Cécile Duflot prolonge le dispositif hivernal d'hébergement d'urgence

 |   |  461  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La trêve hivernale concernant l'hébergement d'urgence est une nouvelle fois prolongée, cette fois-ci jusqu'au 31 mai, a annoncé Cécile Duflot, ministre du Logement.

Cécile Duflot, ministre du Logement, a annoncé ce mardi sur Canal+ une prolongation du dispositif hivernal pour l'hébergement d'urgence, pour "faire en sorte que d'ici au 31 mai (...) on ne mette plus personne à la rue". Ce dispositif, mis en place chaque hiver pour assurer l'hébergement des SDF, s'achève traditionnellement en mars. Mais à l'approche de l'élection présidentielle, le précédent gouvernement avait exceptionnellement repoussé cette année l'échéance, avec des fermetures progressives de centres d'hébergement, jusque fin juin. Mais une grande partie d'entre eux sont censés fermer entre le 22 et le 31 mai.

"La première décision que j'ai prise en liaison avec Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, c'est de suspendre la fin de la trêve hivernale et de repousser au 31 mai toute décision", a déclaré Cécile Duflot. Il faut "faire en sorte que d'ici au 31 mai, on puisse garder des places et qu'on ne mette plus personne à la rue", a estimé l'écologiste. Aucune personne "ne sera remise à la rue de façon brutale", a-t-elle assuré.

Mobilisation générale

Pour cela, il va falloir mobiliser "l'ensemble des acteurs" afin de libérer les places dans les foyers d'urgences et permettre à ceux qui n'ont pas droit à un logement, en plus grande fragilité, d'être accueillis dans des lieux d'hébergement de plus grande qualité, a expliqué la ministre. "Cette période de prolongation devra permettre à l'Etat et aux associations de procéder à une évaluation et à un diagnostic partagé des besoins en hébergement à l'issue de la trêve hivernale", précise un communiqué du ministère. "On suspend les fermetures prévues, et d'ici au 31 mai, on va recenser toutes les places nécessaires", a ajouté l'entourage de la ministre.

La Fondation Abbé Pierre, reçue lundi par Cécile Duflot, avait souligné qu'il "convenait d'apporter des réponses urgentes en direction des structures d'accueil hivernal dont la fermeture est programmée dans les jours à venir". Matthieu Angotti, de la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars), a affirmé qu'"on gagne quelques centaines de places qui auraient dû fermer au 31 mai. C'est une bonne chose", a-t-il dit.

Pas de fermeture sans proposition de relogement

Mais "l'autre engagement, encore plus fondamental, c'est qu'il n'y aura pas de fermeture sans solution de ré-hébergement ou de relogement. Ca veut dire qu'on ne fonctionne plus en fonction du thermomètre, mais en fonction des besoins. Cette revendication qu'on porte depuis des années semble avoir été entendue", a-t-il ajouté Le dispositif hivernal permet chaque année de mobiliser - du 1er novembre au 31 mars- jusqu'à 19.000 places supplémentaires d'hébergement d'urgence pour les SDF, en plus des 118.000 places ouvertes toute l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2012 à 17:17 :
"Ca veut dire qu'on ne fonctionne plus en fonction du thermomètre, mais en fonction des besoins." Ahhh, la sempiternelle obsession marxiste : "à chacun selon ses besoins". Toujours aussi généreuse avec les efforts des esclaves à qui on fait supporter le financement de ces fameux besoins.
a écrit le 22/05/2012 à 16:38 :
Les meilleurs intentions aboutissent parfois à l'effet inverse recherché.
Car si la 'treve hivernale' qu'il faudrait alors re-baptiser en 'treve expulsive'
durait plus de six mois cela va décourager un peu plus les propriétaires
de louer leur logement. Les assurances pour loyers impayés vont de facto augmenter
ce qui va se repercuter sur le prix des locations et les garanties demandées vont etre encore
plus restrictives ce qui va diminuer la possbilité pour le pekin lambda de louer
en faisant payer par le plus grand nombre les abus de certains (les expulsions
viennent bien de ceux qui ne payent plus ou de ceux qui occupent sans droit un logement?).
Cdlt
a écrit le 22/05/2012 à 14:49 :
L'hiver au mois de mai..... encore un peu et on retombe en hiver dès fin juin !!!!!
a écrit le 22/05/2012 à 14:21 :
il faut obliger les camping surtout les 4 étoiles a louer en tarifs sociaux au minimun 25% de leurs surfaces pour que les riches goutent également à la mixité sociale durant leurs périodes de vacances !
a écrit le 22/05/2012 à 13:39 :
Vous avez un commentaire à faire sur cet article ? Non
Réponse de le 22/05/2012 à 16:34 :
Non.
a écrit le 22/05/2012 à 13:37 :
et après le mois de mai ? tous au camping ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :