Dépenses publiques : les économies ne sont pas forcément là où on le croit

La France se situe au dixième rang des pays l'OCDE s'agissant du niveau des dépenses collectives (Défense, sécurité, justice, éducation, administration, lutte contre la pauvreté...). Ce n'est pas donc là qu'il sera le plus facile de couper, alors que François Hollande promet de diviser par deux le rythme de progression des crédits publics. Restent les dépenses sociales, à la remise en cause politiquement très sensible.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

On décrit des policiers français en plein malaise, notamment en raison d'un manque d'effectifs. Les parents d'élèves se mobilisent contre les suppressions de classe, réclamant plus de moyens pour une éducation nationale jugée exsangue. Et pourtant, comme Nicolas Sarkozy l'a répété tout au long de son quinquennat, comme le soulignent à l'envi de nombreux économistes ou experts bruxellois, la dépense publique est très lourde, en France. Il y aurait donc comme un hiatus ?
A voir les données publiées par Eurostat, il est incontestable que les dépenses publiques sont en France particulièrement élevés, en regard des « standards » européens. Elles représentent 55,9% du PIB (chiffres de 2011). En Europe, seul le Danemark affiche un taux supérieur (57,9%). La Finlande est en dessous (54%), de même que la Suède (51,3%). L'Allemagne se situe à 45,6% de la richesse nationale.

La France au dixième rang
Il devrait être aisé, dans ces conditions, de réduire les crédits de l'Etat, sans beaucoup de casse, entend-on souvent. Sauf que, à considérer ces crédits, la France est loin d'avoir un Etat aussi dispendieux. qu'on l'imagine Comme le souligne l'économiste Xavier Timbeau (OFCE) dans une contribution récente, les dépenses publiques collectives stricto sensu, qui vont de la sécurité à l'administration du pays, en passant par la lutte contre la pauvreté, représentent en France seulement 18,2% du PIB (si l'on met à part les dépenses d'assurance sociale, publiques, mais individualisables). Cela situe la France au dixième rang des pays de l'OCDE, en dessous des Etats-Unis, de l'Italie... Aux Etats-Unis, par exemple, les dépenses de sécurité dépassant les 6% du PIB... Au total, s'agissant des grands pays, les écarts concernant cette dépense publique au sens strict sont en réalité relativement faibles: elle se situe toujours autour des 20% du PIB. Au cours des dernières années, cette dépense a baissé, en France, en proportion du PIB, contrairement à ce qui s'est produit en Grande Bretagne, ou aux Etats-Unis.

Le choix d'assurances sociales publiques
Si la dépense publique atteint un record ou presque, en France, c'est en raison du poids d'assurances sociales (retraites et assurance maladie, notamment) exclues du calcul précédent. C'est là que pourraient se situer les économies. Mais les prestations versées sont-elles réellement trop généreuses en France, expliquant l'écart avec les autre pays ? Le cas des dépenses de santé est symptomatique. Si l'on considère les dépenses publiques, elles représentent près de 10% du PIB en France, contre 9% aux Etats-Unis. Les Américains seraient donc plus économes... Mais, si l'on prend en compte l'ensemble des dépenses maladie, y compris celles financées par des assurances privées, force est de constater que leur poids est beaucoup plus élevé Outre-Atlantique : 16% du PIB, selon l'OCDE, contre 11% en France. Le gaspillage change de camp...
La question est bien celle du choix entre recours à des assurances privées ou à un système public. La gestion privée est-elle plus efficace ? S'agissant de la santé, l'exemple américain tendrait à prouver le contraire. Il a été démontré que les assurances privées, aux Etats-Unis, dépensaient une bonne part de leurs recettes en marketing, afin de recruter de nouveaux clients, ce qui explique une partie de l'écart.

La sécurité sociale, un sujet sensible
En tout état de cause, une assurance, qu'elle soit privée ou publique, a un coût. La question du poids de la dépense publique (et, par là même, des prélèvements obligatoires) est moins économique que politique, il s'agit d'un choix de société : veut-on laisser le marché opérer, au risque que certains salariés ne bénéficient pas de couverture sociale ou préfère-t-on que l'Etat fixe les règles, contraignant les acteurs à se soumettre au même régime et mêmes prélèvements ?
Sans aller jusqu'à privatiser la Sécurité sociale, des économies sur les dépenses sociales sont envisageables. Les possibilités existent d'une plus grande rationalisation. Les proches de Nicolas Sarkozy avaient d'ailleurs prévu d'économiser 13 milliards sur l'assurance maladie. Mais le sujet est sensible. Voilà quelques années, la seule évocation d'une rationalisation, par exemple, du régime favorable des affections de longue durée, avait provoqué une véritable levée des boucliers. Eric Woerth, qui avait lancé la proposition, avait reculé immédiatement...
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 53
à écrit le 25/06/2013 à 20:11
Signaler
le problème de la sécu existe car il n'y a qu'une cotisation par famille et 2 si deux salaires. vous pouvez réduire tout ce que vous voulez, si les rentrées de cotisation ne correspondent pas au nombre de personnes prises en charge, on sera toujours ...

le 25/06/2013 à 22:46
Signaler
C'est donc juste une question de cotisations ? Il n'y a pas de gabegie ? Les médicaments sont très chers en France, continuons en prélevant plus dans les poches ? De plus en plus car si on laisse faire, ça augmente assez rapidement. Pourquoi prescrir...

à écrit le 26/06/2012 à 10:45
Signaler
Commençons par faire le ménage dans les régions et les départements tenus par la gauche et là on peut facilement faire de trés grandes économies. Quant-on voit mles dépenses dispendieuses en communications en dons aux associations cuilturelles à domi...

le 26/11/2012 à 19:57
Signaler
ET SURTOUT AU NIVEAU DES COMMUNES §§

à écrit le 24/06/2012 à 12:40
Signaler
L'état régalien, c'est seulement 5% du PIB, en dehors de cela tout le reste peut être privatisé. Il y a une sacrée marge de manoeuvre. L'état, c'est le droit, et avec ce pouvoir, il peut tout faire faire au privé, sans s'en occuper directement lui-mê...

le 08/11/2012 à 22:46
Signaler
Privatiser le reste ne nous empêcherait pas de devoir quand même payer nos frais de santés nos retraites, l.école pour nos enfants...ou serait le gain ? L'article le dit bien : lorsqu'on additionne les dépenses publiques et privées en santés le gaspi...

à écrit le 24/06/2012 à 10:41
Signaler
500 milliards de depenses sociales... Comment peut on encore se poser la question des gisements d'economie

à écrit le 23/06/2012 à 16:51
Signaler
Fonctionnaire moi même je peux vous dire que des économies à faire il y en a ! Mais pour cela il faudrait qu'elles soient effectuées par des personnes indépendantes et non par ces hauts fonctionnaires qui ne savent que couper dans les effectifs du "t...

le 25/06/2012 à 16:24
Signaler
C'est Magnifique de lire un Fonctionnaire ""Réaliste"". Que Mr hollande l'écoute !!!!!

à écrit le 22/06/2012 à 9:01
Signaler
les socialistes sont des spécialistes de dépenser plus et surtout d/acroissements continuels des déficits !

le 24/06/2012 à 9:19
Signaler
Evidemment pas la droite qui a augmenté le déficit de la France de 500 milliards ? en 10 ans ! .

le 25/06/2012 à 22:57
Signaler
Pourtant, la dette publique avec la droite s'est considérablement accrue : de l'ordre de 1 200 milliards d'euros en 2007, à la fin du quinquennat de Sarkozy, elle approchait les 1 700 milliards.

à écrit le 22/06/2012 à 6:49
Signaler
Il y a temps a faire pour economiser sur la secu. Arret des allocations familliale pour les riches. 1er mois de chomage non renumere, allocation familliale limite a 5 enfants. retraite publique aligne sur le prive.decote pour la pension de reversion....

le 23/06/2012 à 16:59
Signaler
La retraite privée est souvent plus intéressante que la retraite publique. la fonction publique est une hypocritique qui vous paie au minimum et vous fait gonfler vos salaires à coups de primes (non comptabilisées dans le calcul des retraites). résul...

le 25/06/2013 à 22:58
Signaler
"Arret des allocations familliale pour les riches" non, arrêt pour tous ! Riche, c'est à combien (couple, personne seule) ? Combien de revenu par enfant ? Espérons que les gens n'ont pas d'enfant(s) que pour les allocs ? Le premier mois de chômage no...

à écrit le 19/06/2012 à 10:14
Signaler
Daans les affections longue durée, il y aurait un tri à faire, on accorde le 100 % remboursé pour des petites affections qui pourraient entrer dans le cadre normal.

le 08/11/2012 à 22:33
Signaler
Vous avez un exemple ? Les ALD sont recensés sur une liste limitative. Qu'elle est cette ALD dont vous parlez ?

à écrit le 19/06/2012 à 6:44
Signaler
Je crois qu'au G20 les pays qui viennent de contribuer au renforcement du pare feu du FMI en particulier les BRIC et les autres en ont plus qu'assez des bras cassés européens incapables de gérer correctement leurs pays a l'exception des allemands et...

à écrit le 18/06/2012 à 21:06
Signaler
Il faut commencer par réduire la rémunération des hauts fonctionnaires qui a explosé avec le précédent président .

à écrit le 16/06/2012 à 20:04
Signaler
Drôle d'article, au final on ne sait pas où faut-il faire des économies? On peut retenir en filigrane qu'il ne s'agit pas de faire des économies sur les dépenses de SS mais d'individualiser une partie des dépenses mutualisées. C'est malheureusement ...

le 18/06/2012 à 21:27
Signaler
t'as que des mesures injustes à proposer qui favorise les riches et étranglent les pauvres. Moi avec une politique pareille, je boycotte la pub, la consommation et je pars sur le plateau de Millevaches fomenter une révolution.

le 24/06/2012 à 10:42
Signaler
Allez y

à écrit le 15/06/2012 à 21:58
Signaler
Je n'ai jamais bien compris l'usage d'un vocabulaire innaproprié concernant les impots taxes et cotisations dont se plaignent sans cessent mes concitoyens souvent attisés par les médias et politiques.... Les Impots, ce sont nos routes, nos écoles, e...

le 16/06/2012 à 23:20
Signaler
les impôts ce sont nos routes pleines de trous, nos écoles toutes aussi nulles, vous voulez continuer ainsi ?? quand aux exigences de profit à 2 chiffres que vous critiquez, savez-vous à quoi servent les bénéfices ??? alors renseignez-vous !!!

le 22/06/2012 à 6:52
Signaler
@ Cap2006, les premiers mots de votre commentaire suffisent amplement " Je n'ai jamais bien compris".

le 25/06/2012 à 23:43
Signaler
Très humblement, je dirais Bonne analyse ... et à certains, veuillez faire l'effort de lire les commentaires correctement et jusqu'au bout ! ceci nous évitera vos commentaires inutiles et déplacé

le 25/06/2012 à 23:44
Signaler
ola

à écrit le 15/06/2012 à 21:44
Signaler
Oh oui, c'est effrayant! Plutôt que demander à l'éduc nat de se réformer en profondeur, virons les pauvres des aides sociales! Hahahahaha! Dire que je suis libéral éclairera certainement votre lanterne, mais éclairera-t-elle suffisamment celle des fr...

à écrit le 15/06/2012 à 20:57
Signaler
Ca montre que la france n'est pas si depensiere que cela. Par contre il ya un reel probleme d'eeficacitee et d'utilisation de l'argent public

à écrit le 13/05/2012 à 12:27
Signaler
sans commentaire

à écrit le 13/05/2012 à 1:35
Signaler
@ churchill, socrate, ou autre tu sais de prendre des noms différent à chaque fois et s'acharné sur moi, tu dois avoir bobo à la tête, il y à des médecins pour ça, allez messieurs bonsoir et surtout comptez les lignes.

à écrit le 13/05/2012 à 0:29
Signaler
Depuis très longtemps on met énormément d'argent pour l'"éducation nationale et il semble y avoir toujours plus de problèmes : au lieu d'augmenter les dépenses (que les français payent) ne faudrait-il pas d'abord reinstaurer une discipline et le resp...

à écrit le 12/05/2012 à 21:23
Signaler
@ churchill si tu savais comment je me fou de la réussite sociale ou matériel, je vis et je me demande pourquoi je suis là, qui me regretteras personne enfin tu est l'élu de mon coeur et tu le sais bien

à écrit le 12/05/2012 à 21:19
Signaler
@ socrate ou churchill, ou ce que tu veux, tu as une bonne assurance vie, car tu risques d'avoir mal à la tête à force de me lire, tu sais je m'inquiète car tu est fragile parole de voleur

à écrit le 12/05/2012 à 21:15
Signaler
@ ton frère : le pouvoir au peuple

à écrit le 12/05/2012 à 1:23
Signaler
@ socrate : pourquoi privé de tous, au profit des actionnaires mais qui vous empêche d'en devenir un au commencement petit et après bon la progression sera lente mais si vous ne vous le lancer pas l'argent ne tomberas du ciel, oui moi aussi je travai...

le 12/05/2012 à 14:44
Signaler
ça y est. T'as fini. Ouf ! J'en pouvais plus

à écrit le 11/05/2012 à 22:23
Signaler
@ socrate : vous noircissez pas trop le problème, je suis d'accord dans tout les secteurs privé si on n'est pas compétitif, on vit dans une société ou tout le monde en veut à tout le monde, j'ai travaillé pendant + de 10 ans à carrefour et sincèremen...

le 12/05/2012 à 14:41
Signaler
@Pathinder : Je croyais que t'avais piqué dans la caisse ?

le 12/05/2012 à 14:47
Signaler
Coucou, c'est moi, ton pote Churchill (alias Socrate). Purée, t'as du bosser toute la nuit pour écrire ce roman.

à écrit le 11/05/2012 à 17:11
Signaler
Que j'essaie de comprendre l'article, je sors d'une famille qui à 2 enfants sur quatre dans une administration, un qui est agent d'accueil dans un musé et une qui est professeur, celui qui est dans un musé il très très très loin de faire 1600 h, soit...

le 11/05/2012 à 19:33
Signaler
Et pas que ceux de la fonction publique, je travaille dans le privé depuis 25 ans, et là on peut dire que l'on est complètement inefficace et inutiles. Le seul but est de rapporter du fric à des actionnaires qui refusent d'investir le moindre centi...

le 12/05/2012 à 14:42
Signaler
@Pathinder : Finalement, c'est toi le vilain petit canard. T'es celui qui a le moins bien réussi.

à écrit le 11/05/2012 à 14:31
Signaler
la france a la plus forte dépense d'europe, des résultats assez mauvais, les autres font beaucoup mieux avec beaucoup moins, de qui se moque t on ? il suffit d'auditer n'importe quel secteur public et on trouver facilement 40 % de gains, mais c'est s...

à écrit le 11/05/2012 à 13:05
Signaler
pourquoi seulement 1600 heures revenons au bon vieux temps ou la journee de travail etait de 12 heures 6 jours sur 7 ou il n'y avait pas de conges payes ou les enfants travaillaient des 12 ans ou il n'y avait pas de retraites ni d'assurances maladie...

le 25/06/2012 à 16:53
Signaler
Arrêtez ,Mr pierre ! Il n'y a déjà pas de boulot pour tout le monde ! vous allez engendrer combien de clients nouveaux pour les ASSEDICS ???

à écrit le 10/05/2012 à 22:32
Signaler
J'oubliais....demandons déjà à TOUT nos fonctionnaires de réaliser 1600 heures par an pour déjà être au niveau de la Doctrine Aubry. Ensuite on contrôle leur boulot qualitatif et quantitatif. Ensuite on verra que l'on a 500 000 fonctionnaires en tr...

le 11/05/2012 à 5:57
Signaler
1600 heures ? Les faites déjà vous même. Analysez votre temps de travail réel, c-toss, et vous verrez que vous êtes loin du compte.

le 11/05/2012 à 12:52
Signaler
Ce n'est pas 500.000 mais 2000.000 de fonctionnaires inutiles qui parasitent la France.

le 11/05/2012 à 16:33
Signaler
moi je fais 4000heures par an 75x52semaines je suis commercabt ouvert 7j sur 7 de 6h00 a 19h30 je suis diffuseurde presse donc en repos que les jours feries apres midi et le dimanche apres midi pour gagner une misere.... pour sarkozy travailler plus...

le 22/06/2012 à 6:55
Signaler
@ monroi, Et bien travailler moins et votez Socialistes,vous nous reparlerez de vos gains de fin de mois.

à écrit le 10/05/2012 à 22:29
Signaler
Donc selon la "démonstration" ci dessus...tout va bien. MDR² Tiens, juste un exemple....l'utilisation des génériques en France. Merci de chercher vous même et vous verrez que le sujet est gras. Cet article a pour seul but de nous expliquer qu'il ne...

à écrit le 10/05/2012 à 21:09
Signaler
Nous voyons donc deux systèmes économiques en Europe. L'Europe du Sud du chômage et l'Allemagne du plein emploi. J'ai une question avec 56 de dépenses et une cinquantaine de recettes, notre système économique est-il viable? On parle déjà dans les act...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.