Université d'été du Medef : quand les patrons philosophent

 |  | 679 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les dirigeants d'entreprises, hommes politiques et chercheurs invités à l'Université d'été du Medef vont devoir faire appel à toute leur verve et leur imagination pour disserter sur des sujets souvent baroques.

"Intégrer". Tel est le sujet choisi par le Medef pour son Université d'été, qui se déroule du 29 au 31 août sur le campus HEC à Jouy-en-Josas. Mais le titre sobre du programme et sa couverture présentée comme un document de travail avec des ratures, ne laisse rien présager de son contenu, un peu cynique, parfois psychédélique ou abstrait, souvent caustique et décalé. Mélangez la folie créatrice de Picasso, les lettres et l'absurde de Ponge, les châtiments et les rimes d'Hugo, et demandez le programme !

"Figures de l'exil"

Outre le discours d'ouverture très attendu du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, et l'allocution non moins désirée du philosophe Bernard-Henri Lévy, ce mercredi est placé sous le thème du dedans et du dehors.
Alors que le président de Safran Jean-Paul Herteman et la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq devront jouer avec le thème des poupées russes et les "imbrications de notre monde", le nutritionniste Pierre Dukan s'attellera au développement du sujet "Figures de l'exil", épaulé par Christophe de Saint Chamas, général commandant de la Légion étrangère. "Qui est paria, qui est pionnier ?", explique le programme.
Dans le même temps, le PDG de la Société Générale Frédéric Oudéa et l'ancien ministre de l'Outre-Mer Hervé Mariton auront fort à faire avec le thème mystique "Par-delà l'en dedans et l'au dehors". Comprendre :
"Au-delà de l'entreprise : la dette
Au-delà du raisonnable : l'utopie
Au-delà de la responsabilité : la folie
Au-delà de l'entendement : l'horreur
Au-delà de la vie : l'instant de la mort"
Quant à Me Dupond-Moretti, au maire de Bordeaux Alain Juppé, au PDG de Total Christophe de Margerie et au vice-président de la Commission européenne Olli Rehn, ils se retrouveront sous l'arbre à palabres pour dénouer "fil rouge et lignes jaunes".

"Sans argent, comment s'enrichir ?"

Jeudi, les thèmes ne seront pas moins philosophiques. "Sans argent, comment s'enrichir ?" et "Avec de l'argent, comment partager ?" : voilà les questions auxquelles devront répondre Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, et Xavier Bertrand, ancien ministre du Travail et de la Santé. De son côté, Michel Sapin, ministre du Travail, ergotera sur un sujet d'actualité, avec la publication récente des chiffres du chômage : "Avec ou sans travail".
Les envolées lyriques ne devraient pas manquer du côté de la conférence "Avec ou sans âme", qui réunit Roselyne Bachelot, un évêque, un philosophe, la conservatrice du musée d'art moderne de Lille et le directeur du Théâtre du Rond-Point.
Le Medef introduit ainsi le sujet :
"Le monopole de l'âme
Qui y prétend ?
Les nouveaux Robespierre
"La force injuste de la loi"
Les ravages de l'utopie
Le trafic d'âmes
L'âme trafiquée"

"Chronique de la vie commune avec les robots"

Tandis que le président d'Areva ergotera sur "Trop ou pas assez de secrets", le président du Agricole Jean-Marie Sander, aidé de l'ancien entraîneur de l'équipe de France de handball Daniel Costantini, tenteront de répondre à des questions de tri sélectif : "L'homme est-il devenu le mauvais génie de la sélection naturelle, ou son bon génie ? La concurrence est-elle la meilleure des sélections ?".
Quand Laurent Dassault, Fleur Pellerin, la ministre déléguée aux PME et à l'Economie numérique, et le secrétaire général de Force Ouvrière Jean-Claude Mailly, s'essaieront à une "Chronique de la vie commune avec les robots".
Surveiller ou punir ? Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, et Michel Pébereau, président d'honneur de BNP Paribas, croiseront quant à eux le fer sur le thème de l'autorité : "Doit-on négocier avec les dictateurs ? Et commercer ?"
Entre exercice de style et de communication, le ballet contemporain de l'Université d'été promet donc encore des débats atypiques et débridés.
"Mais dans quels mondes vit-on ?!!!". "La nuit de l'infini restera-t-elle noire ? Ou éclairera-t-elle notre avenir ?"

Lire le programme de l'Université d'été du Medef 2012 ici
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2012 à 17:09 :
Une étude nous a montré que sur 2011 les pays les plus innovants étaient l'Europe du Nord... la france se distingue en faisant partie de l'Europe du Sud avec la 24eme place. La question devient pourquoi la France n'a pas de politique d'innovation? Certains ne veulent pas que ce pays ait un avenir? Il me parait pourtant bénéfique pour l'avenir de l'humanité d'avoir un niveau de vie à la hausse et pas à la baisse, comme le rejet massif des jeunes hors de la vie active?
a écrit le 29/08/2012 à 14:20 :
En tant que chef d'entreprise je me sens aussi proche du MEDEF que de MELANCHON !
Réponse de le 29/08/2012 à 14:39 :
on est deux !
a écrit le 29/08/2012 à 14:05 :
Bonjour,

J'avais cru lire qu'Arnaud Montebourg serait également présent à cette Université d'Eté ? Or je ne le vois pas cité dans l'article. Un oubli ?

cOOdil
Sur FB : https://www.facebook.com/cOOdil
Sur le blog : http://coodil.blogspot.fr/
Réponse de le 29/08/2012 à 14:46 :
Non il se cache
a écrit le 29/08/2012 à 14:03 :
C du tragi comique ! Des membres du gouvernement au medef! Ils vont leur expliquer comment augmenter les impôts et comment créer du chômage?
a écrit le 29/08/2012 à 13:53 :
des patrons qui philosophent ? Philosophie du tiroir caisse, je suppose ?
Réponse de le 29/08/2012 à 14:17 :
En meme temps ils ont un cerveau sinon ils ne seraient pas la, alors que les gochaux ne font que des discussions se comptoire comme vous
Réponse de le 29/08/2012 à 14:52 :
Philosopher c est réfléchir sur l être humain et la société qu il bâtit, je trouve encourageant que les chefs d entreprise sortent aussi du cockpit et se pose des questions existentielles. Certes cela ne va pas résoudre les problèmes quotidiens de leurs salariés qui bossent pendant ce temps.
Je n ai pas bien compris ce qu ils veulent intégrer mais si c est remettre l humanité devant le profit économique, je suis prenante
Réponse de le 30/08/2012 à 9:47 :
@Taranis : s'ils se posaient des questions existentielles, ils abandonneraient leur poste pour se détacher des biens matériels dans un monastère tibétain. Beaucoup de français moyens devraient également se détacher un peu plus de la consommation ce qui rendrait la planète un peu plus vivable et les préparerait à un chômage de masse et à la perte de pouvoir d'achat qui nous attend....
@squer: c'est marrant comme on est traité de gaucho dès qu'on est pas UMP-Coppé ou FN. Encore un, qui ne fait pas de philosophie.
Réponse de le 30/08/2012 à 12:42 :
Je parlez de l'histoire d'un instant et c'est déjà bien de l avoir fait collectivement. La crise peut faire surgir 2 choses plus de haine ou plus d'humanité , apparemment vous n'accordez aucun crédit aux décideurs, c est une position un peu manichéenne que je ne partage pas du tout. Nos aurons besoin de tout le monde pour préparer notre avenir.
a écrit le 29/08/2012 à 12:58 :
Que peuvent ils faire publiquement et en présence de membres du gouvernement anti-entreprise privé que du lyrisme. Ils vont leur dire qu'une entreprise ne survive en période de crise qu'en utilisant la seule et unique variable d'ajustement possible la masse salariale alors que la seule autre celle des taxes est elle inviolable!!!
a écrit le 29/08/2012 à 12:58 :
Que peuvent ils faire publiquement et en présence de membres du gouvernement anti-entreprise privé que du lyrisme. Ils vont leur dire qu'une entreprise ne survive en période de crise qu'en utilisant la seule et unique variable d'ajustement possible la masse salariale alors que la seule autre celle des taxes est elle inviolable!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :