Bertrand veut supprimer l'autorisation administrative du chômage partiel

 |   |  279  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, ne prévoit pas d'amélioration dans les mois qui viennent sur le front du chômage mais entend mettre en oeuvre rapidement les mesures annoncées lors du sommet pour l'Emploi de mercredi dernier.

Le ministre du travail a précisé lors du Grand rendez-vous Europe 1-Le Parisien-i>Télé qu'il proposerait ainsi l'abandon du principe de l'autorisation administrative du chômage partiel afin de supprimer tout délai.

"Il n'y aura pas d'amélioration immédiate sur le front de l'emploi dans les mois qui viennent", a dit Xavier Bertrand. "Mais il faut éviter que le chômage explose".

Concernant le chômage partiel, le ministre avait déjà évoqué la possibilité de réduire le délai de réponse de l'administration lors des négociations prévues avec les partenaires sociaux en mars.

"On avait déjà comme idée de le passer de 20 jours à 8 jours", a-t-il dit."Si les partenaires sociaux en sont d'accord, nous pourrions proposer de supprimer le principe d'une autorisation administrative du chômage partiel et de faire une simple déclaration, c'est à dire de supprimer tout délai".

Xavier Bertrand a souligné qu'un salarié qui est en activité partielle "reste dans l'entreprise" et "garde son contrat de travail."

La nécessité de simplifier les modalités de recours au chômage partiel est l'un des rares points de consensus du sommet pour l'emploi du 18 janvier.

Nicolas Sarkozy a annoncé le déblocage de 500 millions d'euros pour financer des mesures d'urgence destinées à enrayer le chômage, dont le développement de l'activité partielle et de la formation des chômeurs, et l'embauche d'un millier de salariés supplémentaires pour le service public de l'emploi.

Xavier Bertrand a précisé que le recrutement de 1.000 salariés à contrat à durée déterminée à Pôle emploi débuterait dès le mois de février.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2012 à 19:52 :
pendant que la gauche éructe et se prépare a ruiner le pays,la droite travaille,sereinement.xavier bertrand est l'un de nos meilleurs ministres.si la gauche voulait prendre exemple!
a écrit le 23/01/2012 à 8:38 :
Bonne idée sur le principe d'avoir un peu de souplesse, mais encore une fois une idée simple va devenir une usine à gaz, après être passée par le filtre de la bureaucratie française. Souvenez vous de la circulaire des heures sup défiscalisées : 17 pages pour expliquer qu'une heure sup défiscalisée ne va pas être soumise à l'IR !
a écrit le 23/01/2012 à 7:25 :
Le travail des esclaves ne vaut rien ou si peu
Réponse de le 23/01/2012 à 8:14 :
Qui sont les esclaves, qui sont les négriers? Là où des millions de gens attendent que ceux qui créent la production de richesse, leur assurent une vie confortables par les impôts et taxes. Voyons l'origine du phénomène et pas seulement la conséquence.
a écrit le 22/01/2012 à 21:47 :
Nous voulions faire beaucoup de choses ! nous avions le temps depuis 5 ans, au lieu de raconter des anneries nous aurions pu travailler pour que le peuple gagne plus!
a écrit le 22/01/2012 à 20:31 :
Toutes ces mesures mineures, approximatives, annoncées à gorge déployée par Bertrand et les autres apprentis sorciers, ne sont que des palliatifs sans envergure. Mr Bertrand n'a aucune idée de ce qu'il doit faire, es qualité de Ministre du gouvernement Fillon brouillon et désordonné, pour ré-industrialiser la France et pour créer de la valeur, des biens exportables ... donc Mr Bertrand est bien le Ministre de la misère et du déclin industriel.
a écrit le 22/01/2012 à 20:09 :
Comme ils ne peuvent plus payer le chômage partiel généralisé comme en 2008 2009 (bah oui ça fait grossir la dette ce genre de chose ...) , ils proposeront bientôt que ce soit les salaries qui le payent ... J'espère qu'ils négocieront qu'au ça ou le salarié trouve un temps plein ailleurs qu'il n'ait pas de préavis pour démissionner ? Bref après le travailler plus pour gagner plus , on va avoir droit au chômer plus pour gagner moins !
Réponse de le 22/01/2012 à 21:46 :
Oui mais c'est en partie cela le modèle Allemand !! qui soit disant est un système de travailleurs a plus de 35h ... mais à 26% en temps partiel contrairement aux 14% en France ... Mais ce n'est qu'une autre façon de partager le travail !! partager le temps de travail des temps plein c'est pas bien ... mais avoir deux fois plus de temps partiel sur l'année ou plus encore de chômage partiel en cas de disette économique c'est mieux !!! C'est n'importe quoi la Droite en ce moment ....
a écrit le 22/01/2012 à 19:10 :
Enfin!

La france et son obscurantisme administrativo-syndicaliste rève d'un monde idéal ou tout le monde serait heureux. Sauf que le reste du monde existe....
a écrit le 22/01/2012 à 16:30 :
Bonne idee, encore un effot et j embaucherai des gens
Réponse de le 22/01/2012 à 17:11 :
Votre réaction montre la limite, probablement vite atteinte, de vos compétences entrepreneuriales : attendre l'assistanat permanent pour entreprendre! Vous feriez mieux de fermer rapidement votre entreprise : vous n'avez pas la gnaque pour créer et vous développer. Il faut imposer impérativement un examen avant la création d'une entreprise afin de stopper les farfelus qui pompent les fonds bancaires qui seraient mieux utilisés par d'autre entreprises plus performantes.
Réponse de le 22/01/2012 à 19:07 :
Une tirelire en manque de fonds se permet de juger un entrepreneur ? C'est un permis de voter qu'il faudrait établir avant de permettre à l'incompétence de prétendre évaluer celui qui casse sa tirelire pour embaucher.
Réponse de le 22/01/2012 à 20:25 :
Tirelire vous devriez etre guignol ca vous irait mieux. Je dirige 4 boites dont deux en france, fondees avec mes economies, jamais d emprunts et j exporte 80% de ma prod. S il n y avait que des patrons comme moi il n y aurait ni chomage ni deficit de la balance courante.... Ben oui, coco. En france c est les entreprises qui assistent l etat et les gens comme vous en permanence. Le dispositif de bertrand est bon car il limitera (un peu les licenciements) et ca c est bons pour les gens comme vous, alors vous devriez lui dire merci...

Sinon cree une boite, faites vos preuves et apres votee avis comptera
Réponse de le 22/01/2012 à 20:40 :
Squeri vous avez raison plus de liberté libererais enfin l'économie. tirelire vous semblez haineux, seriez vous un cadre raté ou un petit fonctionnaire par hasard?
Réponse de le 22/01/2012 à 23:15 :
Mais a vous écouter pour sauver la France il faut que nous fondions tous notre boite !!! Le rêve du libéralisme ... et du coup il n'y aura plus de chômeurs , fantastique !!
a écrit le 22/01/2012 à 16:21 :
"Xavier Bertrand a souligné qu'un salarié qui est en activité partielle "reste dans l'entreprise" et "garde son contrat de travail.""

Une partie des SSII va donc se transformer en sociétés d'intérim. C'est beau le progrès.

Pour avoir travaillé dans une SSII dépendant fortement du secteur automobile, garder son contrat de travail avec un salaire quasiment divisé par 2, ça fait vraiment plaisir. En 2008, bénéfice record pour mon employeur. Début 2009 : chômage partiel total pour tous les employés en intercontrat. Résultat : bénéfice 2009 sensiblement égal au bénéfice de 2007 (qui n'était pas une année catastrophique loin de là !).
Conclusion 1 : certaines SSII ressemblent dans les faits à des sociétés d'intérim (évolution encouragée par le ministre, cf ci-dessus).
Conclusion 2 : j'ai quitté ce secteur, et on ne m'y reprendra plus. Et les pleureuses recommenceront bientôt à aller se plaindre devant les pouvoirs publics que les jeunes ingénieurs ne souhaitent pas travailler dans l'industrie. Snif.
a écrit le 22/01/2012 à 14:38 :
Le jour, ou on demandera si le résultat d'exploitation est inférieur à 2%, pour autoriser le chomage partiel sans préalable, on en reparlera ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :