Parisot : "Il est interdit d'interdire le débat sur le gaz de schiste"

 |   |  224  mots
Copyright Reuters
<b>Université d'été du Medef -</b> Laurence Parisot, la présidente du Medef, a lancé un appel à "donner une chance à la recherche et à la technique" dans ce dossier polémique au niveau environnemental.

Laurence Parisot organise un point presse champêtre au milieu d'un "espace détente". Etouffée par une meute de caméras et de micros, elle réagit d'abord au discours inaugural de l'Université d'été du Medef qu'a prononcé le premier ministre Jean-Marc Ayrault : "Nous nous étions quittés sur une mésentente lors de la conférence sociale. Il était donc indispensable que le gouvernement ait un signe en faveur des entreprises en venant à l'Université d'été. Jean-Marc Ayrault a évoqué des sujets importants comme la compétitivité et l'Europe. Mais nous ne pouvons nous contenter de ce discours, aussi doux soit-il. Il va falloir construire un budget pro-entreprise, qui n'augmente pas les charges et qui permet de financer les entreprises." La présidente du Medef évoque ensuite le sujet de la conférence environnementale à venir : "il ne faut pas interdire des débats. Il est interdit d'interdire le débat sur le gaz de schiste et sur le nucléaire. Nous avons là des atouts incroyables. Il ne faut pas les utiliser n'importe comment, mais il faut donner une chance à la recherche et à la technique." Enfin sur les contrats d'avenir, elle estime qu' "on aurait pu faire beaucoup mieux, et inciter le secteur privé plus que le secteur public aurait été plus vertueux".

> DOSSIER - Université du Medef 2012 : "Intégrer"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2012 à 11:53 :
Effectivement , il est interdit d'interdire...
Trouvre la bonne méthode, afin de limiter au maximum les risques, mais de pouvoir exploiter sa propre richesse ..? Et créer des emplpis...
a écrit le 31/08/2012 à 0:24 :
Le procédé actuel est dangereux. Mais, on peut en trouver un autre correct bientôt. On peut accepter les gaz de schiste, pas certains procédés.
a écrit le 30/08/2012 à 17:59 :
Elle a fait mai 68 la bourge en chef du Medef ? Sous les pavés le gaz de schiste !!!
a écrit le 30/08/2012 à 12:23 :
J'ai pas envie de bruler vif en prenant une simple douche...en effet j'habite dans le sud est.
Réponse de le 30/08/2012 à 12:57 :
Vous lisez trop de romans d'anticipation!
Comparé à cette séquence où l'on voit des flammnes s'échapper d'un robinet, les reportages sur Timisoara sont parole d'Evangile!
a écrit le 30/08/2012 à 10:02 :
Le MEDEF et les patrons en général considèrent le monde comme un jeu de légo. On peut bâtir, casser et jeter les pièces comme on veut. Comme les enfants suractifs, ils ne supportent pas qu'on les empêche de faire n'importe quoi. Y a du fric à faire avec le gaz de shiste alors allons y ! Le débat sur cette expoitation doit avoir lieu, certes, mais pas entre patrons, seulement en présence de tout les représentants de la société.
Réponse de le 30/08/2012 à 12:26 :
surtout qu'il est demontre , que cette exploitaion est nuisible...
mais l'argent qu'on en tire est plus important pour eux... malgres qu'ils soient deja milliardaires !
a écrit le 30/08/2012 à 9:25 :
Elle sucerait la terre jusqu'à son dernier souffle..
a écrit le 30/08/2012 à 7:56 :
Il y en a marre de tout ces productivistes à deux balles qui veulent tout casser sous couvert d'emplois. Foutez la paix à la planète et consommez moins. Voila le véritable débat qui doit avoir lieu. il faut devenir sobre, c'est pas plus compliqué que cela.
a écrit le 29/08/2012 à 19:40 :
Personnellement dans une démocratie, je pense qu'il est interdit d'interdire d?interdire. Point barre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :