Primes, parachutes...Ces grands patrons qui ont payé cher leurs trop beaux cadeaux

 |   |  289  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Daniel Bernard, Daniel Bouton, Jean-Marie Messier... Avant Pierre-Henri Gourgeon, l'ex-dg d'Air France dont on conteste aujourd'hui la prime de 400 000 euros, d'autres patrons ayant bénéficié de parachutes dorés, retraites chapeaux ou stock options extravagants ont défrayé la chronique. Outre les syndicats, des ministres eux-mêmes se sont parfois impliqués... jusqu'à pousser certains à renoncer à leur pactole. Retour dans notre diaporama sur ces patrons dont les départs précipités ont fait les gros titres.

L'ancien patron d'Air France KLM, Pierre-Henri Gourgeon, pourrait bien garder sa prime de non-concurrence d'un montant de 400.000 euros. Et ce malgré le vote de l' assemblée générale de la compagnie qui s'est tenue ce jeudi. L'opposition de l'État qui doit voter à l'assemblée des actionnaires ce 31 mai n'y changera rien. Cette clause serait en effet conforme à la législation, les actionnaires n'auraient donc aucun recours pour s'y opposer. A moins que Pierre-Henri Gorgeon décide d'y renoncer lui-même sous la pression

A l'instar de celle de l'ex-dg d'Air France, les rémunérations élevées des grands patrons donnent du grain à moudre aux observateurs. Outre les syndicats, des ministres eux-mêmes se sont parfois impliqués... jusqu'à pousser certains à renoncer. En voici dix exemples dans notre diaporama

Plus de parachute doré pour le PDG de Safran

Symbolique, le cas de Pierre-Henri Gourgeon inspire à Bercy des "mesures conservatoires nécessaires" que le gouvernement serait prêt à prendre en attendant la loi limitant les écarts de salaire au sein des entreprises publiques. Ainsi, premier à en faire les frais, Jean-Paul Herteman, le PDG de Safran, s'est vu refuser parachute doré et retraite chapeau. Deux résolutions soumises à l'assemblée générale et visant à lui octroyer ces indemnités ont été rejetées l'une et l'autre avec près de  55% des voix. Elles avaient pourtant été adoptées à l'unanimité le 21 avril 2011 par les 15 membres du Conseil d'administration, dont quatre représentants de l'Etat. Mais, lors de l'assemblée générale ce jeudi, l'Etat a profité des 30% de parts qu'il détient dans Safran pour voter contre ces résolutions, "sur instruction du ministre".
 

Notre diaporama des dix patrons qui ont payé cher leurs trop jolis cadeaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2012 à 17:25 :
Ils ont une retraite les PDG ? Si non, faut bien accumuler pour s'organiser plus tard (comme les joueurs de foot).
Les "rémunérations" devraient être indexées sur les qualités/réussites. Mais alors quid de ceux qu'on met dehors pour "faillite" de leur mission ? Un mois de SMIC ?
a écrit le 01/06/2012 à 15:16 :
on ne cite même pas Pauget ex directeur du crédit agricole parti avec nombreuses indemnités et retraite chapeau ! bien reclassé depuis encaissant des gains mais pas responsable des engagements et maladresses de casa en europe du sud dont emporiki ! l'argent pour lui, les pertes pour les actionnaires et son ex banque dont il se fiche pas mal , s'en tirant lui même fort bien dans le monde des affaires et son cabinet .....
Réponse de le 01/06/2012 à 18:09 :
merci de le rappeler mimosa !
a écrit le 01/06/2012 à 13:51 :
Après avoir lu cet article dans sa totalité, je constate que les patrons qui n'ont pas renoncé à leur parachute doré sont ceux qui ont le plus vertigineusement échoué Voir Alcatel. C'est donc la preuve que les arguments journalistiques, (les très bien payer pour éviter leur départ) ne sont que tissus de mensonges. Chez moi on dit "les cimetières sont peuplés de gens indispensables" On peut payer très fort un commercial mais certainement pas un employé même s'il est dirigeant.
a écrit le 01/06/2012 à 12:38 :
400000 euros pour une personne qui fout rien de c'est deux mains , c'est pitoyable!!!

a écrit le 01/06/2012 à 12:23 :
A l'auteur de l'article: votre code de déontologie vous autorise -t-il à parler de prime quand il s'agit d'indemnité? (qu'on soit d'accord ou non avec cette indemnité, c'est une autre question)
a écrit le 01/06/2012 à 11:28 :
19 millions d'?. + 11 millions d'? en exerçant ses stock options, je crois. = 30 m?
Je crois que c'est ce qu'avait touché à l'époque (en 99 ! Donc à actualiser), le très impopulaire Philippe Jaffré, patron défait de ELF, honnis par son propre staff.
30 millions d'?...= 39 millions de $...Suite à l'échec de son OPA sur Total, qui lui est revenu dans la figure. Il a dû arriver à convaincre son boss qu'il avait sur-performé son objectif. Un peu comme nous, quoi.
Ils nous remercie, il va très bien et vous embrasse bien fort.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Parachute_dor%C3%A9
a écrit le 01/06/2012 à 10:52 :
Et les ministres qui vont se faire élire députés ? Ce n'est pas un parachute doré ?
Et les retraites des élus ? Et ceux de nos camarades protégés (6 mois versus 25 ans) ??? Ce n'est pas un package retraite ???
a écrit le 31/05/2012 à 22:07 :
Ne sont-ce point, tous, inspecteurs des finances (!), cad fonctionnaires bénéficiaires des largesses gouvernementales?
Réponse de le 01/06/2012 à 10:54 :
Pas du tout ce sont des patrons de sociétés privées ou l'Etat est actionnaire. Ils n'ont donc en aucun cas le statut de fonctionnaire!
a écrit le 31/05/2012 à 21:26 :
Oui à la prime du brillant M GOURGEON et non à la hausse du smic.
a écrit le 31/05/2012 à 19:41 :
La continuité du traitement versé à une député battu c pas un parachute ? La retraite de nos élus c pas des chapeaux?
Réponse de le 31/05/2012 à 21:06 :
oui, il faut mettre fin à tous les privilèges de nos élus (députés, sénateurs, conseillers régionaux, généraux, maires, présidents d'agglomération) , il faut interdire tout cumul d'indemnités. Etre élu, c'est servir et non pas se servir.
Réponse de le 31/05/2012 à 22:21 :
vous voulez quoi la russie ?
Réponse de le 01/06/2012 à 7:36 :
Non la fin de la Ripoublique
Réponse de le 01/06/2012 à 12:12 :
L'immense majorité des élu(e)s sont honnêtes et s'impliquent corps et âme dans l'action. Si vous avez la fibre, engagez-vous donc dans l'exercice des fonctions que vous citez -si vous êtes élu(e)- et revenez sur ce site décrire ces "privilèges" que vous décriez. Faites donc voir ce que VOUS savez/pouvez faire!
Réponse de le 01/06/2012 à 15:17 :
commençons par bien voter et excluons les députés qui cumulent les mandats dès le 10 juin !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :