mesures nécessaires pour tenir ses objectifs de réduction du déficit, qui permettront selon lui de baisser le ratio dette/PIB dans les prochaines années.

Il a ainsi déjà annoncé qu'il réduirait au besoin les "niches" fiscales qui amputent les recettes publiques dans une proportion supérieure aux 3 milliards d'euros prévus pour l'instant pour 2012.

"Le "triple A" a été confirmé par les trois agences et on a une ligne rouge à ne pas franchir sur la réduction des déficits", a déclaré samedi une source proche du ministre des Finances, François Baroin, rapportée par Reuters. "Cela se traduira par des mesures dans le projet de loi de finances et le projet de loi de financement de la sécurité sociale présentés en conseil des ministres en septembre".

Le gouvernement prévoit de réduire le déficit public à 5,7% du produit intérieur brut fin 2011, 4,6% fin 2012, 3% fin 2013 et 2% fin 2014. Cette trajectoire devrait selon lui permettre d'inverser la progression du ratio de dette/PIB à partir de 2013 pour le mettre sur une trajectoire décroissante.

Le gouvernement estime pour l'instant que ce ratio de dette continuera d'augmenter cette année et l'an prochain à 85,4% du PIB fin 2011 et 86,9% fin 2012 puis baissera à 86,4% fin 2013 et 84,8% fin 2014.

Cette trajectoire sera actualisée en septembre, au moment de la présentation du projet de budget pour 2012, pour prendre en compte l'accroissement de quelque 15 milliards d'euros d'ici 2014 (0,75 point de PIB) de l'endettement français, du fait du nouveau plan de soutien aux pays de la zone euro en difficultés financières adopté par les dirigeants européens le 21 juillet.

"Règle d'or"

Les responsables français mettent aussi en avant la qualité de la main d'oeuvre dans le pays, la vigueur de sa démographie, la solidité de son système bancaire et un endettement privé qui reste sous contrôle.

Les agences elles-mêmes soulignent ces derniers points et ont accueilli favorablement la réforme des retraites menée par Nicolas Sarkozy et François Fillon, dans laquelle elles ont vu un signe de la capacité du pays à se réformer pour faire face à la perspective d'une explosion des comptes de retraite et de santé avec l'accroissement de la durée de la vie.

Au registre des mauvais points, en revanche : la dégradation des comptes extérieurs de la France, le déséquilibre de ses comptes courants, unique parmi les 'triple A' de la zone euro, et le déficit croissant du commerce extérieur qui signale une perte de compétitivité menaçant la solidité économique du pays.

En France, "plus que jamais, on considère que la stratégie qu'on a arrêtée il y a deux ans est la bonne. Tout l'enjeu est de la mettre en oeuvre dans les meilleurs conditions possibles", a déclaré la source proche de François Baroin.

Majorité et opposition se disputent en parallèle sur la "règle d'or" de contrôle des déficits que Nicolas Sarkozy souhaite inscrire dans la Constitution, ce que les socialistes refusent. Le gouvernement français considère que l'adoption de cette règle pourrait conforter les observateurs.

Les deux principaux candidats à l'investiture socialiste pour l'élection présidentielle de 2012, François Hollande et Martine Aubry, ont promis de respecter la trajectoire actuelle de réduction des déficits.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2011 à 11:25 :
Si la dette publique comprend l'Etat, les collectivités territoriales et les organismes sociaux, notre note AAA n'a rien à craindre car, à l'évidence, si le budget de l'Etat est suivi attentivemen t, la préparation des budgets 2012 des collectivités territoriales le sera également.
a écrit le 07/08/2011 à 10:39 :
La regle d'or pour la sécurité sociale est deja dans la Constitition de 1958 article 34.. équilibre des comptes!!!!!
Celle pour les finances publique est bien pour "les observateurs" et seulement eux!
commantaire refusé dans de nombreux autres journaux....
a écrit le 07/08/2011 à 9:15 :
Et voilà, retour au catastrophisme, alertons le bon peuple pour que la panique entraine ipso facto un déréglement bancaire qui là aurait des conséquences p)lus grandes sur notre niveau de vie. Restons calme, attendons que les marchés réagissent sereinement aprés les mises au point des gouvernements. N'oublions pas que ces fameux trois A, ne sont que des arguments comptables et qu'ils n'entrainent en rien les différentes politiques de relance de la consommation. Si l'argent est un peu plus cher, et qu'il permette de réduire les endettements continus des états dépensiers, la purge sera bénéfique. Je crois que notre Président à raison de mettre sur la table des débats politiques, la diminution progressive de notre dette. Espèrons que les socialistes, tres dispendieux de l'argent public, seront à la hauteur de leurs ambitions. Mais, j'en doute car ils sont indécrottable dès qu'il s'agit de donner ce que l'on a pas.
a écrit le 07/08/2011 à 8:54 :
Il y a une coquille dans cet article, la France n'est pas détentrice du AAA, mais bien du HA! HA! HA !
Réponse de le 07/08/2011 à 9:26 :
A legal - Vous devez être abonné au Canard enchaîné depuis de nombreuses années!
a écrit le 07/08/2011 à 8:24 :
"se financer à des taux avantageux". Les USA, malgré leurs difficultés économiques et financières, se sont toujours refinancés jusqu'à présent à des taux avantageux. Le refinancement, après le perte du triple A, devrait nous permettre de voir si S&P sont des rigolos ou non..
a écrit le 06/08/2011 à 20:32 :
Cet article n'évoque pas le Royaume-Uni dont la situation parait bien pire ...
a écrit le 06/08/2011 à 20:12 :
Sauf plan d'austérité qui mettrait en cause la réelection de Sakozy ,on ne voit pas comment la France qui a géré au plus mal son déficit et sa dette depuis 10 ans échapperait à la perte de AAA
a écrit le 06/08/2011 à 17:57 :
La france perdra son 3A comme les USA et avec les mêmes conséquences, inflation record et peut-être sortie de l'euro.
a écrit le 06/08/2011 à 16:41 :
on apprécierait que l'Etat réduise de façon substentielle son train de vie ...Très bon exemple avec la suppression de la "surprise partie" de l'Elysée cette année ...Il en faudrait d'autres comme çà et ne pas tjours penser "d'abord aux contribuables" ...c'est trop facile Quant aux socialistes qui ne veulent pas de la règle d'or...on comprend pourquoi : la mise en oeuvre de l'arrosage national dont ils ont le secret ! ...après avoir ouvert grandes les portes si besoin est !!!!
Réponse de le 07/08/2011 à 8:25 :
Bla bla bla , vos copains arrosent les riches en ce moment et depuis qqs temsp...
a écrit le 06/08/2011 à 16:29 :
pourvu que les agences de notation ne déclassent pas les andouillettes 5A!
a écrit le 06/08/2011 à 16:28 :
2012 et les socialistes au pouvoir ,la retraite à 60 ans ,que va t'il se passer ,sans parler des 300 000 emplois jeunes dans le secteur non marchand? heureusement que le FN ne peut arriver au pouvoir ce serai pire.
a écrit le 06/08/2011 à 16:26 :
ça sert à quoi alors d'avoir nommé Harry Potter ministre des finances ?
a écrit le 06/08/2011 à 16:04 :
la declaration de notre ancien journaliste chargé des finances de notre pays n'est pas de nature à nous rassurer!!!
il est certain qu'avec notre déficit considérable nous ne sommes pas à l'abri d'aggravation du taux d'interet qui serait désastreux pour la France et la zone euro qui est moribonde!!!
a écrit le 06/08/2011 à 15:54 :
L'inscription de cette "règle d'or" (!??} serait aussi avisée que celle qui consisterait à s'interdire l'emploi éventuel de la force de dissuasion, dès lors qu'on la possède.
Réponse de le 06/08/2011 à 16:25 :
@barbock
La non inscription de cette règle institutionnerait la liberté pour les gouvernements à venir de gaspiller l'argent des générations futures. Dépenser sans en avoir les moyens, cela s'appelle de la cavalerie. Dépenser l'argent de ses arrière arrière petits enfants, c'est la même chose.
Réponse de le 07/08/2011 à 9:29 :
A Barbock - Cette règle n'est pas aussi immuable que vous semblez le penser. Il suffit au Président de convoquer le congrès pour la changer ou la modifier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :