Le PS critique la possible nomination d'un proche de Sarkozy à la CDC

 |   |  445  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'équipe du candidat socialiste à la présidentielle François Hollande s'inquiète de l'éventuelle arrivée à la tête de la Caisse des dépôts et consignations du secrétaire général de l'Elysée, Xavier Musca.

La possible nomination du secrétaire général de l'Elysée Xavier Musca à la tête de la Caisse des dépôts et consignations, bras armé financier de l'Etat, est critiquée par avance par l'équipe du candidat socialiste à la présidentielle François Hollande. Des rumeurs font état de cette nomination en mars prochain, au moment où expirera le mandat actuel du patron de la Caisse des dépôts, Augustin de Romanet. Le quotidien Libération présente mercredi l'arrivée de Xavier Musca comme "très probable, pour ne pas dire acquise". De son côté, l'actuel président de l'AMF a déclaré à La Tribune, que "le prochain patron de la CDC devra être compatible avec la droite et la gauche".

Le directeur de la communication de la campagne du candidat socialiste François Hollande, Manuel Valls, a pour sa part protesté sur RTL. "Ce n'est pas opportun, parce qu'on nomme un proche du président à la tête de la Caisse des dépôts, qui est indispensable au financement de notre économie", a-t-il dit. "Cette nomination donne le sentiment au fond, si elle se confirme, d'un pouvoir aux abois, qui est en train d'essayer de verrouiller l'appareil d'Etat, à quelques mois de la présidentielle", a-t-il ajouté.

Le pouvoir de nomination du président, souvent discrétionnaire et très rarement tempéré par des organes indépendants et encore moins par le Parlement, fait l'objet de débats anciens sous la Ve République. Il concerne aussi bien la haute fonction publique que la police, la magistrature, les sociétés contrôlées par l'Etat ou proches de lui, et a jusqu'ici toujours été renforcé.

Nicolas Sarkozy a obtenu par exemple le pouvoir de désignation direct des PDG de l'audiovisuel public. Plusieurs polémiques ont été déclenchées dernièrement, notamment dans la magistrature, avec l'arrivée en novembre dernier de François Molins, directeur de cabinet du ministre de la Justice, au poste très sensible de procureur de Paris.

Une autre nomination très controversée se profile avec l'arrivée annoncée au poste de procureur général de Bordeaux d'André Ride, alors que l'instruction sur l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, menaçante pour l'UMP, se développe.

Ce magistrat marqué à droite avait été mis en cause en 2008 au procès du tueur en série Michel Fourniret car en 1987, quand il était procureur d'Auxerre, il n'avait ouvert aucune information judiciaire sur la disparition d'Isabelle Laville, une adolescente de 17 ans qui fut, on le sait aujourd'hui, violée, étranglée et jetée dans un puits.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2011 à 10:17 :
Selon l'adage, on apprend plus de ses erreurs que de ses réussites. Mais à toute généralité il y a des exceptions. Notre Cher Président, Nicolas Sarkozy, qui n'apprend jamais rien de ses erreurs, peut-être parce qu'il refuse de les admettre.
a écrit le 28/12/2011 à 20:27 :
Je pense que nous assistons à une espèce de "débandade", en effet on ne place pas ses pions un peu partout avant les élections quand on pense pouvoir les gagner et ainsi avoir tout le temps de le faire pendant le prochain quinquennat. Le président et ses proches jouent perdant et sauvegarde leurs intérêts et ceux de leurs amis en les plaçant un peu partout.
Pas de chance, dans le cas Tibery cela a raté.

a écrit le 28/12/2011 à 15:28 :
France Telecom-Orange, Natixis Banques Pop-Caisses d'Epargne puis maintenant la CDC, ça pue, voici la République irréprochable qu'annonçait le Président Sarkozy fraîchement élu, c'est déplorable, en plus c'est dangereux car ces technocrates ne connaissent pas grande chose au management de grandes entreprises, Sarko n'a pas réformé la France, il a accru ses errements, ses dysfonctionnements, les privilèges, les passe droits, la main mise sur la Justice...
a écrit le 28/12/2011 à 13:00 :
les postes; il faut être patient les socialistes, vous aurez les postes du sénat, de l'assemblée nationale, les ministres, les responsabilités des conseils régionaux quasiment tous déjà, des conseils généraux, des chaînes TV publiques, enfin il y a longtemps qu'ils ont viré ceux qu ne pensaient comme eux, de la quasi unanimité des journaux, et maintenant quelques potes restant à prendre; ça fait beaucoup de pognon, NON? les Guerini, et consorts vont être satisfaits, le pactole va exploser.
Réponse de le 28/12/2011 à 15:17 :
Réponse à ils veulent.
Sénat,conseils régionnaux...ce sont des ELUS!On voit bien que vous manquez de discernement.
Réponse de le 30/12/2011 à 13:24 :
les élus le sont par qui?
a écrit le 28/12/2011 à 11:43 :
Xavier Musca = incompétence démontrée dans la gestion de la crise de l'euro à moins que ce soit une façon de récompenser un fossoyeur.
Réponse de le 28/12/2011 à 12:05 :
je penche pour les deux
a écrit le 28/12/2011 à 11:32 :
Et Mitterrand, il a fait quoi pendant 14 ans ? Il a mis ses ennemis en place....On est pas encore sortie de la droite arrogante, que la démagogie de la socialomania a déjà commencé. Pauvre France. Avec cette incompétence qui nous tue depuis 30 ans, 2012 va être encore le début d'un nouvel échec de politique et de gestion.
Réponse de le 28/12/2011 à 12:31 :
Invoquer pour la énième fois Mitterand ne fait pas avancer beaucoup les choses! Êtes-vous pour le statu quo? Le pouvoir actuel enchaîne les nominations de complaisances alors que notre cher président voulait une république "irréprochable". Il serait temps qu'il revisite certaines de ses déclarations!!!!
Réponse de le 28/12/2011 à 15:18 :
HOrmis JP Soisson (udf) et JP Delalande (rpr) mitterrand a nommé des socialistes ... Dominique Taddéi , Philippe Sanmarco , Christian Pierret
Réponse de le 29/12/2011 à 11:47 :
Laissez en paix feu Mitterrand. Pourquoi pas Jaurès ou Léon Bloom, tant que vous y êtes... L'UMP est au pouvoir depuis 10 ans. Ce qu'on fait ses prédécesseurs n'excuse en rien sa gestion calamiteuse depuis 2002.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :