Les 3 points essentiels du discours de Sarkozy à Villepinte

 |   |  665  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
Industrie, social et Europe : les annonces sur l'Europe et les principales déclarations économiques de Nicolas Sarkozy lors de son discours dimanche à Villepinte (Seine-Saint-Denis).

Europe : immigration et "European Act"

- Les accords de Schengen sur la libre circulation des personnes "doivent être révisés" et si les discussions n'allaient pas dans la direction d'un "gouvernement politique" de Schengen, d'une convergence des droits d'asile et des étrangers "dans les douze mois qui viennent", la France "suspendrait sa participation aux accords de Schengen jusqu'à ce que les négociations aient abouti".

- La France demandera que l'Europe se dote d'un "Buy European Act" sur le modèle du "Buy American Act" pour que "les entreprises qui produiront en Europe bénéficieront de l'argent public européen. "Le libre-échange, oui ! La concurrence déloyale non !", s'est-il écrié. "Si dans les douze mois qui viennent aucun progrès sérieux sur l'exigence de la réciprocité avec nos principaux partenaires n'était enregistré, alors la France appliquera unilatéralement cette règle jusqu'à ce que les négociations aboutissent, a-t-il prévenu.

- "La France exigera que désormais les PME européennes aient une part des marchés publics qui leur soit réservée", a-t-il ajouté, assurant que si sur ces deux points des progrès n'étaient pas réalisés dans les "douze mois", la France "appliquera unilatéralement sa propre charte des PME jusqu'à ce que les négociations aboutissent".

Industrie : nucléaire et sidérurgie

- nucléaire : "J'en fais le serment, nous défendrons l'industrie nucléaire française. Je défendrai avec la même force notre industrie nucléaire capitale, pour notre indépendance, pour notre compétitivité", a-t-il dit le jour du premier anniversaire de l'accident de la centrale atomique de Fukushima au Japon. Il a évoqué sa visite le 9 février sur le site de Fessenheim, la plus vieille centrale nucléaire française que le candidat socialiste, François Hollande, souhaite fermer s'il est élu. Ce fut "une des visites les plus bouleversantes pour moi", "je ne veux pas oublier" les ouvriers qui "m'ont dit, président, ils nous ont vendus sur le tapis vert de la négociation électorale", a-t-il dit.

- sidérurgie : "Si un secteur comme la sidérurgie devait être menacé de disparaître pour des raisons conjoncturelles, alors je n'hésiterais pas à investir des moyens publics". "Parce qu'il n'y a pas d'économie puissante sans une sidérurgie puissante, je n'accepterai pas que l'on fasse disparaître la sidérurgie française comme on a laissé partir la chimie et Pechiney".

Social : sus aux corps intermédiaires

. "J'ai appris que les vrais blocages ne viennent pas du peuple français, ils viennent de certains syndicats, de certaines organisations, de certains corps intermédiaires (...) qui ont intérêt à l'immobilisme, au conservatisme par crainte d'un monde nouveau qui verrait diminuer leur influence". Il a confirmé vouloir solliciter "l'avis des Français par référendum chaque fois que quiconque essaiera de parler en leur nom au service d'intérêts qui ne seraient pas ceux de la nation toute entière". Puis, il a ajouté : "notre modèle social fait partie de notre identité, il nous protège parce qu'il nous unit. L'affaiblir, c'est affaiblir la France et l'affaiblir, c'est par lâcheté renoncer aux réformes qui seules aujourd'hui lui ont évité la faillite".

- Tout en stigmatisant les coprs intermédiaires, Nicolas Sarkozy a défendu l'idée des accords compétitivité-emploi qui "permettent aux chefs d'entreprise et aux salariés de discuter librement", jugeant que la loi "ne peut pas tout prévoir", dimanche lors d'un meeting à Villepinte. "Je souhaite que dans l'entreprise, les accords compétitivité-emploi permettent aux chefs d'entreprise et aux salariés de discuter librement", a-t-il souligné. "Dans le monde qui est le nôtre, la loi ne peut plus tout prévoir, tout organiser, tout régler et surtout tout empêcher dans l'entreprise", a ajouté le président-candidat, laissant entendre qu'un accord collectif pourrait prévaloir sur la loi, notamment quand il s'agit d'emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2012 à 14:11 :
la verite n est pas politiquement correct.
les vraies solutions sont prises par des dirigeant avec pleins pouvoirs.
dans un pays comme la France (paradis de immigres clandestins) et des gauchistes
planques,il est de bon ton de menager le choux et la chevre.
L explosion de l Europe de l interieur,n est plus qu une question de temps et la France ne sera plus qu un souvenir
Enfin,si Mr Sarkosy veut etre reelu,il n a qu a promettre la semaine de 20h payee 40h
a écrit le 12/03/2012 à 19:28 :
Recette Sarkozienne : Comment enfumer 60 000 lobotomisés : 1/ les inviter à un show 2/leur donner des petits drapeaux à agiter 3/Leur promettre plein de choses 4/Leur dire "j'ai besoin de vous". Comme tous ces gens sont en manque d'affection, ils ont trouvé une icône à glorifier. Le peuple est bien changeant.
a écrit le 12/03/2012 à 19:19 :
Voilà un homme qui sera élu avec 25 % de votant et 40 % de bulletins blanc. Pauvre France.
a écrit le 12/03/2012 à 12:00 :
Les 3 points essentiels du discours de Sarkozy à Villepinte:
J'ai menti, je mens, je mentirai.
a écrit le 12/03/2012 à 11:49 :
Voilà un homme qui mérite d'être président en situation de crise! Un vrai homme!
a écrit le 12/03/2012 à 11:48 :
Superbe! Voilà un homme qui mérite d'être président en situation de crise. Un vrai homme!
a écrit le 12/03/2012 à 11:36 :
Parmi les trois points indiqués dans l?article, je retiens surtout : « J'ai appris que les vrais blocages ne viennent pas du peuple français, ils viennent de certains syndicats, de certaines organisations, de certains corps intermédiaires (...) qui ont intérêt à l'immobilisme, au conservatisme par crainte d'un monde nouveau qui verrait diminuer leur influence"
A noter que récemment il déclarait lors de l?émission des paroles et des actes emphatiquement « moi, je n?ai pas fait l?ENA »
On retrouve l?idée de M. Crozier (la société bloquée) l?autorité de chacun est proportionnelle aux informations privilégiées qu?il détient, en rétention. Cela souligne le poids du spécialiste indispensable (moi, je?) du pontife (moi, professeur?) Ceci fait penser à l?idée générale de copinage, de maffia, d?omerta, de cooptations onéreuses (les relations supplantent la compétence).
Il semble que de nombreux changements voulus par M Sarkozy se soient heurtés à cette inertie : pourquoi ne propose-t-il pas une solution plus radicale et permanente qu?un référendum occasionnel ? A-t-il peur de se condamner à mort en proposant la suppression de l?ENA ?
a écrit le 12/03/2012 à 11:01 :
TATATA , Superman va enfin agir, pendant 5 ans il n'a pas pu le faire, il avait du égarer sa tenue magique , ou alors c'est un coup de Joker qui lui mis de la kryptonite dans les poches !
a écrit le 12/03/2012 à 5:39 :
Et les syndicats corporatistes medecins,pharmaciens...qui ont colonisé la Santé.?Jamais ils n'ont autant gagné d'argent...sans parler des sybdicats agricoles..on se moque de qui ???
a écrit le 11/03/2012 à 19:55 :
Rétablissement des controles aux frontieres francaises (ca va etre fun au moment ou l'etat se separe de ses anciens postes frontieres), buy european act (qui deviendra du coup un buy french act), promesse en l'air pour les PME (il faudrait deja qu'il s'occupe du probleme d'acces des pme francaises aux appels d'offres francais), suppression des syndicats, poursuite du nucleaire. M. sarkozy, arretez de copier Marine ! L'original c'est mieux que la copie !
a écrit le 11/03/2012 à 18:33 :
Tres beau discourt la victoire est proche.
Réponse de le 12/03/2012 à 19:30 :
Pour Hollande, bien sûr !!! (à propos, discours ne prend pas de t)
a écrit le 11/03/2012 à 18:32 :
Même pas cap !
Les accords de Schengen : pour les immigrés, çà sera comme pour les "rom".
Quand au "buy europ act", l'EU lui remonterait les bretelles.Les USA lui taillerait un short.Eux peuvent se le permettre, mais l'EU se couche devant eux à chaque coup...La part réservée aux PMEs, ce n'est pas la 1ere fois que j'entends çà.Oublié dès le 2eme tour...Seuls les "gros" auront leurs parts, comme avant !
Défendre le nucléaire français : oui, c'est une tradition.Il continuera à le faire...
Sidérurgie : il fera semblant, çà aussi c'est une tradition.
Social : sus aux corps intermédiaires.Ah, revoila un cheval de bataille ! On peut compter sur lui pour casser les syndicats, cause de tous les maux en France, c'est connu.Une France sans syndicat aurait 10%, que dis-je 20% de croissance.Le modèle social qu'il prétend défendre, il fait tout pour l'éroder.Comment peut-on défendre quelque chose que l'on condamne en longueur d'année ( "68 c'est fini, l'héritage communiste du conseil de la résistance, c'est fini, l'état providence c'est fini" )?
Et çà nous compare à l'Allemagne avec des syndicats forts et écoutés,un partage du travail qui marche bien mieux que nos 35h !
Je ne vois là que des vieux refrains démagos ( "yakafocon"), aucune vraie analyse.Aussi nul que d'habitude...
a écrit le 11/03/2012 à 17:52 :
encore des promesses qu'il ne tiendra pas , démagogie encore pour détourner les français de son mauvais bilan !
a écrit le 11/03/2012 à 17:52 :
Il faut l'oublier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :