Economies budgétaires : Hollande dégaine le premier... sans trop se mouiller

 |   |  433  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Avant même l'annonce officielle de François Fillon en fin d'après-midi, le candidat à la primaire socialiste a donné son avis sur les mesures à prendre pour réduire la dette française. Un exercice périlleux dans lequel chaque mot a été soigneusement pesé.

Ne pas prononcer les mots qui fâchent. Eviter les reprises médiatiques possiblement calamiteuses. François Hollande, qui tenait ce mercredi une conférence de presse sur le thème de l'économie, après avoir eu une rencontre de travail avec plusieurs experts proches du PS (Philippe Aghion, Jean-Pierre Jouyet, Karine Berger...), a tout fait pour éviter les dérapages.

Quand on lui demande s'il va augmenter les impôts, ce que prévoit effectivement le projet socialiste (à hauteur de 50 milliards d'euros, via l'annulation d'allègements fiscaux précédemment accordés et une réforme fiscale), le candidat à la primaire socialiste renvoie d'abord la balle: «mais les impôts augmentent déjà, ce sera la deuxième année en 2012». Ce qui est incontestable. Et d'admettre du bout des lèvres que les socialistes, s'ils revenaient au pouvoir devraient «accroître certains prélèvements».

Sur les riches? C'est effectivement l'orientation prise par le PS. Tout comme Nicolas Sarkozy ? A la différence de l'exécutif actuel, François Hollande récuse l'idée d'une taxation exceptionnelle «à dose homéopathique». Il qualifie de «bricolage» le rabotage des niches et les diverses mesures, encore à l'état d'arbitrage au moment l'ex premier secrétaire du PS s'est exprimé.

Hollande veut une taxation pérenne des riches. Il ne faut pas faire payer les riches «parce qu'on est dans la crise», souligne-t-il, il faut une réforme fiscale, répondant à un «principe de justice, de cohésion sociale, un impératif moral». Il s'agirait de répondre à l'un des phénomènes majeurs caractérisant la situation économique actuelle, «qualifiée d'exceptionnelle», à savoir «le creusement des inégalités», dans un contexte de «crise financière, croissance ralentie et de crise de la dette».

Le projet du PS, que François Hollande assume, prévoit notamment revoir à la hausse le poids de l'impôt sur le revenu -tombé à près de 2% du PIB-, en supprimant la plupart des niches fiscales, et en augmentant la taxation des revenus du capital: ils seraient imposés au même taux que les revenus du travail. Nicolas Sarkozy s'oriente dans cette direction, mais va moins loin que ne le veut le PS.

Les socialistes prévoient de fusionner impôt sur le revenu et CSG, ce qui n'est pas sans poser de redoutables problèmes. Individuelle aujourd'hui, la CSG deviendrait familialisée - on tiendrait compte de la taille du foyer fiscal - et son assiette serait réduite puisque certaines niches subsiteraient, pour ce grand impôt sur le revenu. Une réforme au long cours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2011 à 8:07 :
de toute façon les socialistes n'ont jamais su compter, il suffit pour eux tout simplement, d'augmenter les prélèvements sans remettre en cause leurs dépenses ni tous les abantages acquis surtout ceux des fonctionnaires... c'est facile ce n'est pas la peine de faire l'ENA pour ça. d'autre part que propose t il et avec quel argent??
a écrit le 25/08/2011 à 16:28 :
Encore un qui ne pense qu'à augmenter les ressources de l'état sur le dos des contribuables, et que fait-il pour réduire les dépenses de son parti de parasites ????
a écrit le 25/08/2011 à 5:47 :
N'attendez pas d'économies de dépenses, pour une raison très simple : chaque écon omie coûtera des voix aux prochaines élections, donc il n'en est pas question, ordre de Sarko ! Au contraire taxez les riches et faites croire que ce sera suffisant (alors que ce seront bien sûr les classes moyennes qui paieront 98 % de la note, encore une fois pour une raison très simple : il n'y a pas assez de riches pour la payer et les pauvres n'ont pas de sous !)
a écrit le 25/08/2011 à 5:20 :
Ce sera Hollande le prochain Président. Sarko est cuit, trop de désillusions et de bling bling et un bilan minuscule. Aubry et Royal n'ont aucune chance aux primaires et seul un enfumeur du genre de DSK avait des chances. Hollande aussi est un très bon enfumeur et ce sera lui. Tant mieux, avec ses propositions qui ne tiennent pas la route, il ira encore plus vite vers la crise majeure, parce que rien ne sera résolu sans une sorte de révolution destructrice et rénovatrice, les Français étant collectivement incapables de changer par une évolution régulière et planifiée, il leur faut un choc violent où ils peuvent se défouler et tout casser et ensuite reconstruire sur des bases saines.
Réponse de le 25/08/2011 à 12:32 :
Vivement que ce soit la Gauche qui revienne avec ses solutions miracles , elle qui sait gérer depuis tant d'années et qui va montrer au monde entier comment il faut faire....La politique de " grands Yacas" ou les solutions généreuses du " Y faut qu'on" vont sans doute plaire à une grande partie des électeurs qui vont se délecter de la sacro sainte politique " je prends dans la poche de Pierre pour donner à Jean " ( bien entendu sans contre partie ), c'est cela la nouvelle solidarité? Certes, on aura pu ponctionner une fois les trés riches ( et encore pas tous ceux qui comme certains intellectuels artistes ou grands sportifs ne sont plus contribuables en France ), mais comme on dit "le plat ne repassera pas deux fois"...C'est après qu'il faudra faire face à la réalité du Monde et de ses contraintes....Allez les petits, on y va droit dans le mur !
a écrit le 25/08/2011 à 5:10 :
Il dit : ''il faut une réforme fiscale, répondant à un «principe de justice, de cohésion sociale, un impératif moral'' Quelle dérive des principes ! Au début, l'impôt était le moyen de contribuer par chacun selon ses possibilités aux dépenses nécessaires de l'état. Les riches payaient plus bien sûr, c'est normal puisqu'ils ont plus de moyens. Aujourd'hui c'est un instrument de justice sociale pour alimenter la gabegie et le gaspillage du gouvernement et l'assistanat à tout va ! On se rapproche tout doucement d'un nouvel état communiste qui n'avoue pas son nom, où tout le monde est tiré vers le bas, où les paresseux et les improductifs ont les mêmes avantages que les autres, où la créativité et le courage sont sanctionnés et la paresse récompensée financièrement et dont il n'émergera qu'une seule classe privilégiée, les politiciens.
Réponse de le 25/08/2011 à 8:09 :
bien vu,!!
Réponse de le 25/08/2011 à 10:03 :
moi aussi je suis d'accord la france est le dernier pays communiste d'europe !!! dommage
Réponse de le 25/08/2011 à 10:04 :
d'accord aussi
a écrit le 24/08/2011 à 17:26 :

le menuisier oubli le coup de rabot dans les ministere...
a écrit le 24/08/2011 à 16:23 :
dès sa création par Caillaux l'Impôt sur le Revenu n'a jamais été accepté par ceux qui en France estiment que l'impôt est spoliateur et forcément injuste ou sert à payer des fonctionnaires "inutiles" comme de juste!
a écrit le 24/08/2011 à 16:20 :
Conclusion : les socialistes avaient raison... il fallait supprimer le paquet fiscal dès 2008...
a écrit le 24/08/2011 à 16:04 :
Réduire la dette et le déficit ? facile: il suffit d'augmenter les impôts...De baisse des dépenses, il n'en est pas question ! Sous le couvert de "justice fiscale", on va tondre encore un peu plus les classes moyennes qui n'en peuvent plus. Nous ne sommes pas prèt d'abandonner notre record du poids fiscal ! Evidemment cela réduira une hypothétique croissance par baisse de la consommation, mais de cela pas un mot !
Réponse de le 24/08/2011 à 22:23 :
Les classes moyennes qui devront subir et les classes aisees qui iront vivre sous d'autres cieux. Toujours les memes remedes socialistes qui ont deja fait de nombreuses fois la preuve de leur nocivite( Demandez a Mrs Delon, Aznavour ou autres tennismenou pilotes millionaires). Je precise que je ne fais, helas, pas partie de la classe aisee
a écrit le 24/08/2011 à 15:32 :
L'exercice est bien sûr périlleux puisqu'il s'agit de faire payer la facture de trois décennies d'illusionnisme économique et social au moyen de la cavalerie financière des produits empoisonnés de professionnels commandités pour cela et épaulés dans le besoin par la planche à billet des Etats. L'omerta sur la situation et la stérilité sur ses remèdes verrouille les grands partis co-responsables condamnant aux simulacres et boniments, dont la théâtralité a atteint son sommet avec le G20.
a écrit le 24/08/2011 à 15:30 :
F HOLLANDE ....sans trop se mouiller.....c'est un euphémisme...ce dernier est le spécialiste des compromis et a horreur de trancher....qui plus est, en temps que président du département de la Corrrèze....;département le plus endetté de FRANCE.....il devrait faire montre de plus d'humilité.....
Réponse de le 24/08/2011 à 16:24 :
Le pus endetté et surtout, peut-être, le plus pauvre de France ! C'est un nul en économie et la procrastination est sa spécialité...
a écrit le 24/08/2011 à 15:11 :
Fusionner la CSG qui est un impôt à taux fixe avec l?impôt sur le revenu consiste à rendre proportionnelle cette contribution. Hollande s?attaque directement aux classes moyennes pour mieux les tondre .Merci au PS et à Piketty qui ne savent plus quoi inventer pour nous plumer. Il faudra bien que ce parti nous dise à part augmenter les impôts comment il compte faire pour continuer à financer la fonction publique la plus chère du monde .
Réponse de le 25/08/2011 à 16:31 :
Tondre ou plumer ne suffit plus, maintenant on écorche, et on vous fait payer les couteaux !
a écrit le 24/08/2011 à 14:57 :
Il faut plutôt utiliser la TVA ou la CSG qui rapporteraient beaucoup plus pour une augmentation de taux très faible contrairement à l'IRP.
Réponse de le 25/08/2011 à 6:50 :
Exact sauf que ce type de mesure est plus injuste que l'iRPP puisqu'elle taxe proportionnellement plus les petits revenus que les gros ce n'est donc pas à prioir une mesure"sociale" d'où la réflexion du PS sur l'évolution de l'IRPP avec la CSG. mais attention en fiscalité les conséquences des réformes ne sont pas toujours faciles à bien cerner.
a écrit le 24/08/2011 à 14:57 :
toujours la langue de bois politique. Si Hollande est socialiste il doit l'assumer en n'ayant pas honte d'augmenter la pression fiscale sur les plus haut revenu de façon significative et non à dose homéopathique comme va le faire Sarko! Il doit expliquer aux français des classes moyennes inférieures que l'impôt est un outil de redistribution et de réduction des inégalités sociales tout le contraire de la politique menée depuis 4 ans. Quitte à faire un peu de démagogie il doit également faire un geste sur les dépenses en particulier en réduisant les avantages des élus . Evidemment le discours libéral va se déchaîner: trop de fonctionnaires, fuite des riches et des plus performants etc. Un vrai socialiste doit assumer ce sera un test de son engagement à gauche en est-il capable? quant au vrai discours responsable il est d'annoncer comment faire pour rétablir l'équilibre du budget et non d'expliquer comment on va réduire le déficit à 3% du PIB (c.a.d que l'endettement et la charge de la dette continuent leurs croissance inexorables)
Réponse de le 24/08/2011 à 15:43 :
Il vous suffit de lire en long et en large le projet socialiste et notamment la réforme fiscale pour vous convaincre que Hollande fera ce qu'il dit.
Réponse de le 24/08/2011 à 16:09 :
Effectivement, quand les politiques auront ils enfin le courage de s'attaquer aux dépenses ? Journaux des collectivités locales à ne plus savoir qu'en faire et qui n'enrichissent que les imprimeurs, Palais des Régions, Palais des départements...;tout y passe. Chaque dépense doit être optimisée. En clair combien rapporte un euro d'argent public ? combien d'emploi ?
Gros projet d'analyse mais qui peut s'avérer gagnant. Alors Mesdames Messieurs les politiques, un peu de courage. On vous paie pour cela.Ne l'oubliez pas.
a écrit le 24/08/2011 à 14:40 :
mouais ! m est avis que c est nous autres bons pigeons de la classe moyenne qui allons faire les frais de tout ce remaniement fiscal !! une fois de plus me direz vous?? Certes mais ca risque d etre la fois de trop je commence à en avoir plein le dos des Contributions Solidaires Généralisées , les machins et autres pour rembourser la dette et j en ai surtout plein le dos de la solidarité destinés toujours aux mêmes pas ceux qui en on réellement besoin non la solidarité avec les traines savates ...
Réponse de le 24/08/2011 à 15:31 :
La réalité est plus triste. Le pays vieillit et consomme plus de "prestations sociales": toujours plus de médicaments, d'hospitalisations, de retraites à verser. Mais surtout il y le chômage: pas assez de cotisants pour financer nos besoins sociaux.
Deux choix: baisser les dépenses sociales pour qu'elles suivent nos moyens de financement (et accepter de laisser dans la misère des milliers de gens) ou se donner les moyens d'assurer une certaine solidarité nationale (et acheter la paix et l'ordre social).
Réponse de le 24/08/2011 à 20:59 :
mais arrêtez de vous plaindre avec vos classe moyenne...quand on passé l'hiver au froid et sans nourriture on comprends vite qui sont les gens solidaire et ceux qui passent leur chemin en baissant la tete. En général les gens qui aides sont ceux qui ont le moins d'argent...malheureusement .
a écrit le 24/08/2011 à 14:34 :
Eh oui, il va falloir mettre les mains dans le cambouis et faire des propositions précises pour se crédibiliser (ou se décrédibiliser) ; l?image plus ou moins fumeuse d'Hollande président actif risque de s'envoler pour laisser place au Hollande qui a dirigé le PS pendant 15 ans c'est à dire du ni oui ni non ; toujours dans le mou et près à tous les compromis au risque de faire des compromissions... Il faut sortir le fer !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :