16 patrons français prêts à être surtaxés. La France est sauvée ?

Dans le Nouvel Observateur à paraître ce jeudi, seize patrons français ont signé une tribune demandant à payer plus d'impôts en vue de résorber la dette française. Un geste symbolique, mais qui ne constitue pas "une solution en soi" pour résoudre le problème de la dette précisent-ils.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Ils sont au nombre de 16 et tous s'unissent pour aider leur pays à éponger sa dette. Parmi eux figurent des grands noms du CAC40, se trouvent des noms connus du grand public, comme Liliane Bettencourt, l'héritière de l'empire l'Oréal ou Christophe de Margerie, le PDG de Total. Ils ont signé une lettre commune, à paraître dans le Nouvel Observateur de jeudi : "Nous sommes conscients d'avoir pleinement bénéficié d'un modèle français et d'un environnement européen auxquels nous sommes attachés et que nous souhaitons contribuer à préserver".

La contribution devrait être calculée "dans des proportions raisonnables", précisent-ils, afin d'éviter "les effets économiques indésirables tels que la fuite des capitaux ou l'accroissement de l'évasion fiscale". Pour eux, ce n'est pas une "solution en soi : elle doit s'inscrire dans un effort plus global de réforme, tant sur les dépenses que sur les recettes".

Voici la liste des "riches" contribuables signataires de cet appel : (par ordre alphabétique)

Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal,

Liliane Bettencourt, actionnaire de L'Oréal

Antoine Frérot, DG de Veolia Environnement,

Denis Hennequin, PDG d'Accor,

Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac

Maurice Lévy, PDG de Publicis,

Christophe de Margerie, PDG de Total,

Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale,

Claude Perdriel, président du conseil de surveillance du Nouvel Observateur

Jean Peyrelevade, président de Leonardo France,

Franck Riboud, PDG de Danone,

Stéphane Richard, PDG d'Orange,

Louis Schweitzer, président de Volvo et de AstraZeneca,

Marc Simoncini, président de Meetic,

Jean-Cyril Spinetta, président du conseil d'administration d'Air France-KLM et du conseil de surveillance d'Areva

Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot-Citroën.

Il ne s'agit pas de la première initiative par voie médiatique pour les patrons français, la première tribune fut signé par Maurice Levy dans le Monde du 16 aout dernier, talonné par Pierre Bergé et Geoffroy Roux de Bézieux, le PDG de Virgin Mobile, ainsi que Michel Pébereau (BNP Paribas).
La tribune du PDG de Publicis de la semaine passée faisait écho à l'appel du milliardaire Warren Buffet, qui, dans le New York Times, expliquait que les riches citoyens américains devaient contribuer à la résorption de la dette des Etats-Unis.

Le Nouvel Observateur précise que certains patrons, sans être hostiles à l'idée d'une contribution fiscale supplémentaire, n'ont pas souhaité signer cet appel : pour eux, des efforts doivent encore être faits, comme la réduction des dépenses publiques françaises ou encore un retour de la compétitivité de l'Hexagone.

Parmi eux, on retrouve Claude Bébéar, président de l'Institut Montaigne, Henri de Castries, PDG d'Axa, Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de Schneider Electric et Michel Pébereau, président de BNP Paribas ou encore Bertrand Puech et Patrick Thomas, patrons de Hermès.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 40
à écrit le 27/08/2011 à 9:20
Signaler
Charité bien ordonnée commence par soi même. Certes, c'est une bonne chose que de déclarer vouloir participer à l'effort fiscal, mais il ne faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages. Si l'économie s'effondre, les gens fortuné...

à écrit le 25/08/2011 à 16:27
Signaler
Pour les personnes fortunées désirant payer plus d'impôts : rapatriez tous vos comptes de l'étranger (Suisse et Hong-Kong, etc) en France, ça sera déjà un bon début.

à écrit le 24/08/2011 à 11:51
Signaler
quant aurons nous des politiques dignes de ce nom et engagés dans la défense du bien public il ne suffit pas de "trouver" 4, 6 ou 10 milliards d'économie. Il fuadrait enfin un jour se pencher sur le coùut de notre démocratie et sa collection invrais...

à écrit le 24/08/2011 à 8:41
Signaler
C'est le monde des bisounours. "Je veux bien payer plus d'impôts,si...,à la condition que...et dans le cas où...Je fais mes comptes et je dis combien j'accepte de payer"...

à écrit le 24/08/2011 à 8:08
Signaler
pour compenser ils augmenteront plus les salaires pendant x annees .. . et puis les recupereront avec la prime de participation et de benefice .... no souci .

à écrit le 23/08/2011 à 15:06
Signaler
Nos finances se porteraient bien mieux si ces mêmes patrons prenaient quelques mesures de gouvernance et participaient plus activement à la vie économique (dont ils tirent l'essentiel de leurs revenus) : - Une part relative des achats locaux corrélée...

à écrit le 23/08/2011 à 14:53
Signaler
Un grand classique !!! les riches "vendeurs" préfèrent donner une contribution (dans des proportions raisonnables!!!lol) sachant que le système risque de s'ecrouler afin que nous, leurs pauvres acheteurs, continuions à consommer leurs produits et à l...

le 23/08/2011 à 16:28
Signaler
Ils ne créent rien en dehors de la valeur actionnariale à coup de licenciements économique et de cessions d'actifs. Et Pourtant, ils sont plus rémunérés qu'un entrepreneur. Et, ils se permettent d'acheter la vie des autres pour une somme dérisoire, t...

à écrit le 23/08/2011 à 14:38
Signaler
qu'ils fassent comme bill gates ... 90% de leur fortune ... la il y aurait du respect... mais donner quelques miettes ....

à écrit le 23/08/2011 à 14:20
Signaler
Parfaitement d'accord avec Famuck : l'enjeu n'est pas de "faire payer les riches" ! 1 point de TVA supplém, c'est 7 à 10Mds (deux ISF, 20% de l'IRPP) : voila un premier levier (pas d'argument "impôt sur les pauvres" : pour 1 point d'augmentation, un...

à écrit le 23/08/2011 à 13:51
Signaler
super votre titre, mais je pense que l'on ne leur a pas dit qu'ils allaient devoir payer 50 Millards d'euros, soyons sérieux le déficit du budget avant la réduction de la croissance était de 90 Milliards il faut donc tripler l'impot sur le revenu......

à écrit le 23/08/2011 à 13:48
Signaler
Nombre de ces grands patrons sont souvent issus de la méritocratie à la française et sont parfaitement conscients des inégalités grandissantes dans notre pays, qui si elles ne sont pas peu ou prou lissées peuvent mener tout le monde au désastre.

le 23/08/2011 à 23:19
Signaler
Méritocratie ??? Vous êtes sûr, Gérard, de maîtriser le sens de ce mot ? Combien d'entre eux ont-il créé une entreprise, pris un risque ? Zéro / Aucun !!!

à écrit le 23/08/2011 à 13:42
Signaler
Mes seigneurs, le peuple ne réclame qu'un peu de pain et d'eau!!!!!!!!!

à écrit le 23/08/2011 à 13:40
Signaler
Voyons, c'est pour les plus riches une façon de prendre la main : plutôt que de laisser l'opinion publique devenir de plus en plus hostile (avec une pression de plus en plus forte pour réclamer une hausse massive de la fiscalité sur les très hauts sa...

à écrit le 23/08/2011 à 13:40
Signaler
Voyons, c'est pour les plus riches une façon de prendre la main : plutôt que de laisser l'opinion publique devenir de plus en plus hostile (avec une pression de plus en plus forte pour réclamer une hausse massive de la fiscalité sur les très hauts sa...

le 23/08/2011 à 15:20
Signaler
@balafenn. Oui, 100 % d'accord. Les super-riches ont ressorti leur manuel d'histoire et se sont aperçus que ce genre d'histoire (ruine de l'état...) aboutissait parfois à des réactions peu policées du populo.

à écrit le 23/08/2011 à 13:38
Signaler
L'histoire se répète. Ces gens, au nom de leurs entreprises et donc du MEDEF, anticipent le chaos qui va surement se mettre en place dans la société, si rien n'est fait. D'une part, ils ne veulent pas en supporter les conséquences morales, et d'autre...

à écrit le 23/08/2011 à 13:36
Signaler
Mais qui est à l'origine des "cadeaux fiscaux" faits de façon idiote par des dirigeants politiques qui se retrouvent pris au piège de leur veulerie et de l' incurie d'une stratégie de complaisance aux grands groupes qui n'avait comme but que de les ...

à écrit le 23/08/2011 à 13:36
Signaler
Je serais (très) amusé par le dilemme suivant : 100 milliardaires (donc des gens très au dessus de simples PDG du CAC) mettent sur la table 10Mds EUR, et bloque la somme sur un compte. Ils font alors un appel médiatisé aux candidats à la présiden...

à écrit le 23/08/2011 à 13:26
Signaler
en france c'est la honte les gens quis ont des locations de vacances lis se font des benefices montres et tout sa c'est net d'impots et toutes les magoulles ,;:! attentions:;!les degats ;,:!l'etats est trops bon ;:!;;:!_ildevrais embaucher tout c'e...

à écrit le 23/08/2011 à 13:09
Signaler
J'ai l'impression à la lecture du titre de l'article que les patrons sont indulgents en acceptant de se laisser "surtaxés". Il serait bien mieux qu'ils réduisent leur propre salaire au profit de quelques créations d'emploi, car tout le monde à l'air ...

à écrit le 23/08/2011 à 13:05
Signaler
Trés bien allez y jusqu'au bout messieurs ne restez pas dans le déclaratif sortez vos chéquiers et faites donc une belle dotation au renflouement du gouffre de la dette d'état! Ah si n'oubliez pas de donner un cours de gestion d'entreprise aux gestio...

à écrit le 23/08/2011 à 12:50
Signaler
recettes fiscales: les riches ala rescousse c'est bien ,,;: mais la honte de la france c'est population qui ont a salaire mensuel,avec bien des avantages tous les et qui travail encore au noir°°+++++NOIR C'EST DEUX SALAIRES SA VOLENT L'etat dans ...

à écrit le 23/08/2011 à 12:47
Signaler
Significatif du bazar actuel, où l'état s'occupe de la gestion des entreprises, et les chefs d'entreprise du financement de l'état.. Tant d'hommes et de femmes de valeur qui sont incapables de réflêchir avant de parler...

à écrit le 23/08/2011 à 12:38
Signaler
Et pourquoi veulent-ils sauver le système actuel ? simplement pour pouvoir en profiter encore. Si on en vient a tout changer pour un système économique équitable ils perdent tout.

à écrit le 23/08/2011 à 12:34
Signaler
SI j'ai bien compris, ils demandent une taxe supplémentaire provisoire, sans doute dans le but d'éviter une taxe supplémentaire définitive.

à écrit le 23/08/2011 à 12:24
Signaler
Il vaut mieux venir s'engager qu'on est prêt à une contribution exceptionnelle d'un an au montant symbolique plutôt que de s'arcbouter et devoir supporter une imposition pérenne et proportionnelle... Et en plus ça permet de faire de la com'

à écrit le 23/08/2011 à 12:20
Signaler
Qu'on arrête de nous prendre pour des cons.Avec les cadeaux qu'ils ont eu depuis quelques années,il faudrait qu'ils soient taxés beaucoup plus. Bon coup de pub pour eux grace à la presse en général

à écrit le 23/08/2011 à 12:15
Signaler
Qu'en pensent Anne et Dominique DSK ???

à écrit le 23/08/2011 à 12:11
Signaler
ce ne sont pas des " patrons "...... mais des cadres superieurs rien de creer..... que des gestionnaires c est lamentable ils voient le vent.... c est tout ernie

à écrit le 23/08/2011 à 12:10
Signaler
Qu'il paye simplement leur impot a hauteur de leur richesse

à écrit le 23/08/2011 à 12:06
Signaler
ils auraient du y penser avant, au lieu de se gaver sur notre dos

à écrit le 23/08/2011 à 12:05
Signaler
je ne voie pas les noms de Leclerc Carfour et tutti ....ou sont ils ? et tous les autres a un niveau un peut en dessous ....ah !!! l'argent ....l'argent ....il ne faut oublier que ....a partir d'un certain niveau il ne veut plus rien dire du tout

à écrit le 23/08/2011 à 12:01
Signaler
Cela me rapelle une chanson des "Charlots" dans les années 60/70 : "Merci Patron" ! Le tout est de savoir qui, dans l'histoire, sont des charlots !!!

à écrit le 23/08/2011 à 12:01
Signaler
c'est tres bien !!! et il faut continuer avec un retour de TVA a 19.6 pour la resto, une liste des bénéficiaires d'alloc (pour luter contre la faudre), une amande de 50? pour les citoyens qui n'utilise pas leur droit de vote pendant les élections (co...

le 23/08/2011 à 13:34
Signaler
pourquoi ne pas appliquer la csg et le rds sur toutes les sommes envoyées dans les pays d'origine..nous les payons bien sur nos différents placements

à écrit le 23/08/2011 à 12:01
Signaler
C'est quoi ce titre bidon ? La France n'en serait pas "sauvée" pour autant, je ne suis pas sûr que ces surfeurs médiatiques fournissent les 1600 milliards d'euros manquant..... Et puis ce terme employé leur fait porter une casquette de sauveur alors ...

le 23/08/2011 à 14:27
Signaler
mais alors la....tout a fait

à écrit le 23/08/2011 à 11:56
Signaler
moi j'voudrais ben, mais j'peux point !!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.