Les PME et la Bourse ne font toujours pas bon ménage

 |   |  448  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon le rapport annuel 2011 de l'Observatoire de financement des entreprises par le marché, la France ne compte que 562 PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI) cotées.

Les entreprises tricolores ont des difficultés à se développer. Le problème est connu, identifié. Des solutions restent à trouver. La simplification administrative, qui passe notamment par la suppression ou l?atténuation des effets de seuil, est un chantier déjà engagé. La question du financement est également abordée depuis longtemps. Oseo, dont les compétences ont été considérablement élargies, le Fonds stratégique d?investissement (FSI) et sa déclinaison en régions, CDC Entreprises, les investissements d?avenir du Grand emprunt ont notamment été lancés pour fluidifier le financement des 160.000 PME et 4600 entreprises de taille intermédiaire (ETI) recensées dans l?Hexagone.

Les marchés boursiers sont atones

Parallèlement, l?accès aux marchés financiers reste très marginal. Selon le rapport annuel 2011 de l?Observatoire de financement des entreprises par le marché, la France ne compte que 562 PME et ETI cotées. Soit douze de moins qu?en 2010. « Certains dirigeants ont préféré sortir du marché, via des rachats d?actions, estimant que la valorisation par le marché de leur entreprise était trop faible par rapport à sa valeur réelle », explique Thierry Giami, le président de l?Observatoire.

Au total, les 147 introductions en Bourse et les opérations de financement secondaires ont permis aux entreprises de lever 1,75 milliard d?euros l?année dernière, un chiffre en hausse de 5% par rapport à 2010.

Toutefois, cette augmentation est bien trop faible pour faire progresser la part du financement par les marchés dans le financement global des entreprises. « Seules 0,3% des entreprises sont cotées en France. Les marchés ne financent que 5% des besoins des entreprises », précise Gérard Rameix, le médiateur du crédit. A titre de comparaison, les marchés financent en moyenne à hauteur de 30% les entreprises européennes. Outre-Atlantique, 70% des besoins de financement des entreprises, toutes tailles confondues, sont couverts par la Bourse.

Les marchés omnprésents aux Etats-Unis

Les explications de cet écart sont nombreuses : atonie des marchés, manque d?acteurs capables d?animer les marchés, réticences des dirigeants des entreprises, en particulier patrimoniales, à ouvrir le capital de leur entreprise? Tant que la conjoncture reste morose, les besoins de financement des entreprises sont assez faibles, à l?exception des crédits de trésorerie de court terme. Mais après ? Lors de la prochaine sortie de crise, ceux-ci devraient augmenter pour rattraper les retards en matière d?investissement.

« C?est la raison pour laquelle les marchés peuvent devenir une solution alternative à l?intermédiation bancaire, notamment le marché obligataire qui a souffert de l?effervescence des marchés financiers dans les années 90 et 2000 », avance Thierry Giami.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2012 à 14:33 :
Pour quelles raisons les PME iraient-elles se faire plumer en bourse?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :