La reconquête industrielle, l'autre défi d'Arnaud Montebourg

Le ministre du Redressement productif ne veut pas se contenter de gérer les plans sociaux. Dans une dizaine de jours, il présentera un plan de reconquête industrielle à Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre.

3 mn

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif Copyright Reuters
Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif Copyright Reuters (Crédits : AFP)

Le compte à rebours est lancé. Parce qu?il ne veut pas se contenter de jouer les pompiers de service dans les entreprises en difficultés ? il l?a assez fait pendant la campagne de François Hollande - Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif présentera un plan de reconquête industrielle à Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre dans une dizaine de jours. Un plan qui sera complété par un projet de loi obligeant une entreprise qui ferme un site à trouver un repreneur.

Compte tenu de l?état des finances publiques, le ministre n'a pas beaucoup de choix possibles. Pour faire émerger les champions de demain, il est condamné au pragmatisme s'appuyer sur le stock d?entreprises existantes. Notamment celles en difficultés. « Etre en dépôt de bilan n?est pas nécessairement une catastrophe. C?est la liquidation qui signifie la fin d?une histoire. Il faut donc détecter les difficultés très en amont pour que l?entreprise évite de mettre un jour la clé sous la porte.

Mettre en place des outils de surveillance

Un simple changement de stratégie peut donner une nouvelle impulsion à une entreprise », explique Jean-Claude Volot, le médiateur des relations interindustrielles. Sous la férule de Fanny Létier, précédemment au Comité interministériel de restructuration industrielle aujourd?hui directrice adjointe du cabinet d?Arnaud Montebourg, l?idée est donc de se reposer sur une série d?indicateurs qui peuvent alerter les services publics des difficultés d?une entreprise. Outre les demandes d?interventions de la part du médiateur du crédit et du médiateur des relations interindustrielles, le ministère pourra surveiller les demandes de chômage partiel, les retards dans le paiement des charges sociales et fiscales.

Il sera également demandé aux Comités Départementaux d?examen des difficultés de financement des entreprises (Codefi) d?être particulièrement vigilants. Ces instances administratives, locales, compétentes pour examiner la situation des entreprises de moins de 400 salariés permettent le financement du diagnostic et d'un audit. Elles peuvent aussi servir de médiateur entre l'entreprise et les administrations fiscale et sociale et les établissements bancaires.
Malgré l?état des comptes publics, la marge de man?uvre du gouvernement n?est pas nulle dans le domaine financier. Il négocie actuellement avec la Caisse des dépôts pour accélérer la mise en place de la banque publique de l?investissement qui chapeauterait les structures existantes telles CDC Entreprises, Oseo, FSI Régions.

Un nouveau Grand emprunt ?

Par ailleurs, les préconisations de son directeur de cabinet, Stéphane Israël, formulées pour le think tank Terra Nova en février 2010, peuvent-elles retenues par Matignon ? Pour mémoire, dans une note intitulée « Pour une nouvelle politique industrielle », l?ancien conseiller de la présidence d?EADS plaidait pour la mise en place de « l?équivalent d?un grand emprunt chaque année », soit 20 à 40 milliards d?euros pour financer les investissements d?avenir.

Reste à trouver cette somme. René Ricol, l?ancien commissaire général à l?investissement comptait notamment sur le remboursement des avances remboursables et le retour de subventions pour prolonger le Grand emprunt. Pour appuyer le financement de la R&D, le candidat François Hollande souhaitait s'appuyer sur le fonds vert de capital développement qui sera créé au sein de la future banque publique actuellement en gestation. L'épargne des Français pourrait aussi être mise à contribution, via le doublement du plafond du livret développement durable et de l'assurance-vie.

Dans cette note, Stéphane Israël estimait également nécessaire « de chercher à améliorer la fiscalité pesant sur les entreprises, par exemple en octroyant un taux d?impôt sur les sociétés réduit pour celles qui réinvestissent leurs bénéfices. Une proposition portée par le candidat socialiste. L?actuel Grand emprunt est également appelé à la rescousse par la CGPME. La confédération suggère d?utiliser 50 millions d?euros pour reconduire le dispositif qui fut en vigueur durant la crise de 2008-2009 : la transformation de découverts bancaires en dettes de moyen terme garanties en partie par Oseo. Un dispositif qui permettrait de soulager la trésorerie des entreprises qui souffrent actuellement d'un allongement des délais de paiement par les clients privés et publics.
 

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 04/06/2012 à 22:14
Signaler
m MONTEBOURG le rois des discours avec ses potes socialistes il va nilou mettre l econemie de la FRANCE a plat les indutries vont fermer il faut denner du travaille aux francais et pas du social

à écrit le 04/06/2012 à 16:22
Signaler
"Un plan qui sera complété par un projet de loi obligeant une entreprise".... « l?équivalent d?un grand emprunt chaque année ».... Augmenter les contraintes des chefs d'entreprises, et emprunter pour augmenter les dettes de l?état, voila les recette...

à écrit le 04/06/2012 à 15:27
Signaler
Montebourg avai tvoté contre l'Europe mais maintenat il va bient^t se heurter à la commission européenne et à son dogme de la concurrence libre et non faussée Sa marge de manoeuvre va être étroite s'il ne se libére pas du carcan européen.

à écrit le 04/06/2012 à 14:13
Signaler
Il a déjà conquis Audrey Pulvar, que désirer de plus ?

à écrit le 03/06/2012 à 18:30
Signaler
Réindustrialiser le pays sans rétablir de véritables droits de douane - comme partout ailleurs dans le Monde - au moins au niveau des frontières de l'Europe de l'Ouest, faudra qu'il m'explique comment il compte faire. Et je ne parle même pas du fait ...

à écrit le 03/06/2012 à 11:29
Signaler
Revenir aux quarante heures et quatre semaines de conges payes, ça devrait aider les industriells a reinvestir.

le 03/06/2012 à 16:22
Signaler
Le mal n'est pas dans vos suggestions. Le mal il est dans les structures parapubliques qui "flinguent" les projets indsutriels innovants et porteurs de haute valeur ajoutée.

à écrit le 03/06/2012 à 10:06
Signaler
Pour prendre des mesures efficaces, il faudrait commencer par bien s'entourer.

à écrit le 03/06/2012 à 9:33
Signaler
je propose aux militants de tous poils de commencer leur com' par moi militants UMP, PS. Cela ferait gagner du temps aux autres. Pour le reste laissons sa chance a Montebourg. De mon point de vue et comment notre societe qui n'a jamais tant consomme,...

à écrit le 03/06/2012 à 7:52
Signaler
Sans décrue fiscale pas de croissance. Il faut être complètement fou pour entreprendre en France avec des impôts confiscatoires (votés par ceux qui n'en paient pas, ben voyons) . Pas d'avenir en France sauf à devenir fonctionnaire...où mieux élu du p...

le 03/06/2012 à 11:09
Signaler
Bon résumé de la situation. Et en plus on explique bien que l'entrepreneur doit avoir mauvaise conscience !!! Regardons bien où se trouve la malhonnêteté intellectuelle.

à écrit le 03/06/2012 à 1:28
Signaler
Pour la pose, je remarque que Monsieur est toujours bien servi par les photographes... un petit aire de Kennedy pour mieux vendre sa prochaine participation aux présidentielles? Ah on est là pour parler de réindustrialisation! Monsieur se donne pour...

à écrit le 03/06/2012 à 0:54
Signaler
Revenir au fondamentaux.... Aider les périphériques à sortir de l'Euro, créer une Europe forte avec 7 ou 8 membres administrée sous forme de Fédération avec une harmonisation des lois sociales fiscales et économiques(création d'un smig européen, impo...

à écrit le 02/06/2012 à 17:45
Signaler
bien sur,prendre sur l'avance del'emprunt remboursable!j'espere que l'on fera une plaque a flamby ,par l'entreprise fermee,car c'est cela que les journalistes nous ont montrer sans arret pendant la campagne! et une aussi au bourgeois qui n'a pas du b...

à écrit le 02/06/2012 à 14:01
Signaler
La désindustrialisation n'est dû qu'au libre-échange et à l'Euro qui nous tuent à petit feu, ni plus, ni moins. On ne peut rivaliser avec les coûts salariaux des pays émergents. Si l'Allemagne a su s'adapter, elle ne survit que grâce aux autres pays ...

le 02/06/2012 à 16:43
Signaler
Sortir de l'euro !? Et après ? Après plus rien : seul contre tous avec un " nouveau nouveau franc" dont il faudra une bouette ou une brouette et demi pour acheter son pain !!! Le protectionnisme !? Et après ? Après plus rien : on a déjà rien a vendre...

le 02/06/2012 à 17:46
Signaler
votre constat est tout à fait pertinent mais on pourrait imaginer une solution différente:on ne sort pas de l'euro, mais on rétabli un protectionisme intelligent aux frontières de l'europe; la concurrence intra-européenne est un moindre mal face à la...

le 02/06/2012 à 18:01
Signaler
@Imaginr Vous êtes enfermé dans une vision défaitiste

le 02/06/2012 à 19:22
Signaler
Tout a fait d'accord avec explorer...c'est la que l'on voit la différence entre l'élevage au grain sans se bouger le popotin et le sauvage !!!!

le 02/06/2012 à 20:32
Signaler
@ explorer et c-loss, pas défaitiste mais visionnaire !!! :))

le 02/06/2012 à 20:42
Signaler
@ John Streed : tout à fait d'accord sur le papier, dans la réalité ça ne tient pas ! Il suffit de voir comment fonctionne ( ou plutôt ne fonctionne pas) l'Europe pour comprendre qu'il faudra des décennies voire plus avant d'arriver à un consensus. L...

le 03/06/2012 à 11:46
Signaler
@Imginr : raison de plus pour sortir de l'UE. De plus, les pays qui pratiquent un protectionnisme sont-ils isolés ? Non, regardez la Chine, par exemple, elle taxe le parquet français à 20% tandis que la France ne taxe pas le sien (qui plus est fabriq...

à écrit le 02/06/2012 à 12:11
Signaler
Activité type socialiste : Détruire les entreprises existantes par les taxes, et emprunter pour créer des pôles d'activités administratives qui ne fabriquent rien. valeur ajoutée : Zéro.

le 02/06/2012 à 12:48
Signaler
"phidias" met très bien en évidence comment l'industrie française est Estrosipiée, depuis 10 ans, par les Ministraillons UMP des gouvernements Raffarin, DeVillepin et surtout ceux de Fillon. Le résultat est le déclin de la France, la désindustrialisa...

à écrit le 02/06/2012 à 11:42
Signaler
On verra si les radicaux socialistes font autre chose que leur tropisme habituel qui consiste à favoriser les rentiers du public et du privé, au détriment des entrepreneurs et des créateurs... J'ai des doutes !

à écrit le 02/06/2012 à 7:48
Signaler
Rien de nouveau à la pensée socialiste, une reconquête industrielle ne se décrète pas, elle se construit dans un climat de confiance entre des entrepreneurs, des investisseurs, un marché avec des clients qui ont un pouvoir d'achat, des produits qui i...

à écrit le 01/06/2012 à 23:37
Signaler
Ce n'est pas un anti mondialiste qui va sauver les entreprises !!!!

le 02/06/2012 à 0:06
Signaler
anti mondialiste européiste ... C'est pire

à écrit le 01/06/2012 à 22:53
Signaler
Quel naïf je fais...en commençant l'article je me suis dit, moi dirigeant d'une petite usine de 120 salariés, chouette des mesures pour inverser la tendance !!!! Je m'en veux encore de m'être laissé piéger à lire cet article de propositions creuses. ...

à écrit le 01/06/2012 à 22:46
Signaler
Basiquement tout le monde parle de qualité en faisant la confusion entre qualité et valeurs ajoutées. La qualité des produits français, elle existe. ce qui manque ce sont les produits à très forte valeur ajoutée qui permettent de dégager des marges f...

le 01/06/2012 à 23:34
Signaler
Et il faut faire disparaître tous les parasites se nourrissant sur la bête: commissaires aux comptes dans les TPE/PME suivies par un expert comptable, idem pour les centres de gestion, les corporations obligatoires (recouvrement contentieux des cotis...

le 02/06/2012 à 8:59
Signaler
Le premier des parasite c'est l'etat

le 02/06/2012 à 9:14
Signaler
On ne rattrape pas 30 ans d inaction Pour moi c est mort Plus rien n est fabriqué en France alors que voulez faire des produits haut de gamme? On a aucune légitimité à la faire Ou il faut réapprendre et aller rechercher les ouvriers qu on ...

à écrit le 01/06/2012 à 20:20
Signaler
sa reindustrialisation, il n'aka se la faire tt seul... et son emprunt d'avenir pour financer le rsa et sea france, ca n'interesse personne... il va bien falloir que qqun le mette face a la realite des faits ( sarko a deja ft le coup avant lui!)

à écrit le 01/06/2012 à 18:33
Signaler
La re industrialisation de la France ne peut etre envisagée qu avec 2 piliers ! - Qualite (des productions) - Rentabilite ( adieu 35h, baisse des impots, fin des salaires de seigneur) - Simplicite administrative =» Tout le reste n est que communi...

le 01/06/2012 à 19:19
Signaler
J'adore ....!!!!!!!!!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.