Les chefs d'entreprise français sont les moins stressés au monde

 |   |  848  mots
Le niveau de stress ressenti par les chefs d'entreprise cette année a atteint son niveau le plus faible depuis 2005 et a diminué de manière globale - Photo : DR.
Le niveau de stress ressenti par les chefs d'entreprise cette année a atteint son niveau le plus faible depuis 2005 et a diminué de manière globale - Photo : DR.
Globalement, le niveau d'anxiété des dirigeants est en recul. Sauf en Asie du Sud Est et dans les pays en récession.

Malgré la crise de l'euro et la déroute financière, le niveau de stress des chefs d'entreprise serait en baisse ! L'étude International Business Report de Grant Thornton, groupe d'Audit et de Conseil, menée auprès de 6 000 entreprises à travers le monde, estime que le niveau de stress ressenti par les chefs d'entreprise cette année a atteint son niveau le plus faible depuis 2005 et a diminué de manière globale. 29 % des dirigeants français ont déclaré être stressés en 2011 contre 51 % en 2010 et ce malgré les soubresauts de nos perspectives économiques durant l'été, puis à la rentrée. Et ô surprise, c'est en France que ce niveau est le plus bas ! Il se situe en dessous de la moyenne européenne (34 %), mais également mondiale (41 %).
 

Les dirigeants des pays en récession sont les plus touchés

La baisse du niveau de stress se reflète également au niveau mondial : en 2010, 45 % des chefs d'entreprise avaient ressenti une augmentation de leur niveau de stress, ce chiffre étant retombé à 28 % en 2011. Même tendance au niveau européen, où leur taux de stress est passé de 40 % en 2010 à 22 % l'année suivante. L'Asie du Sud-Est arrive en tête des régions du monde représentant le plus haut taux de stress : 44 % des interrogés ont ressenti une augmentation de leur niveau d'anxiété au cours des 12 derniers mois, pourcentage nettement plus élevé que celui du continent européen où les plus importantes turbulences économiques ont pourtant été constatées. "Au cours de ces deux dernières années, les chefs d'entreprise ont appris à mieux gérer les défis auxquels ils sont confrontés et ont réajusté leurs objectifs de rendement.

C'est une vérité à la fois pour les pays en plein essor (Brésil, Russie, Inde, Chine) mais également pour l'Europe", commente Jean-Jacques Pichon, Associé chez Grant Thornton. La corrélation entre contexte économique et stress au travail est cependant visible : les trois pays européens ayant subi concomitamment la récession et la plus forte hausse du niveau de stress en 2011 sont la Grèce (67 %), l'Espagne (37 %) et l'Italie (32 %). Les chefs d'entreprise des pays d'Europe du Nord n'ayant pas subi les pressions de l'eurozone ont ressenti un niveau de stress particulièrement faible : seulement 5 % des danois et 8 % des finlandais se déclarent avoir été stressés au cours des douze derniers mois.
 

La performance, épine dorsale du stress

Considérées par certains spécialistes comme le mal du XXIe siècle, les causes du stress des dirigeants puisent en premier lieu leurs racines, selon L'International Business Report, dans la préoccupation d'atteindre les objectifs de performance fixés (30 % au niveau mondial). La charge de travail, la politique interne de l'entreprise (11 %) et l'équilibre vie professionnelle /vie personnelle (9 %), sont, en revanche, beaucoup moins cités. "La réalisation des objectifs de performance étant le facteur de stress le plus important pour les dirigeants, il est important de les voir réviser leurs attentes pour réduire l'écart entre ce qu'ils souhaitent atteindre et des objectifs réalistes", souligne Jean-Jacques Pichon.

Selon une étude de l'INRS, le coût économique annuel du stress au travail en Europe dépasserait les 20 milliards d'euros. Autant dire que des collaborateurs qui se sentent reposés, mieux dans leur peau, qui savent maîtriser leur stress et prendre des décisions en ayant une vision claire des choses sont des éléments de performance désormais non négligeables.
 

Le sport meilleur rempart contre l'anxiété

La pratique d'un sport reste le principal moyen par lequel les chefs d'entreprise parviennent à soulager leur stress. Selon une étude de la Commission européenne publiée en 2010, 28 % des femmes et 25 % des hommes compris dans la tranche d'âge 25-54 ans pratiquent un sport « régulièrement ». Ce chiffre est confirmé par 62 % des dirigeants interrogés au niveau mondial. Le divertissement -chez soi (54 %) ou à l'extérieur (46 %)- est la deuxième solution anti-stress citée par les chefs d'entreprise. Déléguer les tâches, mieux organiser ses équipes et garder un rythme de travail régulier (35 % chacun) sont également des éléments évoqués par les dirigeants pour réduire considérablement le taux de stress.
Mais côté repos, c'est encore le maillon faible. L'étude montre que seulement 42 % des chefs d'entreprise au niveau mondial prennent des congés conséquents pour soulager les phénomènes de stress et de fatigue, ceci malgré le lien évident entre nombre de jours de congés pris et le niveau d'anxiété.

Les pays où les entreprises prennent le moins de congés - comme le Japon, la Chine continentale et la Thaïlande - constatent ainsi la plus grande augmentation de stress. Inversement, les chefs d'entreprise aux Pays-Bas, en Russie et au Danemark sont les pays ayant pris le plus de jours de congés et où l'on constate les plus faibles taux de stress parmi les dirigeants. La France se situe également dans cette tranche. Preuve que les congés, souvent mal vus, restent encore le meilleur moyen de décompresser, voire de débrancher.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2012 à 10:25 :
mouais , enfin ca doit etre les patrons des grosses boites....y'en a pleins qui dorment pas la nuit, qui s'arranchent les cheveux ....
a écrit le 17/02/2012 à 5:23 :
vous raisonnez tous comme si c'etait si facile d'etre riche!la richesse peut etre éphémère.c'est une lutte continuelle et stressante pour ne pas etre aspiré vers le bas!un peu de compréhension svp pour nos entrepreneurs du cac40!
a écrit le 17/02/2012 à 0:49 :
On parle de quels dirigeants ?? Les dirigeants de grands groupes qui ramassent des dizaines ou des centaines de milliers d euros par mois ... et aqui s'en tamponnent le coquillard car s ils sont viré leur parachute doré est là pour amortir la chute ... ou l'empêché .. le terme de parachute est très mal utilisé dans cette expression ....
Ou parle-t-on du petit dirigeant de pme , qui passe son temps à se demander s1il va pouvoir continuer à travailler les jours prochains .... qui est dans le caca jusqu au cou car endetté , il cherche des solution pour payer ses employés .... lui ils stresse ... mais les Messier , les Gourgeon , et autres Oudea ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :