L'appel à la grève a été suivi par à peine plus de 6% des salariés de Pôle emploi

 |   |  362  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
A l'appel du principal syndicat de Pôle emploi, le SNU, 6,23% de salariés de l'institution née de la fusion entre l'ANPE et les Assedic se sont mis en grève ce lundi pour dénoncer le manque de moyens et la dégradation des services rendus aux usagers.

Symbole atteint pour les uns, faible mobilisation pour les autres. L'appel à la grève lancé par le principal syndicat, le SNU, a été suivi lundi par à peine plus de 6% des salariés de Pôle emploi. Le syndicat est le seul à avoir appelé les salariés de Pôle emploi à manifester l'exaspération des agents de Pôle emploi face à leur manque de moyens, alors que le budget 2012 de l'institution, née de la fusion de l'ANPE et des Assedic, doit être voté.

Afflux de demandeurs d'emploi aux guichets

Si les autres syndicats ne se sont pas joints à l'appel du SNU au niveau national, au plan local, comme en Provence-Alpes-Côte d'Azur, certains ont décidé de le suivre. A plusieurs reprises, les syndicats ont dénoncé l'afflux de demandeurs d'emplois à leurs guichets, leurs mauvaises conditions de travail et par ricochet la dégradation des services rendus aux chômeurs.

Dix-neuf sites fermés

Avec 6,23% de grévistes dans la matinée et "dix-neuf sites seulement fermés sur l'ensemble du territoire", " il y a eu très clairement une très faible mobilisation", a indiqué Christian Charpy, joint par téléphone par l'AFP depuis Mayotte. Et celui-ci de poursuivre : "cela donne une idée de l'état de la situation qui n'est pas aussi explosive que certains l'évoquent".

Accompagnement "low cost"

De son côté le Parti socialiste dit "non à l'accompagnement "low cost" ! Dans un communiqué commun, Razzy Hammadi, secrétaire national aux services publics, et Alain Vidalies, secrétaire national à l'emploi, "demandent au gouvernement d'allouer à Pôle emploi les moyens nécessaires pour accomplir sa mission, dont l'insuffisance est dénoncée à juste titre par ses agents en grève". Ils dénoncent le fait que le gouvernement  ait  "décidé de baisser de 12% les crédits des programmes de lutte contre le chômage et de geler le budget de Pôle emploi". Et rappellent qu' "aujourd'hui, un conseiller de Pôle emploi doit s'occuper en moyenne de 110 personnes, parfois 200 dans les grandes agglomérations, alors que le gouvernement avait promis 60". "Avec l'austérité budgétaire injuste, la situation risque encore de se dégrader", préviennent-ils.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2011 à 0:00 :
pôle emploi qui se met en grève, LA HONTE comme disait COLUCHE, les français sont champions du monde des râleurs, aux jeux olympique là au moins on empocherais des médailles.
a écrit le 15/11/2011 à 14:36 :
si j'avais parié, j'aurai perdu. je les pensais plus que ça dans la mouise. Il est vrai que les français, à part râler.. bon, tout va bien alors dans cette fonction, tan mieux, y'a du taf! Mais qu'on ne les entende pas se plaindre hein? je comprend spas que les chômeurs ne soient pas satisfaits de leurs services si tout va bien.... hormis qu'il n' y a pas de travail, ça c'est une autre histoire.
a écrit le 14/11/2011 à 18:22 :
Comme d'habitude dans la fonction publique, on a bien du mal à évoluer, à changer nos petites habitudes, à se remettre en question, à modifier nos méthodes de travail, bref à changer. Alors il reste la grève pour s'opposer, grève d'ailleurs suivie par une toute petite minorité, agitée comme toujours par un syndicat ou deux, histoire de justifier d'une existence menacée par les élections professionnelles : décidément la France a besoin d'un gros coup de pied au c... On est en crise et certains font comme si tout allait très bien. Ah....les petits égoïsmes font bien des dégâts !
a écrit le 14/11/2011 à 18:18 :
ce qui prouve que le motif officiel de la greve - "degradation du service public aux usagers" etait parfaitement fallaceux, et que ces fonctionnaires n'ont rien à cirer des chomeurs et ne sont preocuppes par leur situation personelle.

E, le PS, nage "comme d'hab" dans l'illusion : un agent ne "s'occupe" pas de 100 ou 200 personnes. Il ne s'occupe que de ses dossiers, et les "personnes", il les a là ou vous pouvez l'imaginer !

Rien à cirer.
Réponse de le 14/11/2011 à 22:05 :
@atru: conclusion un peu hâtive parce que d'habitude la majorité ne bronche pas, mais ne refuse pas non plus les avantages acquis par les grévistes en cas de succès. C'est cela la France :-) On est tous résistants après la bagarre :-)
a écrit le 14/11/2011 à 18:11 :
Bonjour, 6% de salarié qui font la grevé cela doit vouloir dire qu'ils ne sont pas encore assez écrasé psychologiquement et que tout beigne pour le meilleur des mondes. Qu'ils ne viennent pas par la suite se plaindre !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :