Quand la campagne présidentielle prend des airs de cours de récré

 |   |  1598  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A 40 jours du premier tour des présidentielles, le ton comme le fond des débats reste digne des cours de récréation. A chercher des boucs émissaires et à entretenir un dialogue de sourds, les deux leaders des grands partis déçoivent et peinent à proposer des réformes attendues par les citoyens, conscients que le pays a besoin de se régénérer.

De dîners en ville en cocktails mondains jusqu'aux cafés du commerce ou aux couloirs du métro, c'est le même constat de désolation parmi les citoyens : "Jamais vu un débat de campagne aussi ras les pâquerettes", "les vrais sujets ne sont pas abordés". Les sondages le confirme : 65% des citoyens trouvent la campagne inintéressante selon le baromètre d'intentions de vote Ipsos/Logica Business Consulting ! 73% regrettent de ne pas voir suffisamment abordés les thème du logement et des retraites, 68% la justice, 62% l'environnement et l'éducation, 63% le pouvoir d'achat, 55% l'avenir du nucléaire en France, 59% le chômage et l'emploi, 42% la politique étrangère, 53% l'insécurité, 43% la construction européenne, 39% la fiscalité, et 36% la dette publique et les déficits (cliquer ici).

Le bouc-émissaire : une réponse collective apaisante

Consternation parmi les électeurs. Mais surtout incompréhension. Tous sont bien au fait des bouleversements du monde. Depuis 2008 et le début de la crise, on leur martèle la taille des enjeux. Alors ? Alors en pleine campagne électorale pour élire leur nouveau président, les Français attendent à juste titre un débat à la hauteur des questions qui s'imposent. Pour l'heure, ça vole plutôt bas, très bas...Si la droite se réjouit qu'à Villepinte ce week-end, Nicolas Sarkozy ait rappelé que la France avait destin lié avec l'Europe, son discours tenait plus de la dénonciation que d'un véritable programme porteur de réformes. Chaque camp désigne les coupables et pointe du doigt les fautifs. Les riches à gauche, l'Europe et les chômeurs à droite. On frôle la caricature. A chacun son bouc émissaire. Tout se passe comme si la crise financière et économique avait renforcé une crise de la représentation politique.

L'écart entre les discours et ce qu'on en fait

Depuis René Girard et sa théorie du bouc émissaire, on sait combien le changement quand il est subi, perçu comme violent, non maîtrisable, génère une frustration qui elle-même peut se transformer en agressivité. Agressivité, nous dit le philosophe, tournée ainsi vers le ou les responsables de la non atteinte possible des objectifs et, si ceux ci ne sont pas identifiables ou inaccessibles, ou trop puissants...agressivité tournée vers le différent ou le plus faible...ou l'envié...! "La stigmatisation intervient alors comme symptôme et remède inconscient à la crise sociétale. Face à une dynamique de dérégulation, le phénomène du bouc-émissaire apporte une réponse collective apaisante. L'écart entre les discours et ce qu'on en fait engendre de l'indicible et nourrit une dynamique d'auto-reproches dont le bouc-émissaire permet l'expiation symbolique", explique Rémi Casanova, professeur en Sciences de l'Education à Lille 3. Ce phénomène collectif, universel et archaïque, n'est pourtant pas inéluctable dans ses effets, souligne ce chercheur sur les violences en institution : fondé sur le désir mimétique, il se nourrit de rivalité et s'apaise dans la complémentarité. Sa valeur d'indice du dysfonctionnement des institutions peut aussi en faire un outil de prévention et de remédiation.

Des élites au bord de l'asphyxie

En 2009, dans une "Lettre ouverte à mes amis de la classe dirigeante", l'éminence grise de la République Alain Minc donnait à ses amis de l'oligarchie politique et financière un avertissement resté lettre morte : "Mesurez-vous que le pays a les nerfs à fleur de peau, que les citoyens ont le sentiment, fut-il erroné, de subir une crise dont nous sommes tous, à leurs yeux, les fautifs ? Ignorez-vous que la quête de boucs émissaires est une constante de notre histoire et que 1789 se joue en 1788 ?" On s'attendait donc tout naturellement dans cette campagne à une tentative de compréhension par les élites du pays des réalités vécues par les citoyens. D'autant que les opus se multiplient sur le besoin de retrousser les manches et de réformer la douce France, tel le "Reprenons-nous" de Jean-Paul Delevoye, ex-médiateur de la république, et président du Conseil économique et social (CES), qui en appelle à "une révolution mentale et comportementale des citoyens et des responsables politiques, et à une nouvelle respiration politique". Pour l'heure, ce serait plutôt l'asphyxie : le pouvoir continue de fonctionner en autarcie, enfermé dans les petits cercles concentriques des réseaux d'influence, des groupes de pression, et des coteries en tous genres.

Une incapacité à dialoguer avec le citoyen

Parmi les causes et remises en causes possibles, interrogeons notre modalité de dialogue. Si l'on en croit le père du "Constructionisme social", Kenneth J.Gergen, "nous avons hérité d'une tradition de règlements des conflits fondés sur l'argumentation logique, procédé habituel mal adapté à l'appréhension de nos divergences contemporaines. Car les opposants qui argumentent l'un contre l'autre tentent chacun de démontrer la supériorité de leur point de vue : c'est un exemple type de combat disputé par deux parties qui cherchent toutes deux à remporter la victoire." Selon ce professeur de psychosociologie sociale au Swarthmore College près de Philadelphie, on part du principe que la logique de l'adversaire doit être cohérente et, si jamais la moindre faille apparaît dans sa logique, on cherche immédiatement à le détruire.

Explorer des modalités d'échanges plus coopératives

Or, si nous ne rompons pas avec cette tradition des argumentaires dans les formes de dialogue que nous préconisons, nous dit Gergen, nos problèmes contemporains, comme par exemple les conflits entre Israéliens et Palestiniens, n'ont aucune chance d'être résolus. Son idée serait d'explorer des modalités d'échanges plus coopératives mettant en doute l'orientation de la réalité unique. Ainsi ne pas répondre à une attaque par une contre-attaque et sortir d'une narration centrée sur les problèmes pour lui préférer une ouverture à des perspectives possibles. Au lieu de lutter contre les erreurs des uns et des autres ou des institutions, il s'agit de créer et travailler à une vision plus constructive, d'inventer de nouvelles pratiques relationnelles. L'enjeu est là : définir une méthode de réflexion collective pour irriguer la société d'une capacité à inventer et à se remettre en question de façon constructive. Dialoguer avec le citoyen pour lui donner la parole et non pour lui donner raison. On en est loin, si loin. Au point que, que l'establishment a perdu le sens même de ses responsabilités, et pire, de ce qu'il doit aux citoyens.

Pas de performance sans qualité du lien social

Une récente étude de l'Observatoire du Dialogue et de l'Intelligence sociale (ODIS) démontre comment, selon une gouvernance en place, des systèmes humains peuvent produire ou détruire simultanément du lien social et de la performance. Or le clivage politique central dans les sociétés postindustrielles repose sur l'opposition du travail et du capital. Opposition qui dans la sphère économique a trouvé sa déclinaison dans le champ politique sous la forme du clivage libéralisme/socialisme. Les partis situés à gauche de l'échiquier politique font primer le lien social sur la performance tandis qu'à l'opposé les partisans du libéralisme économique et plus globalement les partis de la droite font primer la performance sur le lien social. "La corrélation étroite entre lien social et performances dévoile l'ineptie de ce clivage et donc la caducité des termes actuels du débat public", note le rapport de l'ODIS "Gouvernance : Lien social et performance".

Pas de performance durable sans qualité du vivre ensemble

Ses indicateurs statistiques montrent qu'il n'y a pas de performance durable sans qualité du vivre ensemble. En miroir il n'y a pas non plus de cohésion sociale durable au sein d'un groupe social qui ne remporte pas quelques succès collectifs. "Le raisonnement politique ne peut plus être "faut-il générer d'abord du lien social ou de la performance ?" Mais "comment faire pour générer les deux simultanément ?", conclut l'ODIS. Sur une longue période on constate qu'un corps social soit construit l'un et l'autre, soit détruit. Car les niveaux de lien social et de performances dépendant d'un seul et même paramètre : c'est le mode de gouvernance qui organise la circulation des personnes et des informations afin que chaque fait, chaque idée, chaque expérience, chaque savoir-faire, et chaque énergie, trouve la place qu'il mérite au profit de tous".

Réinventer le débat public

Il s'agit de savoir si face aux dangers qui guettent et aux évolutions nécessaires pour s'adapter au mouvement permanent du monde, nous allons nous replier sur notre passé glorieux, nos savoirs théoriques, nos intérêts particuliers, nos proches avec un mode de gouvernance qui concentre les pouvoirs en quelques mains que nous croyons "éclairés" ou si nous allons savoir organiser l'ouverture à toutes les personnes, tous les faits, toutes les idées ? Si nous sommes capables de réinventer un vrai débat public, de mettre les problèmes sur la table, d'écouter, d'expliquer, de valoriser les potentialités, d'accompagner les individus plutôt que de défendre le système, de ne plus sacrifier la vision à long terme aux urgences quotidiennes, d'oser prendre des initiatives et des risques ? Il n'est pas certain, malheureusement, que l'issue de cette campagne présidentielle nous en donne la réponse. En attendant, on peut toujours jouer à tenter de mettre des noms de candidats derrière cet exergue d'Aristote : "L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit"....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2012 à 18:55 :
Déçu par Hollande qui ne propose rien en dehors de quelques élucubrations : super taxation inefficace, rediscussion d'un traité à peine signe. J'oubliais son opposition systématique à ce que propse Sarkozy !
a écrit le 13/03/2012 à 16:38 :
Pourquoi ne pas mentionner F. Bayrou qui est le seul à parler vrai mais cela ne plait à personne même pas aux journalistes qui soit l'ignorent, soit disent qu'il ferait mieux de mentir comme les autres pour se faire entendre! Belle conscience professionnelle... Il ne faudra pas venir pleurer demain....
a écrit le 13/03/2012 à 11:36 :
Ce débat non constructif qui serait peut-être moins présent si la presse française arrêtait de tomber dans le piège tendus par les soi-disants "principaux candidats", à savoir faire comme si cette campagne n'était qu'un choix entre hollande et sarkozy. Mélenchon est à 10%, Bayrou à 15% et Le Pen à 16% environ dans les sondages. Est-ce que ces français la ne méritent pas aussi à ce qu'on s'intéresse un peu plus au candidat qu'ils soutiennent?
Chaque fois qu'on parle de Le Pen, c'est pour les signatures, quand on parle de Bayrou, c'est "va t-il choisir sarkozy ou hollande au deuxième tour... c'est fatiguant de lire toujours les mêmes conneries, passez moi l'expression, dans les journaux quand on se lève le matin. Surtout que ce deux "principaux candidats" nous emmène dans une campagne qui se résume à un concours pour désigner celui qui balancera le plus d'idées sans y avoir réfléchi une seconde...
Un peu de démocratie ne ferait pas de mal, il y a plus que deux candidats, plus que deux partis, plus que deux façons de voir le monde en France.
a écrit le 13/03/2012 à 11:21 :
Point n'est besoin de s'appeler MINC pour cerner les enjeux de notre société dans leur dimension dramatique. Il suffit d?être immergé dans ce qu'on appelle communément les classes moyennes , pour constater une digne paupérisation rampante, pour mesurer un désenchantement un peu anxiogène quant à la situation réelle du pays, pour ne pas ignorer qu'on raconte n'importe quoi sur tout ;et enfin pour subir tous les jours des agressions politico-médiatiques jusqu?à la saturation.
a écrit le 13/03/2012 à 10:05 :
eh oui, chers concitoyens, près de 70 ans après la création de l'ENA, nous constatons ce qu'a amené la professionnalisation de la politique, car les élus sont aujourd'hui des professionnels qui font leur carrière au service des affairistes : le plus désespérant conformiste, le plus effroyable manque d'imagination, la plus plate médiocrité dans l'argumentaire, la plus hypocrite fausseté dans les conflits d?intérêts, la plus lâche cécité à l'égard des vrais problèmes, et la plus impitoyable avidité pour se cramponner et grimper en haut de l'arbre aux singes. Il est grand temps de descendre dans la rue balayer tous ces incapables, mettre en place une nouvelle Constitution empêchant cette professionnalisation (deux mandats successifs maximum sur un même siège, pas de cumul de mandats, fin des privilèges en matière de retraite et chômage) et obligeant les élus à être au contact de la même réalité que leurs concitoyens.
Réponse de le 13/03/2012 à 13:06 :
autant je suis d accord sur ce que vous dites autant votre choix de pseudo est assez dérangeant si je ne m abuses c etait le journal de Robespierre et à fait ses choux gras pendant la "Terreur"
Si ce n est pas le cas je m excuses d avoir confondu
a écrit le 13/03/2012 à 9:38 :
Tels n'est pas l'avis de nombre de ceux qui ont vu Sarkozy à Villepinte dimanche et à la télé hier soir.
Le moment est venu d'abandonner les idées toute faites et de faire preuve de sens civique, pour le bien et l'avenir de la France, non pas au service d'un individu, d'une caste ou d'une parti.
a écrit le 13/03/2012 à 9:36 :
Il y a deux sujets imbriqués : le renouvellement et la diversité des élites d'une part et l'étendue de leur pouvoir d'autre part. A propos du premier, il est urgent de fermer l'ENA. A propos du second, il est urgent de réduire le poids de l'Etat jusqu'à ses missions régaliennes. Tous les candidats sans exception, de Le Pen à Mélenchon, de Sarko à Bayrou ou Hollande, sont d'accord pour augmenter encore plus le niveau des dépenses publiques alors que nous fonçons vers le mur de la dette. Où est passée l'opposition véritable dans ce pays ? Cette présidentielle est une parodie de démocratie.
Réponse de le 13/03/2012 à 10:24 :
Tous sauf... BAYROU! Ecoutes le bien, analysez ses propositions, vous verrez qu'au contraire, il préconise une réelle diminution des dépenses en Euros constants... C'est aussi le seul à avoir dit lors de sa campagne de 2007 dans quelle situation nous étions, et dans quelle situation nous serions en 2012 si rien n'était fait. Les évènements lui ont donné raison. Il est le seul à nous annoncer de la sueur et des larmes s'il était élu, mais cela ne plaît pas au "bon peuple", bien que ce soit la vérité, alors pas suffisamment d'entre nous ne voteront pour lui afin de nous sortir du marasme dans lequel nous sommes, et dont nous pouvons nous sortir avec quelques efforts, finalement pas si dramatiques que cela, quand on voit ce qui se passe en Espagne, au Portugal, en Italie et en Grèce, pour ne citer que les pays les plus proches...
Réponse de le 13/03/2012 à 13:45 :
Pour l'instant, Bayrou propose des suppressions de niches fiscales, donc des hausses d'impôts et la hausse du salaire des fonctionnaires, donc des hausses de dépenses. Tout comme la Toupie Elyséenne, Flanby, La Pen et La Méluche, Bayrou est membre du parti unique socialiste français, tendance modérée certes, mais socialiste quand même. Ceci dit, il ne tient qu'à lui d'en sortir. Mais où est passée la démocratie dans ce pays ?
a écrit le 13/03/2012 à 8:20 :
Sarko et Hollande donnent le meilleur d'eux-mêmes dans cette campagne.
a écrit le 12/03/2012 à 23:33 :
Raison pour laquelle je pense que nous aurons une surprise au 1er tour: les deux larrons annoncés en t^te pourraient bien en pâtir.
Réponse de le 13/03/2012 à 11:02 :
Non, les jeux sont faits depuis un moment déjà : Sarkozy va remettre le couvert pour les 5 prochaines années et J F Coppe prendra la suite en 2017. Le scénario est écrit depuis que DSK n est plus dans la course...
a écrit le 12/03/2012 à 23:32 :
L'UMP et le PS ont déjà gouverné. Dans les deux cas, il fait pas bon d'être une classe moyenne ( tondus et rincés). Non seulement, la vie en France n'est pas la panacée, mais en plus nous avons hypothéqué, malgré nous, la vie de nos enfants, petit enfants et arrière petit enfants. En bref nous avons scié les racines de l'arbre de la branche sur laquelle nous sommes assis. Ca pu le 1933.
Réponse de le 13/03/2012 à 9:48 :
La France c est pas la panacée pour y vivre ? Allez dire ça aux grecs, aux portugais, aux espagnols ! On prépare pas l avenir de nos enfants ? Et la réforme des retraites, le non renouvellement des fonctionnaires ou encore la restriction budgétaire, vous ne le sentez pas au quotidien ? Vous pensez que ces efforts c est juste de la poudre aux yeux ? Citez au moins un pays en Europe ou il ferait bon vivre ou plus encore qu en France. Ce qui m agace c est justement de voir à quel point une partie de la population est aveugle et nie, sans fondement la qualité de vie dans notre pays et la chance que l on a de ne pas avoir subi la crise avec violence comme en Grèce, au Portugal ou en Espagne. Mais le premier défaut du français c est de toujours se plaindre et de se morfondre sur son triste sort ...!
a écrit le 12/03/2012 à 22:10 :
on s'ennuie terriblement avec sarko qui vous a contraint au traité de lisbonne et dénonce maintenant un de ses éléments pour récupérer en vain qq électeurs ? pas crédible et démagogue....
Réponse de le 13/03/2012 à 11:01 :
on s'ennuie avec hollande encore+
a écrit le 12/03/2012 à 20:45 :
Évidemment, quand on se contente de suivre seulement les 2 "favoris"... C'est triste à mourir et très loin des priorités...
D'autres alternatives existent avec de vraies propositions, concrètes et pas du tout démagos. Elles sont les vraies priorités du peuple, il "suffit" d'aller les chercher au-delà des JT habituels !
Front de Gauche...
Réponse de le 13/03/2012 à 12:52 :
pas démagos et concrets le font de gauche??? c est de l humour?? Pas difficile de promettre tout et n importe quoi quand on est sur de pas être elu
a écrit le 12/03/2012 à 20:24 :
Oui l'on ne peut que regretter de constater que le débat est alimenté par des représentants de friches politiques, l'UMP et le PS ne sont plus rien, certes ils ont encore quelques gogos, pouffs et benets qui paient des adhésions, mais leurs représentants de Sarkozy à Hollande, 2 COUSINS, n'ont jamais quitté la cour décole mrimaire. Sarkozy a en plus la VULGARITé et Hollande est méprisant. Ils ne sont pas l'avenir de la France.
Réponse de le 13/03/2012 à 11:03 :
n.sarkosy n'est pas vulgaire
a écrit le 12/03/2012 à 20:16 :
quand une société laisse des gens à la rue, elle n'est pas très élognée de l'attitude des allemands pendant la guerre, de leur indifférence face aux camps de concentration. Il y a des crimes contre l'humanité qui se produisent chaque jour dans toutes les villes de France dans l'indifférence générale et nous sommes tous coupables mais nos gouvernants encore davantage .
a écrit le 12/03/2012 à 19:37 :
Ni sarko ni hollande au deuxième tour!!!
a écrit le 12/03/2012 à 19:18 :
il faudrait que les hommes politiques fassent comme FLORENCE AUBENAS et s'immergent pendant 6 mois dans la vie des classes populaires et moyennes inférieures . ça leur ferait le plus grand bien de s'éloigner des bobos pour la gauche et des traders et la bourgeoisie de chartres pour la droite
Réponse de le 13/03/2012 à 10:02 :
6 mois a l'usine
a écrit le 12/03/2012 à 19:14 :
Les hommes politiques ne voient la société que par le biais des adhérents à leurs partis : les vieux enseignants pour le PS, les entrepreneurs pour l'UMP mais la plupart des gens ne se reconnaissent ni dans les uns , ni dans les autres
a écrit le 12/03/2012 à 18:59 :
Lu << LES HAUTS FONCTIONNAIRES REPOUSSENT LES LIMITES DU "SARKO BASHING".

en page 130 DU MAGAZINE CHALLENGES N°291,du 8 mars 2012, MOUTHON ET ROUTIER soulignent à quel point la haine des hauts fonctionnaires et serviteurs de l'état se déchaine envers sarkozy,au point d'abreuver laurent fabius,michel sapin,pierre moscivici de notes permettant d'assurer la défaite de sarkozy.
IL FAUT LIRE LA HAINE CONTENUE DANS "L'ETAT BLESSE"(flammarion).

ces deux journalistes font honneur à la profession et à leur rédaction en dénonçant les vices de l'énarchie,d'autant plus que comme le "nouvel Obs" "Challenges"est plutôt de mouvance de gauche.
La tribune s'honorerait en documentant ce scandale et en saluant l'objectivité et l'honnêteté de leurs confrères.>>
http://elections.lefigaro.fr/presidentielle-2012/2012/03/12/01039-20120312ARTFIG00593-sarkozy-chez-cope-a-meaux-vendredi.php
Réponse de le 13/03/2012 à 6:32 :
lesquels ? cette même profession de journaliste qui était au courant des tendances de mr dsk, et qui les a dissimulées ? beau boulot , admirable ...
a écrit le 12/03/2012 à 18:53 :
Encore un article d un journaliste bien objectif.... Il n y a qu à lire la phrase finale pour comprendre le message politique derrière cet étude journalistique soit disant non partisane... Y a t il encore des journalistes objectifs en france?
a écrit le 12/03/2012 à 18:22 :
J'allais commencer en disant que nous allions finir lassés des nos politiques et des 2 soit disang favoris, mais nous le sommes deja !! Faite nous signe le jour ou bous aurez des idees et penserez d'abord a nous citoyens plutot qu'à nos voix qui nensont pour vous qu'un buisness et le moyen de peter dans la soie !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :