Dépenses publiques : les économies ne sont pas forcément là où on le croit

 |   |  746  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La France se situe au dixième rang des pays l'OCDE s'agissant du niveau des dépenses collectives (Défense, sécurité, justice, éducation, administration, lutte contre la pauvreté...). Ce n'est pas donc là qu'il sera le plus facile de couper, alors que François Hollande promet de diviser par deux le rythme de progression des crédits publics. Restent les dépenses sociales, à la remise en cause politiquement très sensible.

On décrit des policiers français en plein malaise, notamment en raison d'un manque d'effectifs. Les parents d'élèves se mobilisent contre les suppressions de classe, réclamant plus de moyens pour une éducation nationale jugée exsangue. Et pourtant, comme Nicolas Sarkozy l'a répété tout au long de son quinquennat, comme le soulignent à l'envi de nombreux économistes ou experts bruxellois, la dépense publique est très lourde, en France. Il y aurait donc comme un hiatus ?
A voir les données publiées par Eurostat, il est incontestable que les dépenses publiques sont en France particulièrement élevés, en regard des « standards » européens. Elles représentent 55,9% du PIB (chiffres de 2011). En Europe, seul le Danemark affiche un taux supérieur (57,9%). La Finlande est en dessous (54%), de même que la Suède (51,3%). L'Allemagne se situe à 45,6% de la richesse nationale.

La France au dixième rang
Il devrait être aisé, dans ces conditions, de réduire les crédits de l'Etat, sans beaucoup de casse, entend-on souvent. Sauf que, à considérer ces crédits, la France est loin d'avoir un Etat aussi dispendieux. qu'on l'imagine Comme le souligne l'économiste Xavier Timbeau (OFCE) dans une contribution récente, les dépenses publiques collectives stricto sensu, qui vont de la sécurité à l'administration du pays, en passant par la lutte contre la pauvreté, représentent en France seulement 18,2% du PIB (si l'on met à part les dépenses d'assurance sociale, publiques, mais individualisables). Cela situe la France au dixième rang des pays de l'OCDE, en dessous des Etats-Unis, de l'Italie... Aux Etats-Unis, par exemple, les dépenses de sécurité dépassant les 6% du PIB... Au total, s'agissant des grands pays, les écarts concernant cette dépense publique au sens strict sont en réalité relativement faibles: elle se situe toujours autour des 20% du PIB. Au cours des dernières années, cette dépense a baissé, en France, en proportion du PIB, contrairement à ce qui s'est produit en Grande Bretagne, ou aux Etats-Unis.

Le choix d'assurances sociales publiques
Si la dépense publique atteint un record ou presque, en France, c'est en raison du poids d'assurances sociales (retraites et assurance maladie, notamment) exclues du calcul précédent. C'est là que pourraient se situer les économies. Mais les prestations versées sont-elles réellement trop généreuses en France, expliquant l'écart avec les autre pays ? Le cas des dépenses de santé est symptomatique. Si l'on considère les dépenses publiques, elles représentent près de 10% du PIB en France, contre 9% aux Etats-Unis. Les Américains seraient donc plus économes... Mais, si l'on prend en compte l'ensemble des dépenses maladie, y compris celles financées par des assurances privées, force est de constater que leur poids est beaucoup plus élevé Outre-Atlantique : 16% du PIB, selon l'OCDE, contre 11% en France. Le gaspillage change de camp...
La question est bien celle du choix entre recours à des assurances privées ou à un système public. La gestion privée est-elle plus efficace ? S'agissant de la santé, l'exemple américain tendrait à prouver le contraire. Il a été démontré que les assurances privées, aux Etats-Unis, dépensaient une bonne part de leurs recettes en marketing, afin de recruter de nouveaux clients, ce qui explique une partie de l'écart.

La sécurité sociale, un sujet sensible
En tout état de cause, une assurance, qu'elle soit privée ou publique, a un coût. La question du poids de la dépense publique (et, par là même, des prélèvements obligatoires) est moins économique que politique, il s'agit d'un choix de société : veut-on laisser le marché opérer, au risque que certains salariés ne bénéficient pas de couverture sociale ou préfère-t-on que l'Etat fixe les règles, contraignant les acteurs à se soumettre au même régime et mêmes prélèvements ?
Sans aller jusqu'à privatiser la Sécurité sociale, des économies sur les dépenses sociales sont envisageables. Les possibilités existent d'une plus grande rationalisation. Les proches de Nicolas Sarkozy avaient d'ailleurs prévu d'économiser 13 milliards sur l'assurance maladie. Mais le sujet est sensible. Voilà quelques années, la seule évocation d'une rationalisation, par exemple, du régime favorable des affections de longue durée, avait provoqué une véritable levée des boucliers. Eric Woerth, qui avait lancé la proposition, avait reculé immédiatement...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2013 à 20:11 :
le problème de la sécu existe car il n'y a qu'une cotisation par famille et 2 si deux salaires. vous pouvez réduire tout ce que vous voulez, si les rentrées de cotisation ne correspondent pas au nombre de personnes prises en charge, on sera toujours en déficit. quand je fais mes courses, si je n'alimente pas mon porte-monnaie à mon retour, c'est certain , j'aurai du mal à m'acheter ma baguette demain matin
Réponse de le 25/06/2013 à 22:46 :
C'est donc juste une question de cotisations ? Il n'y a pas de gabegie ? Les médicaments sont très chers en France, continuons en prélevant plus dans les poches ? De plus en plus car si on laisse faire, ça augmente assez rapidement. Pourquoi prescrire les produits les plus récents quand une autre molécule a le même effet mais moins cher ? Question de formation trop succincte des médecins sur les médications disponibles ? Ça me fait penser aux fraudeurs du fisc, ça nous fait payer plus d'impôts, tant pis. (NB : suis pas allé consulter depuis 9 ans, mais je donne beaucoup à la Sécu chaque mois, j'estime ça normal, un jour je serai peut-être malade, juste avant la fin). 1% de déficit c'est vraiment peu, mais beaucoup en ???.
a écrit le 26/06/2012 à 10:45 :
Commençons par faire le ménage dans les régions et les départements tenus par la gauche et là on peut facilement faire de trés grandes économies. Quant-on voit mles dépenses dispendieuses en communications en dons aux associations cuilturelles à dominantes magrébines, africaines et autres, là il y a de l'argent à récupérer. D'autre part, cves memes régions et département pourraient aussi diminuer les effectifs redonnant pour revenir à une saine gestion de l'espace.
Réponse de le 26/11/2012 à 19:57 :

ET SURTOUT AU NIVEAU DES COMMUNES §§
a écrit le 24/06/2012 à 12:40 :
L'état régalien, c'est seulement 5% du PIB, en dehors de cela tout le reste peut être privatisé. Il y a une sacrée marge de manoeuvre.
L'état, c'est le droit, et avec ce pouvoir, il peut tout faire faire au privé, sans s'en occuper directement lui-même, il faut juste qu'il puisse avoir plus d'inspecteurs de contrôle.
Réponse de le 08/11/2012 à 22:46 :
Privatiser le reste ne nous empêcherait pas de devoir quand même payer nos frais de santés nos retraites, l.école pour nos enfants...ou serait le gain ? L'article le dit bien : lorsqu'on additionne les dépenses publiques et privées en santés le gaspillage change de camp et c'est aux États Unis que les assurés payent le plus cher.
a écrit le 24/06/2012 à 10:41 :
500 milliards de depenses sociales... Comment peut on encore se poser la question des gisements d'economie
a écrit le 23/06/2012 à 16:51 :
Fonctionnaire moi même je peux vous dire que des économies à faire il y en a ! Mais pour cela il faudrait qu'elles soient effectuées par des personnes indépendantes et non par ces hauts fonctionnaires qui ne savent que couper dans les effectifs du "terrain", ceux qui sont au coeur du service public. La réforme sarkozyste et systématique du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux a été une vraie catastrophe; Elle a été conduite aveuglément par une caste de hauts fonctionnaires qui a coupé partout sauf là où c'était nécessaire. Résultat des courses: le machin devient de plus en plus inopérant de moins en moins au service du public. Assez des cadres surpayés pour faire des statistiques et des réunions pour savoir comment faire plus avec moins de personnels !
Réponse de le 25/06/2012 à 16:24 :
C'est Magnifique de lire un Fonctionnaire ""Réaliste"". Que Mr hollande l'écoute !!!!!
a écrit le 22/06/2012 à 9:01 :
les socialistes sont des spécialistes de dépenser plus et surtout d/acroissements continuels des déficits !
Réponse de le 24/06/2012 à 9:19 :
Evidemment pas la droite qui a augmenté le déficit de la France de 500 milliards ? en 10 ans ! .
Réponse de le 25/06/2012 à 22:57 :
Pourtant, la dette publique avec la droite s'est considérablement accrue : de l'ordre de 1 200 milliards d'euros en 2007, à la fin du quinquennat de Sarkozy, elle approchait les 1 700 milliards.
a écrit le 22/06/2012 à 6:49 :
Il y a temps a faire pour economiser sur la secu. Arret des allocations familliale pour les riches. 1er mois de chomage non renumere, allocation familliale limite a 5 enfants. retraite publique aligne sur le prive.decote pour la pension de reversion.Medicaments au cachets et pas a la boite, supprime la securite de l'emploi a l'hopital etc...
Réponse de le 23/06/2012 à 16:59 :
La retraite privée est souvent plus intéressante que la retraite publique. la fonction publique est une hypocritique qui vous paie au minimum et vous fait gonfler vos salaires à coups de primes (non comptabilisées dans le calcul des retraites). résultat: au moment de prendre votre retraite celle ci est minime. Arrêtez de croire que la fonction publique c'est le lieu où l'on est surpayé à rien foutre !
Quant à la sécurité de l'emploi cela me fait bien rire: quand on vous supprime votre service et qu'on vous propose un poste à trois heures de chez vous vous faites quoi ? Ben oui: vous vous mettez en dispo et vous n'avez même pas le droit au chômage !
Réponse de le 25/06/2013 à 22:58 :
"Arret des allocations familliale pour les riches" non, arrêt pour tous ! Riche, c'est à combien (couple, personne seule) ? Combien de revenu par enfant ? Espérons que les gens n'ont pas d'enfant(s) que pour les allocs ?
Le premier mois de chômage non rémunéré, c'est pour faire des économies ou "forcer" les gens à trouver n'importe quoi à faire ? Pourquoi ne pas dire que le chômage ne sera indemnisé que trois mois. On fait croire qu'il y a beaucoup d'emplois non pourvus, le problème est que ça tourne, les emplois, il y a des CDD, intérim qui finissent leur période, donc chômeurs même rien qu'une semaine avant autre contrat (les banques n'aiment pas trop les gens en CDD, pas de garantie), et ça, c'est comptabilisé dans les chiffres !
"Médicaments au cachet et pas à la boite" Non, moins, beaucoup moins de médicaments, et moins chers (appels d'offre pour l'ensemble des pharmacies de France afin de faire baisser les prix). Les Français en sont arrivés à l'idée fausse que s'il n'y a pas un antibiotique dans leur ordonnance, ils seront moins bien soignés. C'est fou, non ?
("il y a tant à faire").
a écrit le 19/06/2012 à 10:14 :
Daans les affections longue durée, il y aurait un tri à faire, on accorde le 100 % remboursé pour des petites affections qui pourraient entrer dans le cadre normal.
Réponse de le 08/11/2012 à 22:33 :
Vous avez un exemple ? Les ALD sont recensés sur une liste limitative. Qu'elle est cette ALD dont vous parlez ?
a écrit le 19/06/2012 à 6:44 :
Je crois qu'au G20 les pays qui viennent de contribuer au renforcement du pare feu du FMI en particulier les BRIC et les autres en ont plus qu'assez des bras cassés européens incapables de gérer correctement leurs pays a l'exception des allemands et qu'ils le font savoir nous sommes les seuls a ne pas savoir compter
a écrit le 18/06/2012 à 21:06 :
Il faut commencer par réduire la rémunération des hauts fonctionnaires qui a explosé avec le précédent président .
a écrit le 16/06/2012 à 20:04 :
Drôle d'article, au final on ne sait pas où faut-il faire des économies?
On peut retenir en filigrane qu'il ne s'agit pas de faire des économies sur les dépenses de SS mais d'individualiser une partie des dépenses mutualisées. C'est malheureusement ce qui va arriver sans aucune rationalisation.
Je conseille de lire: 12 clés pour sortir de la crise (http://www.amazon.fr/gp/product/229655055X/ref=oh_details_o00_s00_i00).
De toute façon continuer ainsi nous mène à l'abattoir, quand on emprunte pour payer les intérêts de la dette la fin est proche.
Il faut une purge dans l'état assistante sociale, une baisse des traitements et une augmentation de l' TVA et de la CSG en plus d'une rationalisation de la SS/ASSEDIC...
Réponse de le 18/06/2012 à 21:27 :
t'as que des mesures injustes à proposer qui favorise les riches et étranglent les pauvres. Moi avec une politique pareille, je boycotte la pub, la consommation et je pars sur le plateau de Millevaches fomenter une révolution.
Réponse de le 24/06/2012 à 10:42 :
Allez y
a écrit le 15/06/2012 à 21:58 :
Je n'ai jamais bien compris l'usage d'un vocabulaire innaproprié concernant les impots taxes et cotisations dont se plaignent sans cessent mes concitoyens souvent attisés par les médias et politiques....

Les Impots, ce sont nos routes, nos écoles, etc....
les cotisations retraites sont un salaire différé, que l'on touche après la carrière professionnelle, et que l'on mutualise
Les cotisations chomages, sont une assurance...dont je me rejouis de payer sans en profiter...
Les cotisations santés et sociale, sont aussi une mutualisation du risque santé...

Ce qui importe, c'est le différentiel de cout entre ce que je paierai pour le même service rendu ( rente, soins, indemnités chomage, scolarité de mes enfants, animations culturelles, etc...) entre une gestion publique ou para publique et une gestion privée.

L'article semble montrer que s'il y a baisse des impots et taxes au profit d'une libéralisation totale des services ... le gains n'est pas évident pour le citoyen...

C'est un peu comme certains pays qui affichent une très faible dette publique.... mais un taux d'endettement des particuliers bien plus important qu'en France....
- dispose t on d'ailleurs de cette visibilité comparative ? dette publique + dette privée....

Ceci dit, tout autant que je trouve stupides et parfois abusives les exigences de profit à 2 chiffres, et à court termes... autant je trouve scandaleux les gaspillages d'argent public...
Réponse de le 16/06/2012 à 23:20 :
les impôts ce sont nos routes pleines de trous, nos écoles toutes aussi nulles, vous voulez continuer ainsi ??
quand aux exigences de profit à 2 chiffres que vous critiquez, savez-vous à quoi servent les bénéfices ??? alors renseignez-vous !!!
Réponse de le 22/06/2012 à 6:52 :
@ Cap2006, les premiers mots de votre commentaire suffisent amplement " Je n'ai jamais bien compris".
Réponse de le 25/06/2012 à 23:43 :
Très humblement, je dirais Bonne analyse ... et à certains, veuillez faire l'effort de lire les commentaires correctement et jusqu'au bout ! ceci nous évitera vos commentaires inutiles et déplacé
Réponse de le 25/06/2012 à 23:44 :
ola
a écrit le 15/06/2012 à 21:44 :
Oh oui, c'est effrayant! Plutôt que demander à l'éduc nat de se réformer en profondeur, virons les pauvres des aides sociales! Hahahahaha! Dire que je suis libéral éclairera certainement votre lanterne, mais éclairera-t-elle suffisamment celle des français qui roient encore que le PS est le parti des pauvres et des travailleurs?
a écrit le 15/06/2012 à 20:57 :
Ca montre que la france n'est pas si depensiere que cela. Par contre il ya un reel probleme d'eeficacitee et d'utilisation de l'argent public
a écrit le 13/05/2012 à 12:27 :
sans commentaire
a écrit le 13/05/2012 à 1:35 :
@ churchill, socrate, ou autre tu sais de prendre des noms différent à chaque fois et s'acharné sur moi, tu dois avoir bobo à la tête, il y à des médecins pour ça, allez messieurs bonsoir et surtout comptez les lignes.
a écrit le 13/05/2012 à 0:29 :
Depuis très longtemps on met énormément d'argent pour l'"éducation nationale et il semble y avoir toujours plus de problèmes : au lieu d'augmenter les dépenses (que les français payent) ne faudrait-il pas d'abord reinstaurer une discipline et le respect qui ont disparu de beaucoup d'établissements et il faudrait aussi impliquer les parents et enfin sévir vraiment : interdire portables, capuches etc.... instaurer un vrai respect vis à vis des enseignants, un vrai respect des enseignants vis à vis de leur emploi (ne pas tolérer les trop nombreux arrêts de travail de petite et longue durée sans véritable raison médicale) une véritable discipline de la part des chefs d'établissement qui parfois ne veulent pas faire de vague afin que leur établissement ne soit pas "montré du doigt" mettre toujours plus d'argent n'apportera pas la solution
a écrit le 12/05/2012 à 21:23 :
@ churchill si tu savais comment je me fou de la réussite sociale ou matériel, je vis et je me demande pourquoi je suis là, qui me regretteras personne enfin tu est l'élu de mon coeur et tu le sais bien
a écrit le 12/05/2012 à 21:19 :
@ socrate ou churchill, ou ce que tu veux, tu as une bonne assurance vie, car tu risques d'avoir mal à la tête à force de me lire, tu sais je m'inquiète car tu est fragile parole de voleur
a écrit le 12/05/2012 à 21:15 :
@ ton frère : le pouvoir au peuple
a écrit le 12/05/2012 à 1:23 :
@ socrate : pourquoi privé de tous, au profit des actionnaires mais qui vous empêche d'en devenir un au commencement petit et après bon la progression sera lente mais si vous ne vous le lancer pas l'argent ne tomberas du ciel, oui moi aussi je travaille dans le privé depuis l'âge de mes 17 ans et je vais en avoir 50 ans, il est vrai que dans le privé quand on à finis la journée, on est fatigué par son travail, mais que pensez vous qu'un fonctionnaire est fatigué de sa journée, non dans la fonction publique il y à des branches professionnelles qui sont très mal répartis, qui cesseras cette inégalité des tâches dans la fonction publique, je me pose la question on ne peut plus se permettre d'avoir un système de la fonction publique aussi mal gérée que ça, ce système est fait pour compliquer les choses au travailleur lambda, et le pire on nous bassinent qu'il font ça pour améliorer les choses, pourquoi faire simple quand c'est compliqué, c'est à l'état qu'on doit se plaindre, ou allez à l'étranger, vous verrez vous allez revenir vite car malgré tout on est bien en France.
Réponse de le 12/05/2012 à 14:44 :
ça y est. T'as fini. Ouf ! J'en pouvais plus
a écrit le 11/05/2012 à 22:23 :
@ socrate : vous noircissez pas trop le problème, je suis d'accord dans tout les secteurs privé si on n'est pas compétitif, on vit dans une société ou tout le monde en veut à tout le monde, j'ai travaillé pendant + de 10 ans à carrefour et sincèrement je ne regrette pas mon licenciement suite à une maladie que j'ai contracté, cela serais trop long à vous parlez de mon cas, je peut vous dire que les fonctionnaires méritant on les comptent sur les doigts de la main, quand vous adressez à une personne de la fonction publique, ATTENTION, je ne les mets pas tous dans le même sac je sais que dans le privé si on est pas sous pression et efficace à 100 % très vite on est viré, et on ne doit remerciez personne car on à tendance à nous prendre pour des chiens, mais ceux de la fonction publique ont la sécurité de l'emploi surtout quand il devienne titulaire, mais je respecte vos idées mais si en France on ne prends pas les sanctions pour les fonctionnaires inutile et qu'on mette à la place des gens qui connaissent bien leur boulot, on manque cruellement de policier de médecins de personnel hospitalier, de personnel pour l'éducation mais attention bien préparé à leur travail on ne peut plus se permettre de payer des gens à rien faire, sur 5 fonctionnaires qui sont sur un problème, il y en 2 qui travaillent c'est petit à petit la mort du secteur privé, si on leur impose pas un quota si il ne le font pas il le remette à demain mais dans le privé on doit finir les taches commencée, si on n'arrive pas à comprendre qu'on manque de policier, de médecin, de personnel éducatif et hospitalier on ne peut plus se permettre d'avoir un telle gâchis, comme personne ne diras rien on ne s'en sortiras pas on à besoin tous de travailler je suis d'accord, mais sous prétexte qu'il ont la sécurité de l'emploi il y à un du relachement dans certains secteurs on se demande pourquoi il ont eue cette place de fonctionnaire, moi personnellement je n'ai jamais voulu entrer dans la fonction publique c'est un choix je l'assume, pourquoi pas ne voulez vous pas quitter le secteur privé pour celui de la fonction public, passez des concours il y pas d'âge mais tant qu'on ne verras pas dans des secteurs précis qui à des employés peu fiable, on continuera à payer pour des gens qui ont la sécurité de l'emploi mais si il quitte leur travail pour faute grave, il n'ont aucun droit au chômage, par contre dans le privé on à des droits, des primes de licenciement, celui qui rigole c'est le titulaire de la fonction public quand il voie des ouvriers, passé des concours, il n'est jamais trop tard, mais moi NON je reste à ma place et je ne tiens pas à avoir cette mentalité de fonctionnaire étriqué qui ont à notre place le droit de cumuler un emploi en extra, si vous ne me croyez pas libre à vous, je respecte vôtre façon de penser, mais plus il y aura des fonctionnaires on ne s'en sortiras pas ramenons les grandes industrie qui se sont délocalisé là il auras un retour petit à petit de la croissance. Je tiens à dire que je respecte vos idées et loin de moi de vous juger, personne ne peut juger personne s'il est honnête, et vous je suis sur que vous êtes honnête vue vôtre commentaire.
Réponse de le 12/05/2012 à 14:41 :
@Pathinder : Je croyais que t'avais piqué dans la caisse ?
Réponse de le 12/05/2012 à 14:47 :
Coucou, c'est moi, ton pote Churchill (alias Socrate). Purée, t'as du bosser toute la nuit pour écrire ce roman.
a écrit le 11/05/2012 à 17:11 :
Que j'essaie de comprendre l'article, je sors d'une famille qui à 2 enfants sur quatre dans une administration, un qui est agent d'accueil dans un musé et une qui est professeur, celui qui est dans un musé il très très très loin de faire 1600 h, soit il est en réunion, (car pas mal de branche dans la fonction publique aime se réunir) ou il prend ces rtts, ou ces congés, et il se dit fatiguer de sa journée, pourquoi ne pas mettre ce genre de sangsue à la porte ( ceux qui bossent dans les espaces vert, il y 5 sur le même problème, quand on veut demander un renseignement à la mairie de nôtre domicile il sont d'une amabilité effrayante, dans les guichets postier quand je vois souriez vous êtes filmé, je me marre, car tout ces gens ont la sécurité de l'emploi et il y 70 % d'incapable et 30 % qui font tout pour être à l'écoute des clients, les 70 % voir plus il font grève quand leur pouvoir d'achat et en baisse et qu'ils ne veulent pas passé dans le privé) en France tant qu'on ne changeras pas de façon de pensée comme un fonctionnaire, qu'il pense l'état à renforcer là ou le manque de personne fait cruellement défaut (école, lycée, dans le secteur hospitalisée et autre) mais en France on ne touche surtout pas au dinozaure de la fonction publique, et malgré qu'il y à des départs et qu'il ne remplace pas ces gens, cela ne suffit pas on privatiserais pas mal de poste dans la fonction publique mais je vais m'attirez tout les colères des internautes de la fonction public, mais je m'en moque si l'état ne comprend pas qu'il faut passer outre les syndicats qui pullule dans la fonction publique qu'il passe dans le secteur privé, là il verront ce qu'est le travail. Mais en France si on ne fait rien on ne s'étonneras pas que la croissance ne redémarre et que les fonctionnaires qui sont néfaste pour une France de qualité, je vois ça de mes yeux peut-être que je me trompe.
Réponse de le 11/05/2012 à 19:33 :
Et pas que ceux de la fonction publique, je travaille dans le privé depuis 25 ans, et là on peut dire que l'on est complètement inefficace et inutiles. Le seul but est de rapporter du fric à des actionnaires qui refusent d'investir le moindre centime si on ne leur ramène pas 10% de croissance.... Donc plus d?investissement, plus d'innovation et une armée de zombies sans aucune direction si ce n'est celle de voler les consommateurs... Privé c'st bien le terme oui, privé de tout....
Réponse de le 12/05/2012 à 14:42 :
@Pathinder : Finalement, c'est toi le vilain petit canard. T'es celui qui a le moins bien réussi.
a écrit le 11/05/2012 à 14:31 :
la france a la plus forte dépense d'europe, des résultats assez mauvais, les autres font beaucoup mieux avec beaucoup moins, de qui se moque t on ?
il suffit d'auditer n'importe quel secteur public et on trouver facilement 40 % de gains, mais c'est sûr que temps qu'on demandera à des administratifs si l'administration peut faire des économies, on n'avancera pas beaucoup.
la suede n'a plus de fonction publique et est beaucoup plus performante. mais retour à la case départ, rien n'est possible, c'est l'électorat de françois 2 le démago, alors les travailleurs du privé, au boulot, il va falloir travailler encore plus pour donner à manger au monstre !
et surtout, ne rechignez pas avec votre mauvais esprit, c'est l'heure du rassemblement ! soyez solidaires !
a écrit le 11/05/2012 à 13:05 :
pourquoi seulement 1600 heures revenons au bon vieux temps ou la journee de travail etait de 12 heures 6 jours sur 7 ou il n'y avait pas de conges payes ou les enfants travaillaient des 12 ans ou il n'y avait pas de retraites ni d'assurances maladie il ne faut pas lesiner si on veut sauver la france et tant pis si les francais en meurrent
Réponse de le 25/06/2012 à 16:53 :
Arrêtez ,Mr pierre ! Il n'y a déjà pas de boulot pour tout le monde ! vous allez engendrer combien de clients nouveaux pour les ASSEDICS ???
a écrit le 10/05/2012 à 22:32 :
J'oubliais....demandons déjà à TOUT nos fonctionnaires de réaliser 1600 heures par an pour déjà être au niveau de la Doctrine Aubry.

Ensuite on contrôle leur boulot qualitatif et quantitatif.

Ensuite on verra que l'on a 500 000 fonctionnaires en trop. On y viendra.
Réponse de le 11/05/2012 à 5:57 :
1600 heures ? Les faites déjà vous même. Analysez votre temps de travail réel, c-toss, et vous verrez que vous êtes loin du compte.
Réponse de le 11/05/2012 à 12:52 :
Ce n'est pas 500.000 mais 2000.000 de fonctionnaires inutiles qui parasitent la France.
Réponse de le 11/05/2012 à 16:33 :
moi je fais 4000heures par an 75x52semaines je suis commercabt ouvert 7j sur 7 de 6h00 a 19h30 je suis diffuseurde presse donc en repos que les jours feries apres midi et le dimanche apres midi pour gagner une misere.... pour sarkozy travailler pluss pour gagner moins
Réponse de le 22/06/2012 à 6:55 :
@ monroi, Et bien travailler moins et votez Socialistes,vous nous reparlerez de vos gains de fin de mois.
a écrit le 10/05/2012 à 22:29 :
Donc selon la "démonstration" ci dessus...tout va bien. MDR²

Tiens, juste un exemple....l'utilisation des génériques en France. Merci de chercher vous même et vous verrez que le sujet est gras.

Cet article a pour seul but de nous expliquer qu'il ne faut rien réformer...lamentable.
a écrit le 10/05/2012 à 21:09 :
Nous voyons donc deux systèmes économiques en Europe. L'Europe du Sud du chômage et l'Allemagne du plein emploi. J'ai une question avec 56 de dépenses et une cinquantaine de recettes, notre système économique est-il viable? On parle déjà dans les actualités que notre industrie de niveau intermédiaire se fait damer le pion par les chinois en Afrique. Ne faudrait-il pas sonner la cloche? Ne peut-on pas chanter le cac est mort? 17 milliards de prélèvements. Serons-nous une cigalière à la grecque?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :