Salaires des patrons du public : le changement... c'est bientôt

 |  | 470 mots
Lecture 2 min.
Henri Proglio, PDG d'EDF, pourrait consentir à une baisse de 66% de sa rémunération fixe - Copyright Reuters
Henri Proglio, PDG d'EDF, pourrait consentir à une baisse de 66% de sa rémunération fixe - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Jean-Marc Ayrault a assuré vendredi matin sur France Inter que la limitation des salaires des patrons des entreprises publiques dans une échelle de 1 à 20, promise par François Hollande, interviendrait "vite". Cette mesure est "en cours de préparation", a ajouté le Premier ministre sans préciser si elle s'appliquerait bien sur les futures nominations, comme l'avait laissé entendre Michel Sapin, et non sur les contrats actuellement en cours.

La proposition de François Hollande de limiter les rémunérations des patrons des entreprises publiques est sur les rails. Jean-Marc Ayrault l'a confirmé vendredi matin sur France Inter. Concédant que la mesure consistant à baisser le salaire des membres du gouvernement de 30% était plutôt symbolique, il l'a placée sous le signe de "l'exemplarité".  "Les Français font beaucoup d'effort et ceux qui sont au pouvoir, s'ils doivent demander des efforts à tous, ils doivent le demander dans la justice donc d'abord en donnant l'exemple", a t-il affirmé avant d'élargir la problématique au patronat: "cela vaut pour les grands patrons, je le dis tout de suite". Dans son programme, le nouveau président envisageait  d'établir une échelle de 1 à 20 pour les rémunérations dans les entreprises où l'Etat est majoritaire (EDF, Areva, la SNCF ou La Poste par exemple). En clair, si le salaire le plus faible y est équivalent au Smic brut mensuel pour 35 heures, soit un peu moins de 1.400 euros par mois, le nouveau plafond de rémunération sera fixé à près de 28.000 euros par mois, soit environ 336.000 euros par an (hors primes).

"C'est envisagé pour que ça se fasse vite"

Interrogé sur la capacité du gouvernement  à mettre en oeuvre ce que Jean-Marc Ayrault a rappelé être un engagement du président, le Premier ministre a indiqué que "c'est envisagé pour que ça se fasse vite et c'est décidé ça se fera", précisant que cette mesure est "en cours de préparation". Avant de devenir ministre du travail dans le nouveau gouvernement, Michel Sapin avait laissé entendre le 10 mai que les contrats en cours ne seraient pas modifiés. "C'est rare, comme ça, en cours de contrat, de baisser les salaires des uns et des autres, on est humain", avait-il dit. La mesure ne concernerait donc que les futures nominations, même si Jean-Marc Ayrault n'a ni confirmé ni infirmé cette information ce matin.

Des baisses potentielles allant jusqu'à 66% de leurs rémunérations

En janvier, "Challenges" avait estimé que le patron potentiellement le plus touché par une limitation des salaires en cas de victoire du candidat socialiste serait le PDG d'EDF. Avec une rémunération fixe de 1 million d'euros en 2010 et en supposant que le salarié du groupe le moins bien payé est au Smic, le magazine avait évalué le rabais à appliquer sur la fiche de paie d'Henri Proglio à -66% soit une baisse de 665.000 euros. Le site citait également les cas des dirigeants d'Areva et de La Poste qui devaient s'attendre à des diminutions respectives de leurs émoluments de 61% et de 60%. Les patrons de la RATP, de la SNCF et de la Banque de France notamment ne seraient pas concernés par la mesure, tout comme ceux de France Télévisions et de la Française des jeux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2012 à 17:25 :
http://www.youtube.com/watch?v=Yoi9eUZzgJ8
a écrit le 21/05/2012 à 17:59 :
EIFFEIL + 1, un commentaire bien argumenté, je reconnais mes erreurs mes connaissance sont fade et sans importance vous au moins vos commentaires ont du sens.
a écrit le 20/05/2012 à 16:39 :
j'en arrive à me demander vu les commentaires qui sont publiés pourquoi à été élu Hollande (pour le changement ou on ne voulait plus de Sarkozy) les problèmes sont les même on verra dans les années à venir et aux législative que je pense vont être un beau foutoir.
a écrit le 20/05/2012 à 10:57 :
je suis en accord avec jade chapuis
a écrit le 19/05/2012 à 11:42 :
Pourquoi ne pas baisser les journalistes (parce que ceux-ci ont ?uvrés pour le faire élire ! en plus F.HOLLANDE leur a promis une déduction fiscale de 30% supplémentaire, que NICOLAS SARCOZY LEUR A REFUSE. Les 30% avaient été supprimés par LIONNEL JOSPIN ce qui leur ferait diminuer leur salaire imposable de 50% avec ce qu?ils déduisent déjà !) CECI EXPLIQUE CELA !!!!!!!!.....ELLE EST BELLE LA FUTURE France D?HOLLANDE (ALLI BOBO ET LES 34??) J?ai HONTE ! PAUVRE France où vas-tu ?
a écrit le 19/05/2012 à 10:19 :

En cette periode de crise tous les anciens ministres normaux doivent renoncer au versement de la prolongation de salaire de 6 mois ... pour l heure un seul y renonce .(MR WAUQUIEZ ) bravo...!!!
a écrit le 19/05/2012 à 8:22 :
Ceci est une petite mesurette, symbolique, payée par les autres.
Ils n'ont toujours pas le courage de toucher au vrais problème,.. la charge des dépenses publics.
a écrit le 19/05/2012 à 5:39 :
Et qu'on les oblige aussi ainsi que le président et tous les ministres de ne pas dépasser les 35 heures pour ne pas manger le pain des chomeurs.
a écrit le 19/05/2012 à 0:22 :
Si cette limitation des plafonds de rémunérations très élevées des patrons des entreprises publiques, (pourquoi d'ailleurs que des nouveaux entrants) se comprend dans la logique d'un parti socialiste, elle ne peut avoir qu'un effet symbolique mesuré à l'ensemble de l'économie. Si l'on veut avoir un large effet sur l'ensemble de l'économie, il faudrait tout revoir: rémunérations des présentateurs à la télé, des responsables des programmes de variétés, limitation des cumuls de fonctions des journalistes qui passent chaque jour d'une chaîne à un autre, encadrement des tarifs des avocats qui réclament pas moins de 1500 ? pour un petit dossier qui nécessite au plus quelques heures de travail; on pourrait ainsi multiplier les exemples; là oui, cela aurait un effet important sur l'économie du pays. Mais, il a beau s'appeler socialiste, le parti qui gouverne gère un système libéral, et on voit mal comment il pourrait s'en sortir, changer les choses de façon radicale tout en faisant partie de la CEE et de la zone euro !
a écrit le 18/05/2012 à 21:04 :
Le salaire d'un dirigeant ne représente pas grand chose dans ces entreprises ... Et si on leur propose mieux ailleurs ils n'hésiteront pas une seconde ... Quelqu'un de moins efficace viendra à sa place ... et tout doucement des mauvaises (ou moins bonnes) décisions seront prises ... Les entreprises perdront de leur efficacité ... Mais c'est évidemment ce que recherche la CGT ... le nivellement par le bas ...
a écrit le 18/05/2012 à 20:37 :
Une mesurette bien insignifiante au niveau du pays, par rapport à ce qui nous attend. On donne vraiment l'impression de jouer dans notre parc pour enfants. Les entreprises nationalisées ont-elles encore un sens aujourd'hui quand on voit on voit le Qatar en train d'acheter des parts dans les entreprises françaises. Enfin si ça peut calmer quelques excités, qui croient que ça va changer quoi que ce soit, pourquoi pas.
a écrit le 18/05/2012 à 18:54 :
Si Proglio et consorts ne sont pas d'accord pour la baisse de leur rémunération, il faut qu'ils sachent que des milliers de personnes compétentes sont prêtes à prendre leur poste pour 20 000 euros par mois voire moins.
a écrit le 18/05/2012 à 17:11 :
Ayrault prépare en fait les esprits à une refondation des entreprises dites "publiques" qui devraient devenir "privées" avec à nouveau de salaire mirobolants. EDF est une cible depuis des années pour Total qui privatise le plus possible son capital. La Banque Postale sera vendue ou fusionnée, la Poste vendue à Géodis, Bouygues en profitera pour avaler totalement Alstom, etc. Cette évolution est plutôt positive Sarkozy a hésité à la faire. Rien à voir avec les salaires des patrons, thème qui sera vite oublié .... après les élections législatives pour lesquelles les socialistes craignent une sorte de retour de bâton.
a écrit le 18/05/2012 à 17:00 :
Mesure urgente, mais après les législatives quand même, en ensuite... on OUBLIE !...
a écrit le 18/05/2012 à 16:41 :
Allez un petit effort dans le public et bientôt ce sera au tour du privé !
a écrit le 18/05/2012 à 16:11 :
les salaires de PDG,par rapport aux footeux,artistes,et autres traders sont dans l'ordre de notre totale déraison.
mais que penser des retraites de Nos Elus§§§,qui rien qu'au Conseil constitutionnel,car c'est un placard doré,et avec la reversion,va coûter l'équivalent des indemnités chômage annuelles de nos intermittents du Spectacle!!!!!soit le milliard passé.
qui sont les clowns????
a écrit le 18/05/2012 à 16:08 :
et voila comment on décourage les vrais entrepreneurs.cet argent économisé sera sans doute versé a la cgt qui se chargera de booster la croissance française
a écrit le 18/05/2012 à 15:45 :
Quelqu' un se souvient - il de la fourchette du programme commun, de 1981. ?

il me semble qu ' il y quelque inflation.;

IL est vrai que c 'était tellement short, que cela n' a été appliqué que par certaines entreprises privées, importantes, comme plafonnement des cadres en cours d ' ascencion !!! etceux des étages d 'en - dessous, par solidarité !!!
a écrit le 18/05/2012 à 15:21 :
ET LES PATRONS DU PRIVES ? ;;;;; IL SUFFIT D'IMPOSER à 100% LA PARTIE SALAIRE DÉPASSANT 330000 / AN !!
Réponse de le 20/05/2012 à 14:04 :
@JLM Pauvre Robin des bois!
Avec ces idées tu decourages les entrepreneurs de ce pays. On ne progresse pas en tirant les gens vers le bas mais au contraire en créant de la richesse qui profite à tous! Que feras tu quand il n'y aura plus d'entrepreneurs dans notre pays? Une armée de fonctionnaires mal payés mais égaux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :