J-5 : une fête du travail triplement politique

En ce 1er mai d'entre-deux-tours, la journée a été marquée par les défilés à Paris du Front National et des syndicats ainsi que la "vraie fête du travail" de l'UMP au Trocadéro. Le leader de la CGT Bernard Thibault a appelé à voter Hollande et Marine Le Pen a indiqué qu'elle voterait blanc dimanche et mis le cap sur les législatives. Nicolas Sarkozy a fustigé la gauche et les syndicats devant des dizaines de milliers de militants cet après-midi au Trocadéro.

4 mn

Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)


Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault votera Hollande au second tour

Interrogé sur Europe 1 avant la traditionnelle mobilisation syndicale du 1er mai, le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault a affirmé que son syndicat appelle "à battre le président de la République actuel". "Le quinquennat, ça a été travailler plus pour gagner moins. Ca a été travailler plus longtemps pour avoir des plus petites retraites. Ca a été plus de flexibilité. Ca a été le blocage du Smic", a dénoncé le leader de la CGT, disant juger Nicolas Sarkozy sur son "bilan social et économique" et ses "intentions". Il a jugé que le 1er mai avait cette année une "symbolique particulière" en raison du contexte électoral, mais aussi par le fait "que le président de la République ait voulu aussi pour la première fois baliser le terrain à sa manière", en organisant un rassemblement parallèle. "Il y a une importance particulière à ce que les cortèges syndicaux soient particulièrement fournis aujourd'hui", a résumé Bernard Thibault.

Marine Le Pen : "Dimanche, je voterai blanc, et en juin Bleu Marine !"

C'est après le discours de son père et fondateur du parti qu'elle dirige actuellement que Marine Le Pen a pris la parole pendant un peu plus d'une heure Place de l'Opéra. Sa consigne de vote était particulièrement attendue après son score de près de 18%  au premier tour de la présidentielle, le 22 avril dernier. "Dimanche, je voterai blanc" a-t-elle finalement affirmé en fin de discours tout en précisant que, si elle même avait "fait son choix", elle laisse aux Français leur liberté: "chacun d'entre vous fera le sien (car) je me bats tous les jours pour que vous soyez respectés (...), vous voterez donc selon votre conscience, librement". Pendant que la foule scandait des "Hollande-Sarko, c'est pareil !", la leader du Front National a ajouté qu'à titre personnel, elle se détournerait de "ces mirages".

Mais, misant sur un morcellement de la droite aux prochaines législatives, Marine Le Pen a axé une grande partie de son discours sur cette échéance, afin de "rendre l'Assemblée nationale au peuple de France". Elle a ainsi appelé Nicolas Sarkozy à préciser s'il se positionnera ou non en faveur des députés du "Rassemblement Bleu Marine", étiquette sous laquelle ses candidats se présenteront en juin. En cas de duel avec un candidat de gauche, Marine Le Pen a rappelé que le candidat-président s'était pour le moment positionné pour un vote blanc 'tout en étudiant les qualités du candidat socialiste"; quand François Hollande a lui indiqué qu'il appellerait à voter pour le candidat de l'UMP. Elle a enfin cité la Roumanie et les Pays-Bas comme exemple soulignant que "le parti de M. Wilders a empêché la mise en place d'un nouveau plan d'austérité".

Plus tôt, elle avait rappelé que la fête du travail était "la fête de tous les travailleurs" mais aussi celle "des chômeurs des retraités et des précaires" avant de citer "agriculteurs, malades et handicapés". Elle s'est ensuite félicitée de son "extraordinaire réussite" à cette élection présidentielle après avoir mené une campagne  qui a permis de "toucher l'âme et l'intelligence des Français". "Nous sommes devenus le centre de gravité de la vie politique française, a t-elle claironné, nous posons les fondations de notre proche arrivée au pouvoir".

Florian Philippot, porte-parole du FN, ne croit pas en une victoire de Nicolas Sarkozy

L'un des porte-parole de Marine Le Pen, Florian Philippot a indiqué ce mardi qu'il voterait blanc au second tour de la présidentielle. "Je ne peux pas choisir entre deux politiques strictement identiques" qui défendent "l'Europe de Bruxelles, le même ultra-libéralisme", a-t-il expliqué sur la chaîne d'information LCI. "Je ne peux pas choisir entre deux politiques strictement identiques" qui défendent "l'Europe de Bruxelles, le même ultra-libéralisme", a-t-il expliqué. "Les Français ont goûté à la droite et à la gauche ces trente dernières années. Quinze ans de gauche et quinze ans de droite, c'était la même politique", a-t-il ajouté. Au sujet de Nicolas Sarkozy, Florian Philippot a estimé que "son opération de drague électoraliste, de séduction, de clin d'oeil appuyé, répété, quotidien, à l'électorat de Marine Le Pen est un peu grossière. "C'est un peu grossier pour que ça marche, à mon avis. Mais nous verrons bien". "Je ne pense pas honnêtement" que Nicolas Sarkozy sera réélu, a-t-il pronostiqué. Le représentant a déjà les législatives en ligne de mire "C'est très important, si les Français veulent donner un peu de souffle dans cette vie politique française, s'ils veulent bousculer un peu cette élite de droite et de gauche qui se succèdent au pouvoir. C'est la fausse alternance".

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 02/05/2012 à 13:37
Signaler
Mr Hollande a confondu le 1er Mai, Fête du travail , avec la Fête des Morts. Normal, lorsqu'on est la réincarnation de F Mitterrand.

à écrit le 02/05/2012 à 12:17
Signaler
Lecteur assidu et abonné de La Tribune, je lis aussi d'autres quotidiens. Je voudrais apporter mon témoignage. Trois constats sur le Parisien PAPIER de ce matin 2 mai Page 1: La photo de SARKOZY le montre seul (alors qu'au Trocadero nous étions 20000...

à écrit le 02/05/2012 à 12:10
Signaler
je ne comprend pas la phrase au dessus ou il y a marqué : Marine Lepen voterait blanc quand Francois Hollande a lui indiqué qu'il appellerait à voter pour le candidat de l' U.M.P ....bizare.....????

à écrit le 02/05/2012 à 12:08
Signaler
Restauration : Hollande laisse sa chance à la TVA réduite... Encore une prise de décision... laissée à une étude par une commission à venir . Pas toujours droit dans ses bottes.... avec un programme ajustable en fonction du vent...

à écrit le 01/05/2012 à 23:20
Signaler
C'est vraiment scandaleux, les syndicats sont financés par nos impots car ils n'arrivent pas à s'auto-entretenir financièrement avec leur faible nombre d'adhérents, et maintenant ils appellent à voter pour ou contre ?!! moi je ne veux plus que mes im...

le 02/05/2012 à 0:25
Signaler
Ils sont financés aussi par les entreprises ... contraintes de maintenir les salaires avec les heures de délégation ... certains en ont tellement qu'ils ne sont jamais en poste ... alors le travail ils ne savent même plus ce que c'est ... ce sont leu...

le 02/05/2012 à 13:32
Signaler
Oui, ils ont qu'à demander à la Lybie... Par exemple... Trop facile cet amalgame sur "les syndicats"...

à écrit le 01/05/2012 à 22:29
Signaler
On fête soi-disant le travail, mais dans ces trois manifestations parfaitement stériles, il n'y en avait pas un qui bossait. S'ils voulaient réellement fêter le travail, tous feraient mieux de travailler 24 heures en continu. Le premier mai, c'est la...

à écrit le 01/05/2012 à 21:27
Signaler
Les syndicats sont subventionnés par l'Etat,donc se doivent d'être apolitique

à écrit le 01/05/2012 à 19:18
Signaler
Un syndicat ne doit pas donner de consignes de vote ,c"est ce court circuiter pour les négociations .le 1 mai n'appartient pas à la gauche ,venant des US cette fête du travail a été mise en avant par Pétain en 1941 et ce n'est qu'en 1947 que cette jo...

le 01/05/2012 à 20:10
Signaler
@sauros: "20 juin 1889 : le congrès de la IIème Internationale socialiste réuni à Paris pour le centenaire de la Révolution française, décide de faire du 1er mai un jour de lutte à travers le monde avec pour objectif la journée de huit heures. Cette ...

à écrit le 01/05/2012 à 19:00
Signaler
F Hollande qui se défile le 1er Mai; comme d'habitude, qui donne un drôle de signal politique, en allant célébrer une période du mettirandisme et de P Bérégovoy qui a subi la pire défaite de la Vème république abimée par des scandales et le souvenir...

à écrit le 01/05/2012 à 18:42
Signaler
Vu par hasard le discours de Sarko, beaucoup de citations notamment sur La Martine (sans doute au cirque, en bateau, ...) très fort !

le 01/05/2012 à 19:23
Signaler
L'instruction c'est comme la confiture moins on en a plus on l'étale me disait mon père. On pourrait rajouter encore que notre président sortant a une culture de "reader 's digest" pour ceux qui ont un peu de "bouteille" . Bref c'est creux et pour ce...

à écrit le 01/05/2012 à 15:54
Signaler
Que pensez vous du corporatisme dévoyé de l'administration? Exit la volonté générale... Nous avons un sérieux problème d'institutions avec les apparatchik de l'appareil d'Etat. Ils ne savent faire que des papiers, des fonctionnares, des chômeurs et d...

le 01/05/2012 à 20:11
Signaler
@ René: tout à fait d'accord, mais nos jeunes sont tellement apathiques et pathétiques que la Nation est en bien mauvaise posture !!!

à écrit le 01/05/2012 à 14:14
Signaler
Comme m'avait bien indiqué mon premier patron, nous sommes face à une incohérence. Je cite : "Expliquez-moi pourquoi les salariés ne travaillent pas le jour de la fête du travail". Je complète le profil de ce personnage par une autre citation digne d...

le 01/05/2012 à 20:14
Signaler
@yvan: tu continue à lui cirer les pompes à ton patron j'espère ;-) C'est malheureusement notre jeunesse qui pleurniche et jalouse, mais ne prend pas en main son propre avenir et celui de ses enfants !!!

à écrit le 01/05/2012 à 12:27
Signaler
1er mai et frontières La notion de frontière c'est le contraire du tout et n'importe quoi. Le mot importe, car il est bien différent de séparation, lequel implique l'éloignement, voire la ségrégation, sens que ne manqueraient pas de lui attribuer péj...

le 01/05/2012 à 19:55
Signaler
Vous voulez parler " d'instrumentalisée" ?

le 01/05/2012 à 22:44
Signaler
Il n'y a qu'une frontière légitime, celle qui borne une propriété privée. Toutes les autres frontières s'imposent par la violence : elles sont illégitimes.

à écrit le 01/05/2012 à 12:22
Signaler
le syndicalisme est il devenu un tremplin pour entrer en politique ??? TRISTE Thibaut vote qui il veut les francais s en moque.....votons le contraire...

le 01/05/2012 à 20:18
Signaler
@Hopala: tu viens de naître ou t'arrives d'une autre planète ? les syndicats ont toujours été politisés et continuent de l'ètre. On a pas d'amis, uniquement des intérêts communs disait Churchill, et même si cela fait semblant de choquer Sarko, on ne ...

à écrit le 01/05/2012 à 11:45
Signaler
Que Thibaut vote Hollande on s'en moque éperdument mais il est le secrétaire d'un syndicat et n'a pas à exprimer son vote publiquement. Raison de plus pour ne pas le suivre.

le 01/05/2012 à 16:19
Signaler
Ah bon... Et au nom de quoi n'aurait-il pas le droit de le faire... ?... Quand le Médef répond aux invitations des congrès de l'Ump et s'affiche ouvertement pour ses idées, est-ce normal... ?... Ça fait moins jaser là...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.