L'Eurogroupe réfléchit à Bruxelles aux moyens de prévenir une nouvelle crise

 |   |  440  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les ministres des Finances de la zone euro se réunissent lundi à Bruxelles pour valider définitivement le deuxième plan d'aide à la Grèce et discuter du renforcement des mécanismes de solidarité mis en place pour éviter une répétition de la crise de la dette.

Cette réunion de l'Eurogroupe se déroulera dans un climat apaisé, grâce à l'accord donné vendredi par les créanciers privés de la Grèce à la plus grosse opération de réduction de dette de l'histoire. Ce feu vert fait que "les conditions sont réunies" pour que les pays de la zone euro mettent en place le financement "du second plan d'ajustement grec", d'un total de 130 milliards d'euros, s'est félicité vendredi le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Junker.

Au delà du cas grec, les ministres pourraient évoquer les difficultés budgétaires, bien moins graves mais jugées toutefois préoccupantes, de plusieurs autres pays, dont l'Espagne. Son Premier ministre, Mariano Rajoy, avait pris début mars ses partenaires par surprise en annonçant que le déficit public serait de 5,8% du PIB en 2012, soit bien supérieur aux 4,4% initialement promis. "La Commission européenne veut connaître les raisons de ce dérapage budgétaire. Cela devrait donc être discuté par l'Eurogroupe même si la question ne figure pas au menu officiel de la réunion", a indiqué une source diplomatique. "Cette situation n'est pas uniquement celle de l'Espagne", a-t-elle ajouté, en citant le cas de la Hongrie et des Pays-Bas, dont le déficit devrait s'élever à 4,5% du PIB en 2013, dépassant la limite européenne des 3%, selon les prévisions officielles de La Haye.

Renforcer le pare-feu

Ces dérapages ont été annoncés alors que 25 pays de l'UE viennent de s'engager sur un nouveau pacte de discipline budgétaire renforcée qui les contraint au respect de "règles d'or" sur l'équilibre des comptes publics. L'autre volet de la réponse à la crise, les mécanismes de solidarité, devrait également être abordé par les ministres des Finances. "Nous allons certainement discuter" de la question du relèvement des ressources du pare-feu financier, de 500 à 750 milliards d'euros, a indiqué une source gouvernementale européenne. "Mais il n'est pas sûr que l'on puisse décider", a-t-elle prévenu.

Les Allemands restent en effet "assez réticents" pour un relèvement du MES, le Mécanisme permanent d'aide aux pays en difficulté, qui doit commencer à fonctionner en juillet. L'une des solutions envisagées est de laisser fonctionner le Fonds de secours temporaire actuel, le FESF, doté encore de quelque 250 milliards d'euros, et le MES en parallèle afin de porter l'enveloppe globale à 750 milliards au moins temporairement, selon cette source.

Le FMI, qui tient sa réunion de printemps à la mi-avril, attend un geste de la zone euro sur ce front pour pouvoir augmenter ses propres ressources afin de pouvoir aider davantage l'Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2012 à 0:48 :
oui "réfléchir", ça c'est de la décision.. et à la fin la cavalerie yankee viendra nous sortir de cette torpeur.. comme toujours.
a écrit le 11/03/2012 à 17:12 :
Mettre des règlementations strictes pour le monde bancaire, plutôt que de ne rien imposer aux financiers tout en leur donnant des munitions "illimitées" de la part de la BCE : encore 1000 milliards fournis par la BCE ces derniers mois, sans aucune obligation concernant leu utilisation !!! Un énorme cadeau sans aucune contrepartie ! Et après on s'étonne que les marchés sont déréglés et que la situation est mauvaise !!!
a écrit le 11/03/2012 à 13:57 :
Article inutile. Madame Lagarde a dit il y a bien longtemps que la crise était finie. Donc, tout va bien.
Réponse de le 11/03/2012 à 15:39 :
Vous êtes inutile car vous croyez ce que l'on vous dit...
Réponse de le 11/03/2012 à 17:12 :
et vous car vous ne comprenez pas le second degré !!!
a écrit le 11/03/2012 à 13:28 :
C'est bien, les eurocrates penseurs, de réfléchir à l'aise dans une confortable situation pendant que la piétaille s'enfonce.
a écrit le 11/03/2012 à 12:39 :
la grece ne peut tenir que 2 mois avec cette somme c'est ridicule ! il y a encore le portugal et l'espagne sans compter l'echeance du 20 mars pour la grece si il arrive à garder 15 mds jusque là !
avant de s'occuper de la prochaine crise ,occupez vous de celle là
sans quantity easing à la bernanke vous n'y arriverez pas !
a écrit le 11/03/2012 à 11:32 :
1) Virer la Grèce à coups de pieds aux derrières.
2) Virer les autres pays boiteux.
3) Supprimer toutes les aides sans contres parties aux aux pays sous développés.
Réponse de le 11/03/2012 à 12:25 :
hahahahaha
Réponse de le 12/03/2012 à 10:28 :
jesus a bien changé...
a écrit le 11/03/2012 à 11:19 :
les circuits financiers mis en place pour sauver l'Euro sont une véritable chaine de Ponzi! + l'hégémonie d'un pays qui dicte sa loi et la riguer aux 16 autres de l'eurozone, coktail explosif quand les peuples se réveilleront
a écrit le 11/03/2012 à 11:13 :
Ce sont les pompiers qui viennent éteindre le feu. En attendant ils conservent leurs belles planques surpayées nettes d'impôts.
a écrit le 11/03/2012 à 10:05 :
Ils y croient encore, grand bien leur fasse !
Réponse de le 11/03/2012 à 11:11 :
Exactement, ils n'ont pas peur du ridicule ces grands penseurs.Topujours le meme scensrio, crise, autosatisfaction(grace a nous, vous avez evite le pire) et recrise. Enfin les repas sont copieux et succulents lors de leurs inutiles reunions.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :