L'artisanat au secours du commerce extérieur ?

 |   |  442  mots
Copyright Reuters
Selon une étude réalisée par l'Institut supérieur des métiers (ISM) en lien avec l'université de Savoie pour l'Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat (APCMA), 30% des entreprises exportatrices sont artisanales. Leur chiffre d'affaires à l'export dépasse les 4 milliards d'euros par an.

Chaque mois, les services des Douanes ont déorlmais la pénible mission d?annoncer les chiffres du commerce extérieur. Car de mois en mois, le constat et le même : la France ne cesse de creuser son déficit commercial.  Un mal persistant depuis 2003 .En 2011, celui-ci s'est élevé à 69,6 milliards d'euros après 51,4 milliards en 2010 et 44,2 mmilliards en 2009. Dans ce contexte, toutes les idées qui permettraient de contribuer au redressement les comptes sont bonnes à prendre. Et pourquoi pas davantage promouvoir les artisans, même si leur contribution restera relativement modeste ? Selon une étude réalisée par l?Institut supérieur des métiers (ISM) en lien avec l?université de Savoie pour l?Assemblée permanente des chambres de métiers et de l?artisanat (APCMA), un tiers des 100.000 exportateurs tricolores, soit 36.000 entreprises, dont près d?une sur cinq dans le secteur manufacturier, sont des artisans.

L'export, un levier de croissance

Leur chiffre d?affaires à l?export dépasse les 4 milliards d?euros par an ? ce chiffre n?intègre pas le commerce intra-communautaire sous le seuil de 150.000 euros -, très loin des 428 milliards que représentent l'ensemble des exportations tricolores. « Si le gouvernement veut faire grandir ses entreprises, l?export est, on le sait, un levier très puissant. Les artisans ont indéniablement une carte à jouer pour redresser la balance commerciale et  devenir les champions de demain », explique Alain Griset, le président de l'APCMA, et ce, sur tous les terrains de jeu. Si l'Europe accueille les deux tiers de leurs exportations, les artisans n'hésitent pas à s'attaquer au grand large. Ainsi, 22% de leurs ventes prennent la direction des Etats-Unis, 9% partent au Japon, 6% en Chine...   

La renommée du made in France

Une chose est certaine, les résultats à l?export des artisans peuvent être améliorés sachant que selon l?étude de l?ISM, 60 % des entreprises artisanales ne bénéficient d?aucune aide dans le cadre de leur démarche export. Mais les choses évoluent. L?APCMA et l?assureur-crédit ont récemment signé une convention de partenariat pour mieux accompagner les artisans à l?export. Par ailleurs, leur force de frappe est très limitée. Selon l'ISM, 94% n?ont pas de budget dédié pour l?export, seules 29% des entreprises ont déjà participé à des salons à l?étranger et 33% seulement des artisans disposent d?un site Internet traduit. « Le potentiel d'exportation de l?artisanat est sous-exploité alors que les savoir-faire français, le ?made in France?, sont recherchés dans le monde entier », note l?APCMA. De fait, dans 73 % des cas, l?exportation a été impulsée par un client !

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/06/2012 à 6:21 :
J'aime toujours la concommitance des déclarations et résultats d'enquêtes. Donc il faut supprimer cette concurrence déloyale de l'auto entreprenariat pour ne pas nuire à nos chers artisans, et bingo! Il se trouve justement que ce sont des gars super!
Alors ben oui, on peut pas leur faire des crasses à ces gars là! Hein?
a écrit le 07/06/2012 à 22:44 :
Si vous permettez, un commentaire, le président Sarkozi, on nous annonce un déficit extérieur depuis 2003, fut élu en 2007, et n'a rien amélioré à quoi que ce soit. Seulement au moment de se faire réélire il parle compétitivité en faisant payer la population. Il avait auparavant donné caution aux profiteurs de l'immobilier qui se sont enrichis sans utilité publique, cf la constitution. Au moins le ministre actuel parle de financer les pme, espérons à l'export. Car nous avons des diplômés labellisés en attente d'activité, on croit rêver.
a écrit le 07/06/2012 à 22:20 :
Pour le commerce extérieur, juste une remarque, on forme dans nos écoles des gens au commerce, il se trouve que les formations labellisées ne trouvent pas emploi. Rendez-vous compte et qu'on se le dise, nos diplômés en commerce extérieur ne trouvent pas emploi. Ou on est c.. ou on est malfaisant.
a écrit le 07/06/2012 à 21:33 :
Bravo Michel pour cet article dans la tribune....pas mal la photo du grand chef...et heureusement qu'il y a la famille pour sauver la France...lol
Félicitations pour tes réalisations, le transfert de ton expérience...qui fera perdurer le savoir faire de la patisserie artisanale française...encouragement pour la suite...
a écrit le 07/06/2012 à 19:55 :
l'etat pourrait faire voter via ses ronds de cuir une loi qui obligerait les artisans a exporter, pour que ces memes ronds de cuir aient plus d'argent a distribuer pour la prochaine election ( en les obligeant bien sur a se demer.. pour les credocs, la tva, les incoterms, ...) et en leur collant un boulet legislatif supplementaire, pour etre sur qu'ils comprennent leur contribution ' a la nation'

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :