Ralentissement des créations d'entreprises en février

 |   |  192  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Les créations d'entreprises, tout types confondus, ont reculé de 3,3% au mois de février, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Le mois de février n'a pas été propice aux créations d'entreprises en France. Celles-ci ont en effet reculé de 3,3% par rapport au mois dernier, auto-entrepreneurs compris, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) qui publiait ses résultats ce mercredi.

En tout, 47.518 nouvelles entreprises ont vu le jour, dont 27.082 avec le statut d'auto-entreprise, soit près d'une entreprise sur deux. Les nouveaux dossiers déposés pour d'autres types d'entreprises ont quant à eux diminué de 1,2% en données corrigées des variations saisonnières.

Forte baisse sur un an

Cette diminution est particulièrement forte en glissement sur un an (-7,8%), en particulier dans les secteurs des services aux ménages (-15,5%), du soutien aux entreprises (-11,1%) et de l'industrie (-9,6%). 

En revanche, des signes plus positifs contrastent avec ce recul depuis le mois de décembre 2011. Le nombre cumulé de l'ensemble des créations entreprises depuis trois mois est en hausse de 4,3% par rapport à la même période l'an dernier. Les secteurs qui ont le plus contribué à cette hausse sont celui de l'industrie manufacturière (+19,6%), de l'information et de la communication (+14,6%), et de l'enseignement (+12%).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2012 à 20:00 :
Les pauvres n'ont plus de travail, plus d'argent et on leur refusent un prêt pour créer leurs entreprises. C'est la spirale de l'endettement après, car les revenus sont largement inférieurs aux charges qui elles augmentent de façon démesurés. C'est ça le surendettement passif, c'est le résultat de la chaine économique : pas de patron, pas de salariés donc pas de clients = faillites et dégringolade des classes sociales comme dans un domino. La classe aisé vie dans son rêve pour l'instant et demain va se réveiller brutalement. Les pauvres eux payent maintenant et illico !
a écrit le 14/03/2012 à 18:52 :
C'est normal vu la situation économique générale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :